La corruption est-elle devenue une affaire d’Etat ?

0
505

Par Isabelle L. Papillon De même que le kidnapping, le trafic de la drogue, la violence dans les quartiers populeux, l’impunité, la corruption est devenue une affaire d’Etat sous la férule du pouvoir de facto tètkale-macouto-GNBiste de Martelly-Paul. Depuis l’arrivée de Sweet-Micky à la première magistrature de la première nation nègre du monde, en mai 2011à la faveur de la communauté internationale, un environnement favorable au kidnapping contre rançon: trafic de stupéfiants, corruption, abus de pouvoir et impunité, a été largement créé au point que nul n’est épargné.

Les institutions telles que : la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (CSC/CA), l’Unité de Lutte Contre la Corruption (ULCC), l’Unité Centrale de Renseignements Financiers (UCREF) et la Commission Nationale des Marchés Publics (CNMP), chargées de combattre la corruption seraient-elles, elle-mêmes, impliquées jusqu’au cou dans ce phénomène qui gangrène les autres institutions étatiques ? Le Parlement, qui est chargé du contrôle des pouvoirs et des institutions est actuellement dysfonctionnel, faute de réalisation des élections. A la manière des autres institutions, même quand il n’était pas exempt de la corruption, son absence laisse le champ beaucoup plus libre à la corruption étatique.

Depuis plus de 50 ans, la CSC/CA, la plus haute instance chargée du contrôle administratif et juridictionnel des recettes et des dépenses de l’Etat, de la vérification de la comptabilité publique ainsi que de celle des Collectivités Territoriales n’a rendu que très peu d’Arrêt de débet. En dépit des scandales qui ont éclaté au vu et au de su de tous, dans les administrations publiques, alors que la Cour donne quitus aux anciens responsables réputés corrompus. C’est la raison pour laquelle, le pouvoir tètkale cherchait par tous les moyens à avoir le contrôle de la Cour. Rappelons, l’année dernière la lutte que menaient certains sénateurs du groupe des 6 pour avoir la publication et la promulgation de la liste des 10 conseillers de la Cour dans le Journal Officiel Le Moniteur et qui furent installés dans leur fonction.

Un an plus tard, c’est au sein même de cette Cour qu’un scandale de corruption avérée a éclaté au grand jour: scandale de corruption, de détournement de fonds de trente-sept millions cinq cent mille gourdes (37, 500,000.00 G) qui seraient destinés à l’achat des matériels de bureaux et d’informatiques au cours de l’exercice fiscal 2012-2013. A date, ces matériels n’ont jamais été délivrés aux différents services de la cour. Voici donc la liste des matériels ainsi que leurs prix.

De plus, la CSC/CA a acheté de Professional Services and Decor, au moins les matériels suivants :

Cinquante-sept (57) ordinateurs

Cinquante-six (56) imprimantes

Huit (8) appareils d’empreinte digitale

Quarante-deux (42) Flash Drive USB 16 GB

Des Antivirus

La présidente d’alors de cette Cour, Nonie H. Mathieu serait la principale responsable de cette vaste opération de corruption. Après enquête, l’actuel président de la CSC/CA Fritz Robert Saint-Paul, par correspondance en date du 4 mars 2015, saisit le Parquet de Port-au-Prince pour les suites nécessaires. Dans un rapport rendu public, titré : « CSC/CA-Corruption », le Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH) exige la démission et la mise en examen de l’ex-présidente Me. Nonie H. Mathieu », « La démission de Me. Nonie H. Mathieu de son poste de conseillère à la CSC/CA ; La mise en examen de Me. Nonie H. Mathieu et de ses complices dont notamment les responsables des entreprises America Supplies Distribution (ASD) représentée par Marie Yolène Mertyl et Professional Services and Decor représentée par Ruth F. Hyppolite ;

L’adoption de mesures provisoires comme l’apposition de scellés, la mise sous séquestre et le blocage des comptes bancaires, etc. sur les biens de Me. Nonie H. Mathieu, sur les biens de ses complices et sur les biens de toutes personnes qui lui sont liées telles que son mari, son concubin, toutes personnes ayant vécu en union de fait avec elle.

La conduite d’une instruction criminelle par un magistrat crédible et compétent afin de découvrir les dessous de cette affaire ;

L’Organisation d’un procès juste et équitable respectant les droits du peuple haïtien à la vérité et les droits des inculpé;

La prise de toutes les dispositions nécessaires pour permettre à l’Etat de récupérer le montant détourné et l’amende prévue par la loi, soit, au moins, cent cinquante millions (150.000.000) gourdes

Une nouvelle analyse des dossiers de comptables de deniers publics analysés et traités sous la présidence de Nonie H. Mathieu ;

L’analyse, par l’UCREF, sur les dix (10) dernières années, des comptes bancaires de Me. Nonie H. Mathieu et des comptes bancaires des personnes qui lui sont liées ; La publication du rapport y relatif.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY