Huit candidats écrivent au CEP

0
561

top_front_picturePourquoi ces huit candidats ont choisi de protester le jour même où le CEP devait donner les résultats préliminaires ? Et pourquoi pas tous les candidats en général. Est-ce parce que les autres savent de bonne source qu’ils n’ont pas besoin de protester ? Comment se fait-il que sur 54 candidats seulement 8 ont trouvé nécessaire de protester.

Que savent donc les autres qui sont obligés de se mettre à coté comme par exemple la candidate du parti Fanmi Lavalas Maryse Narcisse ? Savait-elle déjà qu’elle est devant devant nèt comme Madame Manigat lors de la course de 2010.

Les signataires de cette note sont Sauveur Pierre Etienne, Moise Jean-Charles, Jude Celestin, Jean-Henry Ceant, Steeven I. Benoit, Charles Henry Baker, Eric Jean-Baptiste, et Samuel Madistin. Ils dénoncent les cas de fraudes massives lors des élections du 25 octobre dernier. Ils ont aussi demandé la formation d’une commission d’enquête indépendante en vue d’identifier les cas de fraudes et de faire des recommandations. Si le CEP accepte ces considérations, c’est dire qu’on n’aura pas le résultat des sélections le 5 novembre prochain, résultat qui avait été déjà promis le 3 novembre.

Cependant selon Charles Henri Baker «Il faudrait repartir à zéro dans le processus de tabulation des votes, si l’on veut vraiment rectifier le tir. Le CEP ne fait pas son travail, le centre de tabulation ne fait pas son travail non plus pour protéger le vote des citoyens haïtiens»

Alors que le Ministre Jean Fritz Jean Louis s’occupant des affaires électorales, se dit inquiet de ce qui peut sortir de la publication des résultats des élections. « Tous les candidats n’auraient pas pu remporter les élections. Le gouvernement ne peut pas changer les résultats des élections pour favoriser celui-ci ou celui là. Quand un candidat s’est rendu compte qu’il n’est pas le gagnant, il tente de tout gâcher. Nous ne sommes plus des enfants. C’est un seul, à la rigueur deux qui peuvent être gagnants. Il n’y a rien d’étonnant en finale que tout le monde ne peut pas gagner » Comprenne qui pourra.1

Voici la note des candidats publiée le 3 novembre 2015 :

Nous, signataires de la présente, candidats à la Présidence engagés dans le processus électoral devant conduire à l’installation du nouveau Président élu le 7 février 2016:

– ayant constaté que la journée électorale du 25 octobre 2015 a donné lieu à des cas de fraudes massives affectant la sincérité du scrutin ; ce qui, dans de telles conditions, si rien n’est fait en termes d’épuration du vote, rendrait inacceptables les résultats présumés de ces joutes ;

– conscients du danger qu’encourt la nation et de l’impérieuse nécessité de tout entreprendre pour sauver la patrie menacée ;

– décidons, sans nous départir de nos positions idéologiques et politiques respectives, de demander au CEP, préalablement à la publication des résultats des élections du 25 octobre 2015, en raison de nombreux cas d’irrégularités et de fraudes massives qui ont marqué le scrutin, la formation, cette fois-ci, d’une commission d’enquête indépendante composée de cinq membres désignés par des secteurs crédibles : Association des medias, sous la supervision de l’ANMH, le secteur des droits humains, sous les auspices de la POHDH, les organisations de femmes, sous la direction de la SOFA, l’Université, supervisée par le Recteur de l’Université d’État d’Haïti et le groupe d’observateurs nationaux de l’élection, sous le contrôle de JILAP.

Cette commission, dotée du droit d’accès au centre de tabulation ou de tout autre lieu indiqué, aura pour attributions :

a) d’épurer le processus de vote par l’analyse des Listes électorales partielles (LEP), des listes d’émargement, des feuilles de comptage, des procès-verbaux et des plaintes déposées en vue de détecter les cas de fraudes ;

b) d’identifier et de recommander l’exclusion du processus tant des fraudeurs que des bénéficiaires avérés des cas de fraudes ;

c) de recommander toutes mesures jugées utiles pour rétablir la confiance et garantir la transparence nécessaire en vue de la poursuite du processus électoral.

Cette commission, qui pourra se faire assister de spécialistes crédibles et impartiaux, devra s’acquitter de sa mission historique dans un délai n’excédant pas quinze jours calendaires.

Les observateurs électoraux, les partis politiques ou les candidats à la Présidence pourront observer le déroulement du travail de la commission.

En leur âme et conscience et soucieux de l’avenir du pays, les signataires espèrent que les suites urgentes seront données à la présente.

Par ailleurs, la Coalition pour l’Observation Electorale des Organisations SOFA, CNO, CONHANE et RNDDH avait elle aussi envoyé une note au CEP et lui recommande d’effectuer une vérification approfondie des données et documents susmentionnés, en vue d’informer la nation sur :

1. La quantité et la légalité des nombreux votes effectués par des électeurs dont les noms ne figurent pas sur la liste d’émargement des bureaux dans lesquels ils ont voté.

2. Le degré et l’ampleur de l’implication des personnes ayant utilisé des cartes de mandataires ou d’observateurs pour voter, vu le nombre important de cartes d’accréditation distribuées par le CEP, équivalant à plus de la moitié des votants du 25 Octobre 2015.

De plus, la Coalition enjoint encore une fois au CEP rendre publics et accessibles aux observateurs, aux partis politiques et aux candidats concernés :

a. La liste des procès-verbaux mis en quarantaine.

b. Les critères de recrutement et les noms des avocats et autres membres du personnel du Centre de Tabulation chargés du traitement et de la mise en quarantaine ou non des procès-verbaux.

c. Le protocole intégral du fonctionnement du Centre de Tabulation.

Port-au-Prince, le 30 octobre 2015

Qui vivra verra ! Déjà il est bruit que 7 candidats ont rencontré des membres de la Communauté Internationale qui leur ont ordonné de ne pas pousser les gens manifester dans les rues et les ont même menacés de les rendre responsables de tout dérapage éventuel. A bon entendeur, Salut !

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY