Les étudiants ne lâchent pas : Libération de Chedler Guilloux ! Départ de Martelly !

0
903

etudiant1Comme prévu, aujourd’hui encore ce mardi 3 mars, des centaines d’étudiants ont gagné les rues de la capitale pour continuer d’exiger la libération de leur camarade Chedler Guilloux, le départ de l’occupant du Palais national, de celui de la Primature, et la baisse des prix des produits pétroliers sur le marché, proportionnellement à la baisse sur le marché international. Démarré à l’avenue Christophe, le cortège des étudiants a parcouru pacifiquement plusieurs quartiers de la ville pour faire entendre les revendications estudiantines.

Les étudiants de l’Université d’Etat d’Haïti (UEH) continuent d’exiger la relaxation de l’étudiant de l’Ecole Normale Supérieure (ENS), Chedler Guilloux, arrêté puis emprisonné depuis le 23 février dernier. Les étudiants entendent, par cette initiative, réclamer aussi la baisse du prix des carburants de 100 gourdes en vue d’améliorer les conditions socio-économiques de la population. Ils assimilent cet acte à un« enlèvement et à une séquestration » de Chedler Guilloux, informe l’étudiant à l’ENS, Fresner Michel.

Ce rapt montre à l’évidence la volonté de l’équipe Tèt Kale de mettre en place une « machine de répression sauvage » en vue de rétablir la dictature dans le pays. L’état de santé de Chedler Guilloux, poursuit-il, s’est dégradé au point que son médecin avait sollicité des autorités compétentes une main levée de sorte qu’il puisse effectuer un examen afin de lui éviter le pire. Mais, les rétrogrades qui sont au pouvoir actuellement, fustige-t-il, ont fait la sourde oreille et n’y ont pas donné suite. etudiant2

De son coté, Maccénat André, étudiant à la FASCH, dénonce des menaces de mort et d’incendie dont les étudiants de l’UEH, notamment l’ENS, la FDSE, la Faculté d’Ethnologie (FE) sont l’objet depuis l’arrestation de leur camarade. Il cite comme exemple un employé du Ministère de l’Environnement répondant au nom de Dieunold Joseph, qui menace d’éliminer tous les étudiants militants qui veulent barrer la route à l’équipe Tèt Kale dans sa course. Cet individu a même menacé d’incendier le bâtiment logeant la Faculté des Sciences humaines (FASCH).

André rappelle que Chedler Guilloux est diplômé en philosophie à l’ENS, étudiant en Master 2 dans le domaine des Sciences humaines et critiques de la Culture contemporaine dans le cadre du programme de maîtrise entre l’ENS et l’Université Paris 8. Et d’ailleurs, une trentaine de professeurs et chercheurs de cette université, signataires d’une note, apportent leur support à Chedler Guilloux :

« Les enseignants et enseignants-chercheurs du master en Philosophie et critiques contemporaines de la culture de l’Université Paris 8 ainsi que de sa formation en philosophie et littérature délocalisée à l’ENS de l’UEH, expriment leur très vive préoccupation au sujet de l’arrestation dont fait l’objet Chedler Guilloux, étudiant en deuxième année de cette formation. Ils s’alarment du contexte avéré et prolongé de la violence dans lequel cette arrestation a été opérée et de l’obscurité que ces circonstances jettent sur toute tentative d’établir des faits. Ils se déclarent solidaires des actions de vigilance publique appelée par la situation et demandent instamment aux autorités responsables de prendre toutes les mesures nécessaires pour qu’il puisse recouvrer sa liberté ainsi que d’accorder toutes facilites pour que le travail de recherche dans lequel cet étudiant est actuellement engagé se poursuive, et que Chelder Guilloux puisse reprendre dans les meilleurs délais ses activités académiques et dans des conditions favorables à ses études à l’ENS d’Haïti afin d’y recevoir les enseignements prévus pour sa formation. »

Après la trêve carnavalesque, l’Opposition démocratique et populaire qui déjà est en train de réfléchir au gâteau électoral à partager veut faire semblant de continuer la mobilisation contre le pouvoir tètkale. Elle annonce déjà 2 journées de manifestation et deux journées de grève générale pour les prochains jours.

Les dirigeants de l’Opposition dénoncent également les sévices corporels infligés par des policiers à l’endroit de l’étudiant Chedler Guilloux. Ces deux journées de manifestations sont annoncées pour cette semaine à Port-au-Prince, le jeudi 5 et le samedi 7 mars et les deux journées de grève générale pour le lundi 9 et mardi 10 mars pour continuer d’exiger la baisse des prix des produits pétroliers et le départ de l’équipe tètkale.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY