Comprendre les gangs, les enlèvements, et la lutte des classes en Haïti (2)

(Deuxième de deux parties)

0
710
«Il n'y a pas de liberté sans bien-être», dit un signe porté par l'un des jeunes qui a défilé le 6 juillet 2020 à Port-au-Prince pour annoncer la formation du G-9 Families and Allies, une coalition de groupes armés des bidonvilles de la capitale. Crédit: Estailove St.Val / AFP

(Première partie) (English)

En juin 2020, neuf groupes armés des quartiers les plus pauvres de Port-au-Prince ont formé une alliance appelée «G-9 en famille et alliés». Leur porte-parole, Jimmy «Barbecue» Cherizier, a annoncé le 10 juin que le lancement de la coalition était le début d’une «révolution armée» contre le «système puant, pourri et corrompu» d’Haïti au service de la bourgeoisie, qui était divisée en soutenant deux rivaux. Une faction de la bourgeoisie, a-t-il expliqué, soutient la clique entourant le président Jovenel Moïse, et l’autre faction soutient son opposition politique, dirigée par l’avocat au franc-parler André Michel et l’ancien sénateur Youri Latortue, qui ont tous deux soutenu le coup d’État de 2004 contre le président Jean-Bertrand Aristide.

« Le G-9 ne travaille pas pour le régime, et le G-9 n’a pas été créé et ne travaille pas pour l’opposition », a déclaré Cherizier. « Il a été créé pour ne plus jamais avoir de vols, viols et enlèvements dans nos quartiers… mais aussi pour que les ghettos reçoivent leur dû », écoles, cliniques, hôpitaux, services, eau courante, infrastructures et « toute la sécurité que les quartiers riches obtiennent ».

La bourgeoisie a toujours cyniquement utilisé les habitants des bidonvilles d’Haïti comme chair à canon dans leurs batailles pour le contrôle politique de l’État, a expliqué Cherizier dans de nombreuses interviews à la radio et des vidéos sur YouTube. Il jure que les masses pauvres ne se battront plus entre elles au profit des rivalités de la classe dirigeante; ils n’utiliseront leurs armes que pour combattre et rejeter «le système» qui les utilise, les réprime et les appauvrit.

Cherizier est un ancien flic vétéran de 14 ans qui a été limogé en décembre 2018 pour ne pas avoir répondu à une convocation de ses supérieurs.

La diabolisation du G-9

Des dizaines de «militants» du G-9, acclamés par des centaines d’habitants de bidonvilles, ont défilé à Port-au-Prince le 6 juillet 2020.

Le spectacle de nombreux jeunes armés et organisés déchargeant leurs armes en l’air et déclarant une «révolution» contre le «système» a jeté la terreur et la panique dans le cœur de la bourgeoisie haïtienne et de Washington.

« Haïti n’est pas une république bananière où les scélérats, les délinquants et les criminels peuvent faire ce qu’ils veulent », a déclaré le 9 juillet le ministre de la Justice, Lucmane Délile, à son retour de l’étranger. Il a qualifié la marche d’évolution «extrêmement sérieuse». « Nous n’accepterons pas ce type de comédie de mauvais goût. Je demande à la Police nationale haïtienne [PNH] de faire tout ce qui est en son pouvoir pour traquer ces types comme des animaux sauvages parce que c’est ce qu’ils sont, des animaux sauvages. Ils doivent obtenir ce qu’ils méritent en tant que délinquants et criminels ».

Jimmy «Barbecue» Cherizier montre aux journalistes du Washington Post les conditions misérables dans lesquelles vivent les habitants de La Saline. Crédit: Pierre Michel Jean

Délile, un acteur pro-coup d’État de 2004, savait avant son retour en Haïti qu’il allait être licencié. Lors de la libération par le gouvernement de détenus de longue date en détention provisoire, en tant que ministre de la Justice il avait ajouté des prisonniers très récents sur la liste des personnes à libérer, provoquant un scandale. De plus, dans son discours du 9 juillet à l’aéroport, il a affirmé que lui seul aurait pu arrêter la marche du G-9, humiliant de fait le premier ministre et le président.

Ainsi, le même jour, Délile a en effet été limogé par décret présidentiel (Le Moniteur, n ° 114 9 juillet 2020) et remplacé par Rockefeller Vincent, l’ancien directeur de l’Unité de lutte contre la corruption (ULCC). Le limogeage est souvent cité comme la preuve ultime – mais circonstancielle – du soutien du gouvernement Moïse au G-9.

Cette interprétation a été reprise par d’autres «outils du système», comme les appelle Cherizier, cherchant à diaboliser Cherizier et le G-9: les journalistes.

Insight Crime, un «groupe de réflexion et organisation médiatique» (d’après son website) basé à Washington DC, et Medellin, en Colombie, soutenu par la National Endowment for Democracy (NED), un cousin de la CIA, et par la Open Society Foundations du milliardaire George Soros, a publié le 23 juillet 2020 un article souvent référencé, intitulé « L’Alliance des gangs du G-9 en Haïti est-elle une bombe à retardement? »

« L’alliance du G-9 aurait bénéficié de liens étroits avec le gouvernement du président Jovenel Moïse », déclare l’article, qualifiant Cherizier de « cerveau du front… chargé de faire respecter l’alliance parrainée par l’État ».

« Les chefs de gangs sont apparemment à l’abri de la persécution tant qu’ils aident à maintenir la paix dans les quartiers qu’ils contrôlent », poursuit l’article. « En échange, le gouvernement de Moïse a trouvé en eux de fidèles fantassins qui éradiquent l’insécurité, étouffent les voix de l’opposition et renforcent le soutien politique dans toute la capitale ».

« Ils ont essayé de nous acheter. Mais vous ne pouvez pas lutter contre un système si vous en prenez de l’argent »

L’auteur, Parker Asmann, déclare sans ambages – et sans qualifications prudentes, comme «on rapporte» ou «apparemment» – que «le gouvernement utilise les gangs pour réprimer l’opposition». Il n’offre aucune preuve de l’accusation.

Le 14 août 2020, le Washington Post a repris la campagne contre Cherizier et le G-9 avec l’article «En Haïti, le coronavirus et un homme nommé ‘Barbecue’ testent l’état de droit».

Bien que la co-auteure Ingrid Arnesen, une habituée d’Haïti, ait en fait rencontré Cherizier, contribuant à un peu plus de nuances, l’article poursuit la même diffamation.

« Cherizier et les membres de son gang consolidé extorquent des entreprises, détournent des camions de carburant et kidnappent des professionnels et des propriétaires d’entreprise pour des rançons exorbitantes pouvant atteindre 1 million de dollars», déclare l’article, assimilant Cherizier, un opposant aux enlèvements, avec d’autres groupes du Village de Dieu et de Grand Ravine qui se livrent clairement à des enlèvements contre rançon. (En avril 2020, avant la formation du G-9, Cherizier avait même menacé dans une vidéo de mobiliser 19 autres policiers pour faire du Village de Dieu «comme j’ai besoin qu’il soit», c’est-à-dire exempt de ravisseurs. “Izo,” le chef de Five Seconds Base du Village de Dieu a répondu: «Nous pourrions aussi aller dans le quartier de Barbecue».)

Une autre figure, particulièrement utilisée par les partisans de gauche de l’opposition bourgeoise, est que la Commission nationale pour le désarmement, la démobilisation et la réintégration (CNDDR) du gouvernement haïtien a organisé les «gangs» au sein du G-9 et les rémunère. Le porte-parole du CNDDR, Jean Rebel Dorcénat, nie catégoriquement ces accusations. «Je n’ai jamais dit avoir demandé aux gangs de s’unir», a-t-il déclaré au quotidien Le Nouvelliste, qui avait précédemment rapporté qu’il l’avait fait.

Dorcénat a également rejeté les accusations selon lesquelles le G-9 travaillerait pour le gouvernement. « Les membres du G-9 m’ont fait savoir qu’ils ne soutiennent personne », a déclaré Dorcénat au quotidien, puis a demandé: « Si le gouvernement ne prend pas en considération les demandes du G-9 dans leurs quartiers, pourquoi le G- 9 serait-il à son service? »

Cherizier contre les «outils du système» des droits humains

« Ils nous traitent de gangs et crient que nous avons des armes », a déclaré Cherizier dans une interview le 11 juillet 2020. « Il n’y a pas de plus gros gang que cette bourgeoisie mafieuse syro-libanaise * qui a pris la nation en otage. Et personne n’a plus d’armes qu’eux. Ils ont tout l’argent et nous n’en avons pas. Ils nous traitent de scélérats et de bandits, estiment que nous n’avons pas de cerveau et pensent pouvoir faire de nous ce qu’ils veulent. Ils ont essayé de nous acheter. Mais vous ne pouvez pas lutter contre un système si vous en prenez de l’argent… Ils peuvent utiliser leur argent pour me tuer, mais je n’ai pas besoin de l’argent de ces gens. Aujourd’hui, diaspora, c’est sur vous que nous comptons pour retourner dans ce pays, pour y investir. La bourgeoisie n’investit pas ici. Ils aspirent simplement la richesse et l’envoient à leurs maisons et à leurs enfants à l’étranger. Mais nous vous demandons, diaspora, d’apporter ce que vous pouvez. Cette lutte est votre lutte ».

Le ministre de la Justice Lucmane Délile avec l’ambassadeur des États-Unis en Haïti Michele Sison: «Je demande à la PNH de traquer ces types comme des animaux sauvages parce que c’est ce qu’ils sont, des animaux sauvages», a-t-il déclaré.

En effet, de nombreux Haïtiens de toute la diaspora et à travers Haïti sont réveillés par l’appel, le charisme, et le courage de Cherizier. D’autres sont effrayés par sa férocité ou acceptent sans réserve les rapports de groupes de défense des droits humains haïtiens comme le Réseau national de défense des droits humains (RNDDH) et la Fondasyon Je Klere (FJKL), qui sont tous deux proches de l’ambassade étatsunienne et de l’arbitre de l’empire, Human Rights Watch (HRW), et ont été les premiers à le dépeindre comme responsable du massacre de La Saline en 2018.

« Nous devons dénoncer les fausses organisations de défense des droits humains, ces organisations politiques des droits humains que nous avons dans ce pays », déclare Cherizier. « Nous devons inviter certaines organisations internationales à venir enquêter sur ces groupes ici, pour que nous puissions voir si elles aussi sont des outils du système ».

En effet, ce n’est pas la première fois que des groupes de défense des droits humains se heurtent aux «gangs» et se révèlent jouer un rôle politique, comme le font souvent HRW et Amnesty International. En 2004, le RNDDH a accusé le gouvernement Aristide d’avoir perpétré un «massacre» avec ses «gangs» à La Scierie, un quartier de la ville de Saint-Marc. L’évaluation, qui a ensuite été discréditée, était basée sur un affrontement entre deux des organisations populaires de la ville («gangs»): Balewouze, qui était pro-Aristide, et Ramicos, qui était anti-Aristide.

En effet, une grande partie de la lutte politique en Haïti au cours des deux dernières décennies a été menée par des jeunes durs du lumpen-prolétariat dans les bidonvilles d’Haïti en prolifération. En 2002-2003, alors qu’ils défendaient le gouvernement Aristide, ils étaient qualifiés de «chimères» ou de fantômes. En 2004-2005, alors que des chefs de «gangs» de Cité Soleil comme Dread Wilmer, Amaral Duclona, «Evans» et «Belony» ont résisté au coup d’État contre Aristide et à l’occupation militaire étrangère qui a suivi, ils étaient fustigés comme des «bandits» (comme Charlemagne Péralte et ses guérilleros Caco ont également été stigmatisés par les Marines étatsuniens pendant l’occupation militaire étatsunienne d’Haïti de 1915-1934).

Divisions au sein de la police

La lutte entre les nantis et les démunis a vu des guerres de gangs et des enlèvements dans de nombreux autres pays d’Amérique latine, en particulier au Mexique, en Colombie et au Brésil. Certains gouvernements répressifs soutenus par Washington utilisent des paramilitaires pour mener leur terreur et leur répression, en particulier en Colombie qui dispose également de spécialistes de la police pour lutter contre les enlèvements. En effet, l’ambassade des États-Unis en Haïti s’est arrangée pour qu’une équipe d’experts de la lutte contre les enlèvements vienne de Colombie pour conseiller la police haïtienne.

Mais là réside un autre problème. La PNH elle-même est déchirée par des divisions et des dysfonctionnements.

Un policier colombien (à gauche) avec le chef de la police Léon Charles. L’ambassade des États-Unis a fait appel à des spécialistes colombiens pour aider le gouvernement à lutter contre les enlèvements.

Il y a d’abord la nomination inhabituelle de Léon Charles au poste de chef de la police en novembre dernier. Après 15 ans hors du pays et en poste comme diplomate à Washington, DC, Charles a été ramené en Haïti pour remplacer Normil Rameau, qui n’avait servi que 15 mois du mandat habituel de trois ans d’un directeur de police. Charles avait mené une répression impitoyable au cours de son propre mandat de 17 mois en tant que chef de la police en 2004-2005, mais avait été évincé parce qu’il favorisait ou ne pouvait freiner la corruption et l’indiscipline, selon les câbles diplomatiques étatsuniens obtenus par Wikileaks.

En plus de cela, la nomination de Charles par Moïse a complètement ignoré la chaîne de succession habituelle dans la hiérarchie de la PNH, injectant colère, ressentiment et discorde au sein de la direction de la police.

En outre, il y a une lutte entre les agents de police de base et les hauts gradés. La semaine dernière du Mars, les officiers à la tête du Syndicat national de la police haïtienne (SPNH) ont tous été licenciés en raison de leurs liens présumés avec un groupe de police dissident, le Phantom 509, qui a mené l’assaut des prisons et d’autres actions violentes, au cours desquelles deux policiers ont été tués.

Les «gangs» et le lumpen-prolétariat dans la lutte de classe

Alors que ses détracteurs l’ont étrangement qualifié de collaborateur de Jovenel Moïse, Cherizier affirme que ses sympathies politiques et ses modèles s’inscrivent davantage dans les courants Lavalas en Haïti aujourd’hui. Il a dit qu’il admirait beaucoup «l’Aristide de 1990» ainsi que le sénateur au franc-parler Moïse Jean-Charles, ancien protégé d’Aristide et farouche ennemi de Jovenel Moïse, «s’il se dissociait de l’opposition pourrie». (Cherizier dénonce même le chef de file de l’opposition, André Michel, pour son rôle de leader dans la coalition du «Groupe des 184» soutenue par le NED, qui a dirigé le coup d’État contre Aristide en 2004.)

« Je ne sais pas si nous devrions nous appeler les vrais enfants de [Jean-Jacques] Dessalines, ou les enfants [d’Alexandre] Pétion, ou les enfants de Capois LaMort », a déclaré Cherizier, faisant référence aux dirigeants de la révolution haïtienne de 1804. « Mais nous avons un mot à dire au monde: nous aimons Haïti, et nous devons lutter pour changer ce système…. Nous n’avons pas seulement besoin de personnes qui ont des armes, même s’il est vrai qu’aucune révolution ne se fait sans armes, et… les armes sont le symbole de notre résistance. Nous avons besoin de n’importe qui, médecins, avocats, professionnels, qui puisse contribuer à cette lutte… Nous baisserons les armes quand nous aurons fini de lutter contre ce système puant, pourri et corrompu, qui donne à cinq familles le pouvoir, le monopole, le droit d’importer le riz, le sucre, la farine, le fer, donnent l’électricité, ainsi que l’installation des présidents, des sénateurs et des députés ».

«Nous avons un mot à dire au monde: nous aimons Haïti, et nous devons lutter pour changer ce système»

Bref, ce qui apparaît aujourd’hui comme une lutte à trois entre le régime Moïse, l’opposition, et les «gangs», est en fait une lutte à double sens. Pas la caractérisation stupide et absurde d’une alliance gouvernement-gang contre l’opposition bourgeoise et les masses haïtiennes exigeant que Jovenel démissionne, comme l’impose la Constitution.

Il s’agit plutôt d’une bataille à double sens pour la justice économique, la démocratie et la souveraineté entre le prolétariat haïtien fortement regroupé et une bourgeoisie dirigeante infiniment petite, qui les a trompés, sacrifiés et massacrés pendant trop longtemps.

En 1895, l’écrivain de science-fiction socialiste fabien britannique H.G. Wells a publié The Time Machine, dans lequel le protagoniste avance dans le temps jusqu’à l’année 802.701 après J.-C. Là, il découvre une race naïve et enfantine de descendants humains appelés Eloi, qui vivent une existence luxueuse et sans souci, gambadant et mangeant des fruits des arbres pendant la journée. Mais ils passent la nuit dans la terreur parce qu’une autre race de descendants humains, les Morlock, arrive parfois de la clandestinité et les kidnappe. Dans le sombre monde souterrain des Morlock, le protagoniste trouve toutes les machines qui rendent le paradis sur terre possible. C’est l’allégorie à peine déguisée de Wells sur l’avenir lointain de la bourgeoisie capitaliste et du prolétariat.

Dans leur Manifeste communiste de 1848, Karl Marx et Friedrich Engels décrivaient le lumpen-prolétariat comme «la classe dangereuse, la racaille sociale», qui «est ici et là poussée dans le mouvement [progressiste] par une révolution prolétarienne; [cependant,] conformément à tout son mode de vie, il est plus susceptible de se vendre aux intrigues réactionnaires». Pour Marx, il s’agit d’une «armée de réserve industrielle» et d’une «population excédentaire relative», qui survit souvent par le crime, grand et petit, et sert souvent à maintenir les salaires bas et à casser les grèves.

Frantz Fanon voyait le lumpen-prolétariat, non comme un fléau, mais comme une classe indispensable dans la lutte révolutionnaire dans les néo-colonies.

Mais depuis un siècle et demi, d’éminents penseurs révolutionnaires, parmi eux Lénine, ont commencé à reconnaître le potentiel révolutionnaire du lumpen-prolétariat. Mao Tse-tung a qualifié la classe de «combattants courageux mais susceptibles d’être destructeurs», concluant qu’ «ils peuvent devenir une force révolutionnaire s’ils sont bien guidés».

Dans les années 1960 en Guinée-Bissau, Amilcar Cabral a fait face à une situation très similaire à celle d’Haïti d’aujourd’hui. Il a décrit un groupe «sans racine» qui «pourrait facilement être appelé notre lumpen-prolétariat, si nous avions quelque chose en Guinée que nous pourrions réellement appeler prolétariat». Le groupe se compose «d’un grand nombre de jeunes récemment venus de la campagne, qui gardent des liens avec elle, et qui commencent en même temps à mener une vie à l’européenne. Ils sont généralement sans formation et vivent aux dépens de leurs familles petites-bourgeoises ou ouvrières». Néanmoins, le PAIGC de Cabral «a concentré une attention particulière» sur ce lumpen-prolétariat «sans racines», et «ils ont joué un rôle important dans notre lutte de libération».

Mais c’est le brillant théoricien révolutionnaire algérien d’origine martiniquaise Frantz Fanon, qui a vraiment saisi le potentiel révolutionnaire du lumpen-prolétariat. Dans une néo-colonie post-coloniale comme Haïti, «les classes clés qui soutiennent la révolution, pour Fanon, sont (1) la paysannerie et (2) le lumpen-prolétariat, bien que pour que l’une ou l’autre classe lutte avec succès, elle doit s’unir à des ‘intellectuels urbains’, dont un petit nombre ‘vont au peuple’ », a expliqué l’universitaire britannique Peter Worsley dans l’article «Frantz Fanon et le ‘Lumpen-prolétariat’». (Ironiquement, le titre de l’œuvre la plus célèbre de Fanon, “Les damnés de la terre”, aurait été tiré d’un poème de Jacques Roumain, le fondateur du Parti communiste d’Haïti.)

L’avenir du G-9

Actuellement en Haïti, le G-9 ne semble pas se développer en une alliance fonctionnelle, mais est plutôt en train de disparaître. Un analyste haïtien a déclaré: «Cela ne semble plus être une véritable organisation, mais plutôt un slogan». Le meurtre, le 12 mars, au Village de Dieu de quatre policiers par la Five Seconds Base, qui n’est pas un membre du G-9 ni un «allié», pourrait provoquer un conflit avec Cherizier à Delmas 6. «Les membres du G-9 ne doivent pas se livrer à des enlèvements ou à d’autres types de crimes», a-t-il déclaré. «Nous essayons d’arrêter le crime afin que les gens puissent vivre en paix». Cependant, Cherizier n’a pas déclaré – du moins pas encore – qu’il avait l’intention de nettoyer le Village de Dieu, comme il l’avait dit l’année dernière.

Cherizier a également pris soin de ne pas brûler ses ponts. Il a déclaré que tous les bourgeois, journalistes, politiciens ou défenseurs des droits humains ne sont pas mauvais. «Il y a parmi eux des personnes honnêtes et bien intentionnées, qui se rangent du côté du peuple», dit-il. Et il fait appel à la diaspora haïtienne pour un soutien et une expertise financiers, politiques et matériels. Même «Izo» du Village de Dieu, le méchant de l’heure, a regretté le meurtre des quatre policiers, a organisé des obsèques télévisées pour eux au Village de Dieu (il n’a pas rendu les corps à leurs familles pour des «raisons mystiques»), et a appelé au dialogue plutôt qu’à de nouveaux combats et effusions de sang.

«Il est clair, les conditions de vie des chefs de bandes les disposent plutôt à se vendre à la réaction mais rien n’indique qu’ils ne peuvent pas faire le contraire», a expliqué un éditorial d’Haïti Liberté du 1er juillet 2020. « Donc, s’ils réclament une autre orientation, il faut les prendre aux mots en leur donnant le bénéfice du doute. Tous ceux qui aimeraient voir le peuple des zones de non-droits avoir un minimum de paix ne devraient avoir qu’une position : les supporter ou même les accompagner pour aboutir à ce projet. Et c’est ce que font les habitants du quartier populaire “Grand-Ravines” qui ont accueilli l’idée aux cris de : Nous voulons la paix ! Nous voulons la paix ! Les maitres colons ont toujours réprimé leurs esclaves rebelles qu’ils qualifiaient de bandits quand ces derniers luttaient pour s’affranchir de leur domination ».

Traduit de l’anglais par Alexandra Panaguli


* De nombreux réfugiés du Moyen-Orient ont migré vers les Caraïbes après la dissolution de l’Empire ottoman au début du XXe siècle. Au cours du siècle dernier, ils sont devenus certaines des familles bourgeoises les plus importantes d’Haïti, ce qui a incité certains Haïtiens à utiliser une description ethnique et raciste (mais en aucun cas scientifique ou complètement exacte) de la classe dirigeante d’Haïti.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY