Pérou : De l’altiplano à Lima, les paysans se mobilisent pour défendre le vote Castillo

0
104
Des partisans du candidat de gauche Pedro Castillo manifestent dans la ville andine de Puno, près de la frontière avec la Bolivie, le 14 juin 2021

Alors que la tension monte au Pérou après des élections serrées et où le vainqueur n’a pas encore été annoncé, la population du sud du pays s’est rendue dans la capitale pour soutenir le professeur rural.

 

« Sur la côte, les montagnes et la jungle, Pedro a déjà gagné ! » La phrase est répétée avec colère parmi les paysans vêtus de leurs costumes typiques et fouet à la main qui sont arrivés à Lima en provenance des hauts plateaux péruviens, à la frontière avec la Bolivie, pour défendre leur vote pour le gauchiste Pedro Castillo.

A l’heure où les dirigeants de droite demandent l’annulation du second tour présidentiel organisé il y a dix jours, les électeurs des zones les plus pauvres du pays affirment qu’ils sont prêts à “défendre” leur choix pour le professeur rural de 51 ans, un originaire de Cajamarca, à 900 km au nord de Lima. « Nous sommes indignés par toutes les tables qui nous ont interpellés, nous sommes le peuple oublié, c’est pourquoi notre protestation », déplore Estela Anampa Gómez, 52 ans.

Des paysans et des paysans veillent en permanence devant le siège du parti Castillo, Peru Libre, dans le centre historique de Lima. Ils disent qu’ils y resteront jusqu’à ce que le tribunal électoral le proclame vainqueur.

La semaine dernière, Castillo a organisé le meeting le plus massif de ces élections législatives à Juliaca (Puno). La région a voté en masse pour le candidat de gauche

Castillo a eu le plus grand meeting de ces élections législatives à Juliaca (Puno). La région a voté en masse pour le candidat de gauche « Nous allons rester ici jusqu’aux dernières conséquences », assure Néstor Jafet Choque López, couvert d’un poncho cerise et d’un chapeau andin dans le froid de Lima.

Choque s’identifie comme le lieutenant-gouverneur d’Atuncolla, un petit district aymara de 5 000 habitants situé à 3 800 mètres d’altitude dans la région de Puno, qui a voté en masse pour Castillo. « Nous avons déjà élu notre président de la république, qui est Pedro Castillo Terrones, nous sommes ici pour défendre notre vote pour une juste cause », a-t-il ajouté sans lâcher son fouet.

Les paysans portent tous le “chullo” péruvien coloré, un bonnet en laine d’alpaga avec des oreillettes traditionnelles andines, et leur image contraste avec le paysage urbain et gris des rues de Lima, capitale face à l’océan Pacifique de 9,6 des millions d’habitants.

Des partisans du parti politique Peru Libre se rendent à Lima pour soutenir Pedro Castillo

La délégation a descendu les presque 4000 mètres d’altitude en bus pendant plus de 20 heures jusqu’à son arrivée à Lima.

Le contrôle officiel de 100 % des bureaux de vote a donné à Castillo 50,12 % ce mardi, soit 44 058 voix de plus que celles obtenues par Keiko Fujimori, mais le jury des élections nationales, la plus haute juridiction électorale, n’a pas encore résolu les demandes de contestation du candidat de la droite avant de proclamer le vainqueur.

Castillo a captivé les peuples andins avec son slogan “Plus de pauvres dans un pays riche”, qu’il a répété comme un mantra à chaque rassemblement et a déclenché l’hystérie parmi les élites économiques et politiques.

Du lac Titicaca

« S’ils décident d’autres élections, cela ne nous conviendrait pas. Du plus haut lac du monde (le lac Titicaca), nous disons comment il se fait que nous ayons eu tant de richesses et que nous soyons pauvres. Nous voulons le changement », a déclaré Anampa, assis sur un trottoir du Paseo Colón colonial, où se trouve le siège de Peru Libre.

Les témoignages se succèdent avec le même élan, contre toute décision du tribunal électoral autre que la cause qu’ils défendent. 

« Nous sommes venus de la frontière bolivienne jusqu’à la capitale pour défendre notre vote. Notre vote a été humilié », déclare Rivelino Cahuana Quispe, originaire de la province de Moho, à Puno, sur les rives du lac Titicaca.

« Les peuples indigènes et Aymara unissent leurs forces pour faire respecter nos votes », a déclaré cet homme, qui a participé à une manifestation pacifique devant le tribunal électoral.

« Nous venons en lutte pour nos votes, il suffit qu’ils nous piétinent. Nous allons rester jusqu’à ce qu’il soit promulgué que le président est Pedro Castillo », promet Carmen Yachi Fernández, qui s’est rendue à Lima depuis Huancavelica, l’une des régions les plus pauvres du Pérou.

Bastion électoral

Sept millions de Péruviens, sur un total de 33 millions, vivent en milieu rural. La région de Puno, dont la population est majoritairement aymara, est l’un des principaux bastions de Castillo, selon les résultats officiels.

Dans cette région, il a obtenu 89,26 % des voix, un pourcentage qui le place comme le candidat le plus populaire aux trois dernières élections présidentielles.

Le sociologue Ernesto Valdivia estime que si le Sud a soutenu Castillo c’est parce qu’il appelle tacitement à de profonds changements dans la sphère politique et sociale. « Les gens sont mécontents de la classe politique. Premièrement, à cause de tous les actes de corruption connus, et deuxièmement, il y a un centralisme qui les a oubliés, dans tous les sens du terme. Pedro Castillo a compris cette déception », a déclaré Valdivia.

Selon Valdivia, Castillo est le personnage qui représente le Pérou oublié à cette époque, bien qu’il ait averti que ces mêmes secteurs populaires pourraient se retourner contre lui s’il les déçoit au milieu de tant d’attentes.

 

Résumé latino-américain 20 juin 2021

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY