Le peuple exige le départ de Michel Martelly !

0
685

2La manifestation lancée par l’Opposition, ce mardi 25 novembre 2014, à Port-Au-Prince, pour exiger le départ de monsieur Michel Joseph Martelly à la tête du pays s’est déroulée sans aucun incident. Les manifestants qui se sont réunis devant les églises Saint-Jean Bosco et Notre Dame du Perpétuel Secours au Bel air se sont rencontrés à la rue Saint-Martin pour poursuivre leur parcours. Ils étaient des centaines de milliers de personnes qui parcouraient les rues de la capitale haïtienne pour réclamer le départ inconditionnel de l’équipe tètkale. Après avoir parcouru les quartiers populeux de la Saline, Bel Air, Saint-Martin, Sans-fil, ils ont emprunté la route de Delmas jusqu’à Delmas 32 en direction de la route de Bourdon. De là, les manifestants se sont dirigés tête droite en direction du Palais national où la Police leur en a interdit l’accès, en dépit de leur résistance. De toute façon, les manifestants anti-Martelly sont arrivés quand même à pénétrer le périmètre du Champ de mars, sans trop de difficultés.

Durant tout le parcours, le slogan le plus fort, scandé par les manifestants, c’était le départ de Michel Martelly : « A bas Martelly ! Martelly doit partir pour que le pays soit libéré. Pas de négociation avec Martelly. Martelly est un tyran. Martelly est un dictateur. Martelly est un corrupteur. Martelly est un menteur. Martelly est un vendeur de patrie. Martelly est un assassin. Martelly est un drogue-dealer. Martelly est un kidnappeur. » Le peuple souverain a parlé, la communauté internationale doit respecter la voix du peuple, puisque c’est elle qui a placé Martelly à la tête du pays par des élections frauduleuse en 2011.

Les manifestants lançaient également des propos hostiles à l’endroit du régime tetkale de Martelly-Lamothe, lors de la mobilisation baptisée : « Opération Burkina Faso »  « Martelly men ravèt yo ! Lamothe men ravèt yo ! Rudy Hériveaux men ravèt yo ! Si pèp la se ravèt, Martelly se kaka a, si pèp la se ravèt, Rudy Heriveaux se kaka a, si pèp la se ravèt, Lamothe se kaka a. » Depuis l’arrivée de monsieur Martelly au pouvoir, il a organisé 3 carnavals l’an et zéro élection. Il a instrumentalisé toutes les institutions du pays. Il a remplacé des maires élus par des agents intérimaires de l’exécutif. La corruption rose a atteint son paroxysme. Le chômage augmente, la cherté de la vie bat son plein, l’insécurité fait rage à travers le pays.

Arrivés à Delmas 32, les manifestants criaient haut et fort : « Jan l pase l pase, Grenadye alaso, sa ki mouri zafè ayo. Men nou, nou rive, nou rive. » Les manifestants ont traversé les lieux des derniers incidents du 18 novembre où des bandits légaux ont ouvert le feu à bout portant sur la manifestation. Au champ de mars, ils sont arrivés à pénétrer  les lieux jusqu’au niveau de laTour 2004 où la Police a dressé un mur infranchissable.

Des dirigeants des partis et organisations politiques ont accompagné les manifestants tout au long du parcours, parmi eux, on peut citer : Dr Maryse Narcisse, Dr Louis Gerald Gilles, Dr Schiller Louidor pour l’Organisation politique Fanmi Lavalas ; Dr Turneb Delpe, l’ancien député Serge Jean Louis pour la plateforme politique MOPOD ; des militants de KOD, de MOLEGHAF, d’ANBAKE pou CHANJE, de GRENADYE 07, de MONOP etc …Des étudiants et écoliers, professeurs, syndicalistes ont pris part également à la manifestation.

La manifestation s’est terminée sans gaz lacrymogènes, sans aucun incident majeur ; hormis une fois de plus quelques arrestations de la PNH-Martelly-Lamothe. Selon quelques observateurs, c’est la note du chef civil de la Minustah publiée le lundi 24 novembre qui a obligé les forces policières à ne pas continuer sur la même lancée répressive. Sandra Honoré en jouant  « au bon soldat » essaie de créer un certain équilibre pour ne pas radicaliser beaucoup plus la population. Elle  rappelle à l’ordre ses poulains en leur soulignant que « La liberté de manifester pacifiquement et la liberté d’expression sont des droits garantis par les conventions internationales, inscrits dans la constitution haïtienne et soutenus par la loi ». Elle continue en « déplorant que des violences aient fait des blessés parmi des citoyens, lors des manifestations organisées récemment. L’exercice du droit de manifester et la liberté d’opinion sont des signes de la consolidation de la démocratie en Haïti et des efforts doivent être consentis de part et d’autre en vue d’éviter tout recours à la violence ; et qu’il appartient aux autorités haïtiennes de prendre les mesures qui s’imposent afin que le droit de manifester pacifiquement soit respecté et que les contrevenants soient poursuivis »

Rappelons que le prochain rendez-vous de l’opération Burkina Faso est fixé pour les 28 et 29 Novembre prochains ; destination : l’ambassade américaine, une des complices et pourvoyeuse du régime en place. En guise de revendications, nous publions la liste partielle des prisonniers dont les manifestants réclament leur libération.

1-      Josué Florestal , Enol Florestal.

2-      Jean Robert Vincent

3-      Louima Louisjuste

4-      Jean Anthony Nazaire

5-      Nadal Aristide

6-      Cleevens Aristide

7-      Biron Odigé

8-      Rony Timothé

10    Jean Lamy Matulnès (policier)

Les  18 autres incarcérés depuis la manifestation du 17 Octobre 2014

1-       Jean Harry Delassin

2-      Hérard Seradieu

3-      Moïse Roody

4-      Jean Jacques Renaut

5-      Lovenson Mersier

6-      Paul Joanel

7-      Ralph Desilus

8-      Lormicil Isaac Homme

9-      Mérisier Jean Louiné

10-  Louiredant Louivens

11-  Clergé Jeff

12-  Chervin Midlin

13-  Sampeur Jonas

14-  Laguerre Angello

15-  Fritzner Montinat

16-  Charles Altès

17-  Vladimir Pierre

Personnes présumées assassinées par le régime tètkale.

1-      Octanol Derissaint                               (Entrepreneur)

2-      Fritz Gérald Civil                                 (militant)

3-      Georges Honorat                                 (Journaliste)

4-      Paul Ambroise alias Tikoton                 (militant)

5-      Michaël Benoit alias Pouchon               (militant)

6-      Walky Calixte                                     (Policier Matisan)

7-      Daniel Dorsinvil                                   (Militant droits humains)

8-      Juge Jean Serge Joseph                       (Juge)

9-      Inspecteur Yves Michel Bellefleur (Inspecteur de police)

Girldy Lareche

La liste partielle des personnes persécutées

1-    Dr. Jean Bertrand Aristide

2-    Senatè Moïse Jean Charles

3-    Me. André Michel

4-    Me. Newton St-Juste

5-    Edouard Joël Vorbe (Pacha)

6-    Jean Nazaire Thidé

7-    Assad Volcy

8-    Franco Camille

9-    Deputé Arnel Bélizaire

Rony Jean Philippe

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY