Gérard Latortue: Pourquoi cette décoration?

0
871

2L’ex-Premier ministre de facto 2004-2006, grâce au coup d’Etat-kidnapping du 29 février 2004 contre un président démocratiquement élu, Jean Bertrand Aristide, est de retour sur la scène. Le président chilien, Michelle Bachelet a décidé d’accorder la décoration officielle : «

» à Gérard Latortue, ex-fonctionnaire des Nations-Unies. Cette distinction créée en 1929 a été remise le jeudi 6 novembre 2014 à Gérard Latortue dit Gros Gérard, par le chancelier chilien, Juan Gabriel Valdès à l’ambassade du Chili à Washington.

Selon les informations disponibles, le président Chilien décerne cette décoration à Gérard Latortue pour avoir mené aux côtés du président de facto, Alexandre Boniface, une transition qui a permis la réalisation des élections libres, transparentes, inclusives et légitimes de février 2006, portant au pouvoir l’ex- président René Préval, le 14 mai 2011.22

Il faut toutefois rappeler que Gérard Latortue a été imposé comme Premier ministre d’Haïti le 5 mars 2004 par l’ONU et l’OEA à travers un Conseil de Sages créé à cette fin. Par conséquent, le Premier ministre Gérard Latortue était un produit de l’international. Il était venu remplir une fonction pour l’international. Et d’ailleurs, après son approbation, il a nié qu’il existait un Conseil de Sages. L’un des premiers actes posés par Gérard Latortue comme Premier ministre, fut la signature de l’Accord de siège, en dehors de la loi, des Nations Unies autorisant le déploiement des forces étrangères sur le territoire national, sous le label : Mission des Nations Unis pour la Stabilisation en Haïti (MINUSTAH). La terre de Dessalines a été mise sous tutelle des forces étrangères pour une seconde fois par Gérard Latortue. Les conséquences ont été catastrophiques pour le pays et le peuple haïtien. En plus de la violation systématique de la souveraineté nationale, du droit à l’autodétermination du peuple haïtien, la MINUSTAH a introduit le vibrion de Choléra en Haïti qui a déjà fait plus de 9000 morts et qui continue à détruire la vie du peuple haïtien.

La distinction accordée à Gérard Latortue par le Chili, comme pays périphérique par rapport au centre capitaliste, ne reste pas sans réaction en Haïti. Le Mouvement de Liberté et d’Egalité des Haïtiens pour la Fraternité (MOLEGHAF) ne reste pas bouche bée devant cette gifle au peuple haïtien. Le secrétaire général de MOLEGHAF, Oxygène David, dans une note de presse dénonce le comportement du président du Chili, un pays, dit-il, qui a connu comme le nôtre des moments noirs de son histoire. Il a qualifié de honte cette décoration tout en rappelant les différents actes de violation des droits humains commis sous la gouvernance de Gérard Latortue.23

Pour MOLEGHAF, cette décoration est décernée à un prédateur des droits humains, tout en rappelant certains actes commis à cette époque. Il a cité à titre d’exemple : l’assassinat de 13 jeunes à Fort-National, parce qu’ils ont été identifiés comme étant des sympathisants du Mouvement Lavalas, des massacres dans les quartiers populeux : Cité Soleil, Bel Air, Saint-Martin, Solino, Grand-Ravine où des milliers des personnes ont trouvé la mort. La révocation des milliers de travailleurs dans la compagnie téléphonique dénommée Téléco et d’autres entreprises publiques, telles : l’Autorité Portuaire Nationale (APN), l’Office National Assurance-Vieillesse (ONA) et le Service Métropolitain de Collecte des Résidus Solides (SMCRS). Sous la gouvernance de Gérard Latortue, la corruption battait son plein. A la primature, l’un des proches du Premier ministre, Youri Latortue a été nommé monsieur 30%, parce qu’il réclamait 30% sur chaque personne embauchée comme employé au Bureau du Premier Ministre, Gérard Latortue.

Les élections de 2006 de monsieur Gérard Latortue, avec un Jacques Bernard au CEP, comme directeur général, ont failli tourner en catastrophe. Des bulletins de vote ont été retrouvés dans des lots d’immondices à Truitier. Ils ont été découverts par des partisans du candidat René Préval qui s’était déclaré gagnant. Mais la bande à Latortue voulait à tout prix que Préval alla au second tour avec Lesly Manigat qui n’avait recueilli que 13% des voix ; alors que René Préval le devançait de plus de 5 fois, avec plus de 51% des voix. N’était-ce la vigilance du peuple haïtien qui resta mobilisée durant plus de deux semaines, René Préval n’aurait pas été proclamé président d’Haïti pour une seconde fois. Et alors, de quelles élections libres, transparentes, honnêtes et démocratiques parle-t-on avec monsieur Gérard Latortue ?

En fin de compte, certains se demandent pourquoi le Chili a attendu tout ce temps, 10 ans environ pour décerner cette décoration à un prédateur des droits humains ? Qu’est-ce qui se cache derrière cette décoration à un moment où on parle à nouveau de transition ? Le peuple haïtien doit rester vigilant pour qu’on ne vienne pas nous imposer à nouveau un autre Premier ministre Pèpè comme Gros Gérard.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY