Quelles sont les raisons de la rencontre entre Michel Martelly et Danilo Medina ?

0
530

top_front_picture C’est sur le compte Twitter de la présidence dominicaine que la presse haïtienne a découvert que son président allait rencontrer son homologue de l’ile voisine. On pouvait lire en effet : « Danilo Medina et Michel Martelly se rencontreront mardi à Barahona ». N’est-ce pas une autre et grave dérive de non-respect de Martelly à l’égard de la nation ? C’est le porte-parole du gouvernement dominicain et chef de la direction de communication de la présidence, Roberto Rodriguez Marchena qui a dévoilé le secret en nous informant que le Mardi 13 Octobre à 11 hres du matin, Martelly serait en Dominicanie pour discuter de questions d’intérêt commun aux deux pays.

C’est à l’aéroport María Montez que la réunion s’est tenue à partir de 11 :10. Les objectifs ont été clairs comme l’avait expliqué Rodriguez Marchena. Il s’agissait entre autres choses de « la levée de l’interdiction» d’entrée en Haïti de 23 produits en provenance de la République dominicaine.

Pourquoi Martelly n’a-t-il pas jugé bon de mettre la nation au courant de cette rencontre ? Si le voisin ne l’avait rendue publique, personne dans le pays, sauf son entourage et ses complices auraient su qu’il devait aller en République Dominicaine. Tout ce qui se fait en catimini, c’est pour cacher, qu’on le veuille ou non, une affaire louche. Pour ce faire, Martelly était accompagné entre autres de Lener Renauld Ministre des affaires Étrangère, de Wilson Laleau, Ministre de l’Économie et des Finances, de Jude Hervé Day, Ministre du Commerce et de l’Industrie, d’Ardouin Zéphirin, Ministre de l’Intérieur, de Mario Dupuy. Ministre de la Communication et de Michel Chancy, Secrétaire d’État la production animale ainsi que quelques officiels de l’Ambassade d’Haïti en République Dominicaine ; sans oublier M. Romeo Halloun conseiller du ministre Lener Renauld et son chef de cabinet Madelain Fils aimé ; l’Ambassadeur Légine Lamur, secrétaire technique de la Commission mixte bilatérale et l’Ambassadeur Idalbert Pierre, Directeur des affaires.haitiano- dominicaines.

Danilo Medina de son côté était flanqué de son ministre des Affaires étrangères, Andrés Navarro, du ministre de l’Industrie et du Commerce, José del Castillo Saviñon, du ministre de l’Intérieur, José Ramón Fadul, du ministre de la Présidence de la République dominicaine, Gustavo Montalvo et du directeur des douanes, Fernando Fernández.2

Étrange rencontre s’il en fut, puisque après avoir pris la décision d’interdire l’entrée par voie terrestre sur le sol haïtien de 23 produits en provenance de la République dominicaine, Martelly lui-même encore prenait l’initiative de cette rencontre. Comment se fait-il que ce soit lui qui ait demandé à rencontrer son homologue, lui qui avait pris les mesures et non pas la victime de la mesure d’interdiction? Étrange affaire !

Des observateurs politiques y voient une affaire louche et ont même souligné que cette rencontre faite à la demande des mercenaires haïtiens au pouvoir n’est qu’une récidive de Martelly pour soutirer de l’argent des dirigeants dominicains comme il l’avait fait au cours de sa campagne électorale.

Mais à bien regarder, combien de fois Martelly a-t-il demandé une rencontre à la présidence de l’ile voisine pour discuter des questions relatives à la loi de septembre 2013, rétroactive, qui a enlevé la nationalité dominicaine à des enfants nés de parents haïtiens sur le sol dominicain ? Pas une seule fois.

Martelly a-t-il jamais demandé une rencontre de ce genre pour exiger des informations sur la mort, le jeudi 8 octobre, de 3 Haïtiens en République dominicaine ? Jamais.

Même la bourgeoisie n’a pas été mise au courant de cette rencontre. « Je n’ai pas été invité. J’ai appris cela par la presse, comme vous », a fait savoir le président du forum économique du secteur privé, Grégory Brandt.22

Christopher Handal pour sa part affirme par prudence : « Je ne veux pas faire de supposition parce qu’on a rien d’officiel »

« L’ADIH n’était pas au courant et est très surprise de la tenue de cette rencontre » a souligné Mme Marie Louise Russo et « souhaite que le gouvernement maintienne sa position »

Le dirigeant du Collectif 4 Décembre Jean Robert Argant a également critiqué la démarche présidentielle : « Haïti est un pays, j’ai failli dire souverain, mais qui a quand même une certaine indépendance qui n’a pas à justifier des mesures prises pour protéger ses citoyens. Il est du ressort du gouvernement de protéger la santé de ses citoyens et d’organiser ses entrées financières parce qu’il a à gérer les conséquences de mesures prises par les autorités dominicaines vis- à-vis des ressortissants Haïtiens »

Les vraies raisons de cette réunion nous le saurons sans doute après les élections-sélections quand on aura découvert combien d’argent la mafia présidentielle en Dominicanie a investi pour la continuité d’une politique économique défavorable, sinon nuisible à la communauté haïtienne, pour la continuation d’une politique hostile à l’endroit de citoyens dominicains nés de parents haïtiens et également à l’endroit de compatriotes. Souhaitons que la journaliste dominicaine Nunia Piera nous révèle éventuellement le pot aux roses, disons plutôt la nature vénale de cette rencontre.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY