Comprendre les gangs, les enlèvements, et la lutte de classe en Haïti

(Première de deux parties)

0
1004
«Izo», le jeune chef du gang connu sous le nom de Base Cinq Secondes au Village de Dieu, un quartier pauvre de Port-au-Prince.

(English)

C‘était le genre d’opération policière insensée née de l’orgueil et de trop de films hollywoodiens.

Le 12 mars 2021, une douzaine de policiers lourdement armés de l’unité tactique la plus élite de la Police nationale haïtienne (PNH) – le commando des armes spéciales et tactiques (SWAT) – sont entrés dans le Village de Dieu, l’un des bidonvilles les plus misérables de la capitale, dans deux véhicules blindés.

Le bidonville abrite l’un des gangs les plus notoires d’Haïti, la Base Cinq Secondes, dirigé par «Izo», d’une vingtaine d’années, réputé être le chef de gang et ravisseur n° 1 en Haïti. Trois jours plus tôt, les membres de son gang avaient mitraillé à l’arme automatique le siège de l’Électricité d’Haïti (EDH) sur le boulevard Harry Truman dans le quartier voisin de Bicentennaire, tuant un motocycliste et blessant un employé de l’EDH.

il y a une division sur la façon de gérer l’anarchie croissante qui balaie Haïti

Alors que l’équipe SWAT se faufilait dans le bidonville dans leurs véhicules blindés, incertains dans cette zone rarement pénétrée par la police, les habitants ont crié et pointé du doigt, les dirigeant apparemment vers le quartier général du gang. Au lieu de cela, les policiers ont mené leurs véhicules dans un trou géant, où ils sont tombés dans une embuscade sous une pluie de balles. Quatre policiers ont été tués, trois de leurs cadavres sanglants traînés dans les rues. Huit autres membres de l’équipe SWAT ont été blessés, dont deux gravement. La Base Cinq Secondes a capturé les deux véhicules blindés, brûlant l’un d’eux. Ils se sont également enfuis avec les armes automatiques, les gilets pare-balles, les radios et d’autres équipements de l’équipe SWAT.

« La police [nationale haïtienne] veut nous tuer », a crié un policier désespéré lors d’un piteux coup de téléphone alors que le raid se déroulait. « Nous avons appelé la police pour des renforts pendant deux heures, mais ils ne les ont jamais envoyé… En ce moment, c’est chacun pour soi… Ils essaient de brûler six de nos gars dans l’un des véhicules… Je ne restera jamais sur cette force de police. Cinq des nôtres sommes encerclés. Nous ne pouvons pas quitter d’où nous sommes. Nous ne savons pas quoi faire. Mon téléphone est sur le point de se décharger… Les bandits se massent pour nous tuer. J’ai une femme et des enfants. S’ils ne renvoient pas bientôt, je vais me tirer dessus parce que je ne veux pas que les bandits en finissent avec moi à leur façon ».

Les récits choquants et les images du raid qui a mal tourné sont devenus viraux sur les médias sociaux haïtiens, époustouflant les Haïtiens du monde entier.

L’autorité de l’État en voie de disparition

Cet épisode déchirant n’est pas le résultat de justifications racistes et impérialistes selon lesquelles les Haïtiens sont sauvages, explosifs, non civilisés et naturellement incapables de se gouverner eux-mêmes, comme l’ont ouvertement exprimé dans leurs livres plusieurs vétérans de la marine étatsunienne de l’occupation militaire d’Haïti de 1915-1934, tel que le capitaine John Houston Craige, qui a écrit «Black Bagdad» (1933) et «Cannibal Cousins» (1934).

C’est plutôt l’aboutissement inévitable de deux siècles d’embargos, de sabotage, d’intimidation, d’agression, de campagnes de déstabilisation, de coups d’État, d’occupations militaires et de vol de territoires et de trésors contre une nation fondée par la seule révolution d’esclaves réussie de l’histoire, couronnée par la politique du Département d’État étatsunien des quatre dernières décennies, qui a systématiquement esquivé l’État haïtien, travaillant plus souvent directement avec les ONG.

En octobre 2020, la lycéenne Evelyne Sincère a été kidnappée et tuée par son petit ami et deux complices.

Le 7 février 2006, le président René Préval avait annoncé lors de sa deuxième investiture présidentielle que son objectif principal serait de «rétablir l’autorité de l’État», qui avait été minée par deux coups d’État fomentés par les États-Unis et les occupations militaires étrangères au cours des 15 années préccédentes. Mais maintenant, 15 ans et deux «coups d’État électoraux» plus tard, l’autorité de l’État haïtien est plus faible que jamais.

« Jamais dans l’histoire de notre pays, nous n’avons été aussi proche de ce qu’on pourrait même appeler métaphoriquement un suicide », a déclaré l’éditorial du 10 mars d’Haïti-Liberté, prophétiquement intitulé «À deux doigts du chaos», deux jours avant cette descente désastreuse de la police. « Le pays est bel et bien divisé, la fracture entre les riches et les pauvres ne cesse de s’aggraver ».

Divisions dans la classe dirigeante

Ce gouffre grandissant crée également un fossé dans la classe dirigeante d’Haïti. Un secteur de la bourgeoisie compradore d’Haïti – y compris des hommes d’affaires comme Dimitri Vorbe et Réginald Boulos – soutient un soulèvement populaire croissant contre la dictature émergente du président de facto Jovenel Moïse, qui dirige Haïti par décret depuis l’expiration du Parlement le 13 janvier 2020 et dont le mandat constitutionnel est arrivé à sa fin le 7 février 2021. Une autre faction – y compris Andy Apaid et Charles Henry Baker, magnats de l’industrie du montage et chefs de coalition «Groupe des 184» pro-coup d’État produit de la National Endowment for Democracy (NED) – soutient Moïse, et reçoit des terres et des millions de gourdes en retour.

Les trois jeunes hommes qui ont avoué avoir enlevé et tué Evelyne Sincère: (de gauche à droite) Evald Domerçant 27 ans, Michel Jerry Domerçant, 22 ans, et, son petit ami, Obed «Kiki» Joseph, 24 ans.

Mais même au sein du cercle assiégé et rétréci de Jovenel Moïse, il y a une division sur la façon de gérer l’anarchie croissante qui balaie Haïti alors que les familles bourgeoises se retirent dans leurs forteresses de montagne, laissant les hommes forts du quartier émerger dans les bidonvilles du lumpenprolétariat haïtien en pleine croissance.

En raison de la spirale mortelle vicieuse de l’économie haïtienne causée par les coups d’État et les occupations de l’empire étatsunien, il y a peu d’emplois à trouver, en dehors des sinécures gouvernementales. En 2019, le taux de chômage officiel était de 13,78%, supérieur à celui du Yémen (12,91%), du Soudan du Sud (12,24%), de la Somalie (11,35%) ou de l’Afghanistan (11,12%). Bon nombre des 86% statistiquement employés vivent dans le secteur informel, colportant des bouteilles d’eau sucrée ou des lunettes de soleil en plastique dans les rues étouffées par les gaz d’échappement, ou trouvant des petits boulots à creuser du sable, à transporter du bois ou à réparer des automobiles et des radios cassées. Même ceux qui ont des emplois salariés dans les parcs d’ateliers de misère ne peuvent pas s’en sortir avec le salaire minimum de 6,41 $ par jour et doivent compter pour survivre sur quelque 2 milliards de dollars d’envois de fonds par an de la part de leurs familles à l’étranger.

Le résultat a été que les «gangs», qui ont commencé à proliférer après la chute de la dictature de Duvalier en 1986 comme «brigades de vigilance» pour se défendre contre les incursions en maraude des anciens «Tonton Macoutes» (comme on appelait la force paramilitaire de Duvalier), ont progressivement transformé leurs activités de défensives en offensives pour prendre soin de leurs quartiers.

A l’origine, ils étaient payés par la bourgeoisie pour protéger ses biens: magasins, entrepôts, garages et terrains vagues, toujours envahis par des squatters sans abri. De plus en plus, les gangs lumpen étaient appelés à régler des comptes: brûler la station-service d’un rival ou même commettre un meurtre.

Avec l’enlèvement forcé du pouvoir du président Jean-Bertrand Aristide par un commando étatsunien SEAL sous la menace des armes, le 29 février 2004, «l’enlèvement moderne» (comme Aristide l’a caractérisé) était désormais établi et s’est ensuite répandu à travers Haïti au cours des 17 dernières années. Les enlèvements étaient à l’origine principalement contrôlés par la bourgeoisie, qui engageait des gangs pour procéder à ces enlèvements, puis garder les otages. Ce secret longtemps soupçonné a été révélé le 22 octobre 2012 lorsque la police haïtienne a arrêté l’éminent descendant de la famille bourgeoise Clifford Brandt, dont la bande de ravisseurs avait enlevé Nicolas (24 ans) et Coralie (23 ans) Moscoso, qui venaient d’une famille détenant en grande partie Sogebank.

La dépense la plus importante du racket d’enlèvement est d’acheter la population d’un quartier

Les enlèvements sont devenus si répandus que non seulement les gangs des quartiers pauvres d’Haïti les pratiquent tout comme on nettoie les pare-brise des voitures aux feux rouges. Le cas de la lycéenne Evelyne Sincère, en octobre dernier, l’a tristement fait connaître. Obed «Kiki» Joseph, 24 ans, a kidnappé Evelyne, 22 ans, sa propre petite amie, avec l’aide de deux amis, pensant que son père avait de l’argent. Essayant d’impressionner Obed (qui se faisait passer pour un étudiant en médecine), Evelyne lui avait dit que son père était diacre et propriétaire d’une petite entreprise. En fait, c’était un homme très pauvre qui poussait des charrettes pour gagner sa vie. Le trio a fini par tuer Evelyne et a jeté son corps sur un tas d’ordures dans la rue. Tous les détails sont ressortis de leurs aveux émotionnels et de l’examen par la police de leurs communications Facebook.

Une grande partie des enlèvements d’Haïti, semble-t-il, est dirigée par les gangs opérant à partir du Village de Dieu et à proximité de Grand Ravine, deux quartiers ravagés à l’extrémité sud de la capitale chevauchant l’intersection du point d’étranglement connue sous le nom de Portail Léogâne.

Les gangs demandent des rançons exorbitantes, généralement 1 ou 2 millions de dollars, mais se contentent parfois de quelques dizaines de milliers de dollars. Ces revenus leur permettent d’investir dans des véhicules, des armes et des radios qui rendent leurs enlèvements beaucoup plus professionnels que des imitateurs grossiers comme la bande d’Obed Joseph.

La dépense la plus importante du racket d’enlèvement est d’acheter la population d’un quartier. Lorsque les habitants des bidonvilles sont confrontés à un problème financier, ce qui arrive fréquemment – pour des funérailles, un mariage, un accident de voiture, des médicaments ou des livres et uniformes scolaires – ils demandent de l’argent au gang local. Ils n’ont personne d’autre à qui s’adresser. C’est pourquoi les habitants du Village de Dieu ont aidé à amener la malheureuse équipe SWAT dans un piège; pour eux c’était dans leur intérêt de le faire.

Divisions du gouvernement

Face à l’épidémie d’enlèvements qui touche et indigne de plus en plus la société haïtienne, le gouvernement de Jovenel Moïse a vu émerger une fracture publique dans ses propres rangs.

Le Premier ministre Joseph Jouthe dirige une faction qui propose que le gouvernement haïtien interdise les vitres teintées de noir sur les véhicules et augmente les barrages routiers de la police où les personnes enlevées pourraient être secourues. C’est une approche défensive.

Cependant, Renald Lubérice, le secrétaire général du Conseil des ministres et bras droit de Jovenel Moïse et du ministre de la Justice Rockefeller Vincent, se fait le champion d’une politique offensive et agressive contre les gangs, où la police pénétrerait dans les bidonvilles armés pour tenter d’affronter, arrêter, ou au moins perturber l’action des membres de gangs impliqués dans des enlèvements. La tragédie du 12 mars est le résultat de cette tactique.

faire la guerre aux gangs en ce moment revient à faire la guerre aux habitants des bidonvilles

L’approche de Lubérice est illusoire. Il pense que le problème peut être résolu par la puissance de feu. En réalité, faire la guerre aux gangs en ce moment revient à faire la guerre aux habitants des bidonvilles qui les entourent, les soutiennent et profitent régulièrement de leurs mal acquis. Hormis un projet de spectacle occasionnel, le gouvernement ne fournit aucune autre alternative pour la survie des masses en termes de programmes sociaux, de développement de logements, d’amélioration des infrastructures, de subventions alimentaires ou d’emplois. Le gouvernement Jovenel Moïse n’a manifesté ni intérêt pour la mise en œuvre de réformes sociales progressives ni capacité, compte tenu de son statut de paria croissant tant au niveau national qu’international, à l’exception de Washington et de ses alliés qui valorisent son rôle ornemental dans la campagne contre le Vénézuela en particulier.

L’opposition bourgeoise haïtienne à Jovenel, représentée par ses deux principaux fronts entrelacés, la Direction politique de l’opposition démocratique (DIRPOD) et le Secteur Démocratique et Populaire, a brouillé les choses en accusant le gouvernement de soutenir les gangs kidnappeurs. L’accusation est manifestement illogique, signifiant que le régime est en train de se déstabiliser.

Ironiquement, de nombreux critiques nominalement de gauche, qui suivent l’exemple de DIRPOD, font écho au même cri, arguant que le régime utilise les ravisseurs pour terroriser les Haïtiens, les effrayant de participer à des manifestations anti-gouvernementales.

Les «gangs» anti-kidnapping

Plus déroutant encore, l’opposition bourgeoise et ses partisans de gauche confondent les gangs kidnappeurs avec ceux organisés pour arrêter les enlèvements dans leurs quartiers et au-delà, sorte de «brigades de vigilance» armées sous stéroïdes.

Le porte-parole le plus visible de ce secteur est Jimmy «Barbecue» Cherizier, un ex-flic qui garde le quartier Delmas 6 où il a grandi. Il a obtenu son surnom parce que le quartier avait trois garçons nommés Jimmy, ainsi, parce que sa mère vendait de la viande grillée, il est devenu connu sous le nom de «Jimmy Barbecue». Jusqu’à il y a un peu plus de deux ans, Cherizier était un officier gung-ho dans l’Unité départementale du maintien de l’ordre (UDMO), qui est déployée précisément pour éradiquer les activités des gangs, démanteler les barricades routières et faire face aux troubles populaires.

L’ancien policier Jimmy «Barbecue» Cherizier dirige les durs qui gardent et défendent le quartier de Delmas 6, où il a grandi.

Cherizier faisait partie d’environ 200 policiers haïtiens qui, sous la supervision de la force de police de la Mission des Nations Unies pour l’appui à la justice à Haïti (MINUJUSTH), ont fait une descente dans le quartier de Grand Ravine aux petites heures du matin du 13 novembre 2017 pour éradiquer l’activité des gangs, y compris les enlèvements.

Comme il le raconte, l’unité UDMO de Cherizier a été déployée avec plusieurs autres unités de police aux petites heures du matin. Après avoir procédé à des arrestations à Grand Ravine, son unité a été appelée pour fournir un soutien à une autre unité UDMO sur le campus du Maranatha College. Informés par le directeur de l’école, lui et d’autres agents sont allés chercher deux fusils automatiques cachés par le gang local dans un dépôt scolaire. À l’insu des policiers, des membres de gangs se trouvaient également dans le dépôt et ont ouvert le feu lorsqu’un des flics est allé ouvrir une porte à l’intérieur du dépôt. Deux policiers de l’UDMO ont été abattus. Cherizier a tenté de tirer dans la pièce mais a dû se retirer. Les membres du gang qui s’étaient cachés dans la pièce se sont échappés. Alors que d’autres unités de police échangeaient des tirs avec les membres du gang en fuite et d’autres, les combats ont englouti le campus du Maranatha College, où il y avait des coups de feu, des gaz lacrymogènes, et de la confusion.

Comme d’habitude, il y a eu des rapports contradictoires, de l’ONU, de la police haïtienne et des civils. Quoi qu’il soit arrivé ce jour-là (Jake Johnston a publié un rapport complet dans The Intercept), les deux policiers ont été tués avec au moins neuf civils. Bien qu’un rapport note qu’il y avait des signes d’exécutions sommaires, Cherizier affirme qu’il n’y en a pas eu.

Selon Cherizier, le haut commandement haïtien, après l’avoir félicité, a été terrifié par la condamnation par les groupes de défense des droits humains de la confrontation sanglante. Ils ont nié la responsabilité du raid, affirmant qu’il s’agissait d’une opération de voyous. Lorsqu’ils l’ont convoqué pour une révision disciplinaire, il était sûr qu’ils feraient de lui un bouc émissaire. Il a refusé de répondre à sa convocation.

Puis, un an plus tard, du 13 au 17 novembre 2018, il y a eu un autre massacre dans le bidonville de La Saline, une zone pauvre concentrée juste à l’ouest de l’avenue Jean-Jacques Dessalines, l’artère principale de la capitale. La police haïtienne a accusé Cherizier d’être l’un des «auteurs présumés» de l’horrible attaque, qui aurait impliqué des viols et des incendies criminels et laissé un nombre incertain de morts (y compris des enfants, selon des témoins). Les groupes de défense des droits humains estiment entre 15 et 71 morts.

Maranatha College à Grand Saline, où une descente de police le 13 novembre 2017 a fait au moins deux flics et neuf civils morts. Crédits: Jake Johnston

Cherizier nie avec véhémence et catégoriquement avoir eu connaissance ni aucun lien avec l’attaque de La Saline. Néanmoins, un rapport du Département d’État étatsunien de 2019 indique que « selon la MINUJUSTH, des témoins ont rapporté que trois policiers avaient été vus avec les gangs pendant l’attaque. Deux des officiers, Gregory Antoine et Jimmy Cherizier, ont été renvoyés de la [PNH] en décembre 2018 ».

Un rapport du 17 février 2020 du successeur de la MINUJUSTH, le Bureau intégré des Nations Unies en Haïti (BINUH), a passé en revue une autre série d’affrontements de gangs du 4 au 6 novembre 2019 à Belair, un quartier non loin de Delmas. « Pendant trois jours, plusieurs attaques contre les habitants de Belair menées par des membres de gangs ont fait trois morts, dont un chef de gang, et six blessés », indique le rapport. « Une trentaine de maisons et 11 voitures ont été incendiées ».

Le rapport du BINUH fait référence à Belair comme à une «zone pro-opposition» dans laquelle le gang de Cherizier «éliminait les barrages routiers». De telles formulations impliquent que le gang de Cherizier attaquait Belair en raison de ses tendances anti-gouvernementales.

Cherizier dit qu’il n’a pas été personnellement impliqué dans l’attaque de Belair de novembre 2019 mais ne nie pas que les hommes de Delmas 6 se soient battus contre ceux de Belair. Il affirme que c’était en représailles à une attaque antérieure de Belair contre leur quartier.

Alors que les preuves, la vérité et la clarté restent insaisissables, Cherizier est devenu la première cible en Haïti à la fois de Washington et des Nations Unies, et en février 2019, la PNH a émis un mandat d’arrêt contre lui. Plus de deux ans plus tard, il est toujours libre.

(À suivre)

Traduit de l’anglais par Alexandra Panaguli

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY