Que vient faire ce bateau de guerre au Cap-Haitien ?

0
1106

1Jean Claude Duvalier sera-t-il transféréC’est la question que posait le sénateur du Nord Moise Jean-Charles au cours d’une conférence de presse pour dénoncer l’arrivée le dimanche 23 novembre de la frégate de la Marine Royale britannique, HMS Iron Duke, en Haïti particulièrement au Cap-Haitien pendant son trajet de retour à Portsmouth, son port d’origine, après un déploiement de 6 mois dans de sud de l’Atlantique.

Selon l’ambassadeur britannique en Haïti, Steven Mark Fisher « la présence de ce bateau de guerre dans le port du Cap-Haïtien vise à renforcer les liens amicaux entre les deux pays » Pourtant le sénateur Moïse Jean-Charles, lui, a vu cela d’un autre œil en le qualifiant même de provocation. Le parlementaire s’explique en rappelant que le navire de guerre britannique a accosté sous le bruit assourdissant de coups de canon ayant provoqué une grande frayeur et un grand émoi chez les habitants de la 2e ville du pays ; alors que pour le magistrat rose de la ville Cap Haïtien Yvon Alteon, c’est une grande fête, une grande victoire puisque « ce n’est pas un bateau de guerre, mais de paix » malgré la panique totale qui a régné quand le bateau a tiré ses 21 coups de semonces qui, selon l’ambassadeur est une tradition pour marquer son respect au pays qu’il visite.

Le gouvernement haïtien n’avait même pas jugé utile de mettre la population au courant de cette manifestation insolite ; et selon des sources au sein même du régime, le gouvernement n’était pas au courant. Or, selon le Nouvelliste les forces occupantes de la Minustah « ont tenu des séances préparatoires avec les autorités locales » à ce sujet.

« Quand le royaume Uni ne fait pas partie de la mission des Nations Unies soi-disant de Stabilisation d’Haiti (Minustah) et que ce bateau est venu pour des causes humanitaires, quel est donc le lien ?» a demandé le sénateur Jean-Charles.

Pendant leur courte visite au Cap-Haïtien, les soldats de Sa Majesté ont repeint en bleu et rouge le pont jeté sur le bassin Haut d’eau, dénommé « Pont neuf » ; mais le bleu utilisé ressemble beaucoup plus à celui du drapeau anglais qu’à celui d’Haiti. Aussi, le 26 novembre un groupe de compatriotes va repeindre le pont aux vraies couleurs nationales du pays.

La frégate devrait laisser le pays le mardi 25 novembre ; vu que son escale ne devait durer que deux jours. Cela n’a pas empêché le sénateur Jean Charles d’exiger le lundi 24 novembre au cours de son point de presse le départ immédiat des militaires de cette délégation de la marine britannique, tout en s’interrogeant sur la vraie mission de cette délégation de la marine anglaise, sous couvert d’humanitaire.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY