Human Rights Watch bénit l’intervention en Haiti

2
1202
Human Rights Watch, la branche «droit de l'homme» de l'establishment du Parti démocrate américain encense l'intervention étrangère que planifie l’administration Biden contre Haïti

(English)

Tout comme les missionnaires ont précédé et préparé le terrain pour les conquistadors armés d’épées lors de la conquête sanglante des Amériques par l’Europe, aujourd’hui les groupes de « droits de l’homme » sont les précurseurs impérials, tentant de justifier politiquement et idéologiquement les coups d’État, les intrigues et les interventions militaires menées dans les néocolonies rebelles par les impérialismes nord-américain et européen, en particulier celui des États-Unis, toujours hégémoniques.

Juste au moment prévu, où les États-Unis font leur dernière tentative pour faire adopter une résolution au Conseil de sécurité de l’ONU déléguant une force armée pour envahir Haïti pour vaincre les «gangs», Human Rights Watch (HRW), la branche «droit de l’homme» de l’establishment du Parti démocrate (en grande partie financé par l’Open Society Foundation de George Soros, spéculateur de devises milliardaire et partisan de la révolution des couleurs), a publié son rapport tant attendu “Vivre un cauchemar“.

Ce rapport sera brandi par les défenseurs de l’intervention comme la cartouche d’encens lors d’une messe catholique, assurant à tous les fidèles le caractère sacré de leurs objectifs.

Cependant, HRW est assez manifestement incohérent et défensif dans la présentation en six pages de ses “Recommandations”, les seules du rapport de 98 pages qui valent la peine d’être lues. Il met entre parenthèses son appel à l’intervention étrangère avec phrase après phrase de charabia juridique sur la façon dont les envahisseurs doivent être « concentrés sur la garantie de la responsabilité », dénotant une conscience claire du bilan désastreux des deux précédentes interventions militaires étrangères sur 20 des 29 dernières années à partir de 1994-2000 et 2004-2017.

Kenneth Roth, ancien directeur exécutif de Human Rights Watch

HRW s’engage pieusement à respecter “la nécessité d’éviter plus de mal et d’abus maintenant, avec des garanties adéquates pour éviter les graves abus qui ont résulté des interventions internationales passées”. C’est extrêmement improbable étant donné que la force que Washington propose n’aurait même pas la surveillance et le contrôle du Conseil de sécurité de l’ONU, simplement son imprimatur.

Lorsque l’on commence à lire le rapport, l’absurdité la plus flagrante est l’utilisation répétée de l’expression “déploiement consensuel d’une force internationale, comme demandé par les autorités haïtiennes“. Parallèlement, dans le communiqué de presse présentant le rapport, HRW admet que « les représentants de la société civile haïtienne… ont dit que d’autres pays devraient cesser de soutenir [de facto] le Premier ministre [Ariel] Henry, qu’ils considèrent comme à la tête d’un groupe illégitime et gouvernement corrompu avec des liens présumés avec des groupes criminels. HRW justifie donc une intervention armée comme « consensuelle » parce qu’elle a été « demandée par les autorités haïtiennes », pour admettre dans un instant que les Haïtiens considèrent ces « autorités » comme « illégitimes et corrompues » et liées aux mêmes « gangs » qu’ils demandent aux étrangers d’écraser. Bien qu’on leur ait demandé de “cesser de soutenir” Henry, Washington – et HRW – se précipitent pour répondre à sa demande et venir à son secours.

En outre, des milliers d’Haïtiens ont organisé plusieurs grandes manifestations contre l’intervention militaire étrangère à travers Haïti et sa diaspora, tandis que, en réponse à une demande tweetée le 12 juillet par l’ambassadeur russe à l’ONU Dmitry Polyanskiy, des dizaines d’organisations haïtiennes ont écrit pour exprimer leur opposition au déploiement d’une « force internationale ».

Le chapitre de HRW intitulé “Rise of a Violent ‘Self-Defense Movement'” était également scandaleux. Les auteurs font référence au mouvement Bwa Kale spontané, autonome et non organisé, qui a surgi de fin avril à fin juin, dans lequel des foules d’Haïtiens armés de machettes capturaient et exécutaient, après un bref tribunal de fortune, des membres de gangs criminels. Les enlèvements sont tombés à zéro pendant cette période, les gangs criminels étant sur la défensive.

L’Open Society Foundation de George Soros

Néanmoins, HRW dénigre le mouvement, affirmant que « de nombreux habitants non affiliés à Bwa Kale craignent de violentes représailles de la part de groupes criminels ». Il affirme également que les brigades d’autodéfense “suivent le même schéma de formation des groupes criminels” et sont “très dangereuses” car elles menacent et secouent les voisins pour de l’argent, de sorte que “de nombreux innocents sont victimes”.

Bref, HRW fait plus confiance aux troupes étrangères pour sauver le peuple haïtien des « gangs » qu’aux Haïtiens eux-mêmes, même après deux occupations militaires entachées de massacres, de corruption, de prédation sexuelle, de pollution et du déclenchement d’une épidémie de choléra qui a tué plus de 10 000. La police kenyane, qui selon toute vraisemblance dirigerait théoriquement l’invasion, a un bilan et une réputation comme l’une des plus brutales et corrompues du continent africain, ayant tué six personnes lors de récentes manifestations, un crime qu’on leur a demandé de dissimuler.

Le rapport s’en prend également à un autre mouvement d’autodéfense, les “Forces révolutionnaires de la famille G9 et alliés, fondé en 2020 par l’ancien policier Jimmy “Barbecue” Cherizier avec d’autres dirigeants de comités de quartier armés luttant contre les enlèvements, les viols et l’extorsion de petits commerçants dans leurs localités.

Dans un vidéo accompagnant le rapport, HRW déclare que « le G9 est le groupe criminel le plus meurtrier opérant à Cité Soleil et dans d’autres quartiers de Port-au-Prince ». Ironiquement, les images diffusées sous cette déclaration étaient un rassemblement où les militants du G9 scandaient qu’ils combattaient les enlèvements, les viols et d’autres crimes.

Le G9 a apporté un soutien verbal fort au mouvement Bwa Kale, tandis que les militants de son groupe armé affilié Chen Mechan (Bad Dog) ont même accompagné les foules Bwa Kale dans le dechoukaj (déracinement) des membres de gangs criminels.

Pendant une grande partie des trois dernières années, le G9 a été en guerre avec la coalition rivale G-Pèp, qui comprend tous les gangs criminels ouvertement impliqués dans des enlèvements et d’autres crimes, y compris le gang Kraze Baryè de Vitel’Homme Innocent, Le gang 400 Mawozo de Joseph “Lanmò Sanjou” Wilson, le gang Five Seconds de Johnson “Izo” André, le gang Grande Ravine de Destina “Ti Lapli” Renel, et le gang Canaan dirigé par Jeff Larose.

Or, dans son rapport, HRW ne mentionne que la confédération G-Pèp qu’à 16 reprises, tout en portant son ombrage sur l’alliance G9 à 44 reprises.

Bref, tout le rapport est truffé de désinformation, rechapant les accusations fatiguées et discréditées contre le G9 concoctées par le Réseau National Haïtien de Défense des Droits Humains (RNDDH), également soutenu par Soros ainsi que le tristement célèbre agence de la CIA : le National Endowment for Democracy (NED). Le meilleur exemple de son recyclage de la désinformation est l’exhumation par le rapport du soi-disant « massacre de La Saline », qu’Haïti Liberté et Uncaptured Media démystifient complètement dans leur récente série documentaire en trois parties « Another Vision : Inside Haiti’s Uprising ».

« Ce que nous avons ici est une opération de désinformation complexe menée par Human Rights Watch et ses clones miniatures en Haïti, le tout dans le but de justifier et d’édulcorer une intervention militaire pour maintenir Haïti soumis aux intérêts américains », a déclaré le journaliste Dan Cohen à Redacted le 15 août. « Vous pouvez voir tous ces intérêts se rassembler : l’industrie des droits de l’homme, l’industrie du vêtement, le gouvernement américain, tous se mettant ensemble alors qu’un un soulèvement populaire avec un potentiel révolutionnaire fusionné se regroupe en Haïti ».

2 COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here