Départ d’Eric Charles/Election d’un nouvel Ati Nasyonal

0
791

Latibonit o yo voye rele mwen Yo di m Ayiti malado o Lè mwen rive m jwenn Ayiti kouche Tonnè kraze nou nou pap kite l mouri Demele gèt nou pou n pa kite l mouri Chan fòlklorik Ayisyen

Des élites manfouben

Haïti Liberté n’a jamais fait d’économie d’énergie pour tirer la sonnette d’alarme sur les multiples problématiques socioéconomiques auxquelles se trouve confronté ce pays que ces élites fossoyeuses se sont donné pour mission principale d’anéantir par n’importe quel moyen. De 1986 à aujourd’hui plusieurs coups d’Etats ou commotions sociopolitiques ont été minutieusement planifiés par l’international, et exécutés aux bons soin de l’oligarchie dans le but de créer toutes les conditions pour faire d’Haïti une entité chaotique et ingouvernable. Se boujwa dlo pote vini bò isit yo ki di ki lè pou gen koudeta kont gouvènman popilè.

Dans la foulée des chambardements qui leurs sont grandement bénéfiques, plusieurs générations de profiteurs et de contrebandiers de tous bords sont parvenues à bâtir de véritables patrimoines financiers pendant que les masses oubliées croupissent lamentablement dans la crasse. C’est d’ailleurs l’unique justification de  ce mémorable parricide du Pont Rouge. Ki sa peyi a ka espere nan men oligachi GNB tèt kale sa a yo ki pa jennen sasinen gwo jounen Papa Desalin ki te bay Ayiti libète ???

Sa vle di toutotan sanginè, kidnapè, dilè, kontrebandye, trafikan zam ak machann lavichè sa a yo tou pisan konsa, yo pap kite peyi a fè yon pa kita yon pa nago. Paradoxalement ces cliques insignifiantes de cyniques et de mesquins qui ont assiégé le pays depuis 1806 ne sont jamais perdantes. Ils feront tout pour obtenir des franchises douanières notamment pour l’importation de drogues dures et autres produits illicites. Sa k pi dwòl la lajistis pè yo kou chat.

La preuve, qu’est ce qui pourrait justifier que les noms des propriétaires intouchables des cargaisons de drogues du bateau Manzanares n’ont jamais été dévoilés. Pourtant il n’est un secret pour personne que ces noms figurent en grande lettre sur le manifeste. Sa k pi bèl la tout lajounen yo nan radyo ap fè lòt moun serye gwo menas. C’est bien dans ce contexte de manfoubinisme général et de course effrénée pour s’accaparer de toutes les ressources du pays qu’évoluent les 10 millions de compatriotes coincés dans une misère abjecte. Pourtant les vrais dossiers structurels qui ont à voir avec l’amélioration des conditions de vie révoltantes de la population ne sont pas abordés

Décès confirmé d’Eric Charles

Bien avant l’aube du jeudi 25 février, des rumeurs persistantes circulant sur les réseaux sociaux, ont fait état du départ pour l’au-delà infini du chanteur de musique populaire dansante, Éric Charles victime d’un accident cardiovasculaire (AVC). Cependant, il aurait fallu un peu plus tard soit vers 9 heures 45 du matin pour que cette triste nouvelle puisse être confirmée définitivement. En effet, son frère ainé inconsolable au visage fortement éploré tout ruisselant de chaudes larmes laissait déjà deviner qu’il ne restait plus d’espoir au chanteur principal du groupe musical de tendance compas nouvelle génération Mizik Mizik.

Tanguant entre les murailles attenantes à la salle d’urgence de l’Hôpital Bernard Mews sur le Boulevard Toussaint Louverture, antérieurement route de l’Aéroport, Jean Robert Charles, le frère du chanteur compositeur et guitariste était entouré de Fabrice et Keke Bélizaire. Les collègues musiciens d’Éric sont venus lui faire part de leur solidarité dans ce moment de dures épreuves. Mais la présence quoi que significative de ses frères musiciens n’a pu empêcher voir retarder l’inéluctable traversée d’Éric Charles qui vient d’être emporté par un accident cardiovasculaire (AVC).

Réaction de Miki

« Je salue le départ pour l’au-delà de mon frère musicien Éric Charles. Mes sympathies à la famille et au secteur de la musique particulièrement au groupe Mizik Mizik ». Ces propos désuets viennent de toute évidence d’un homme aussi insensé que ses pensées et qui a pour nom Miki. Si m te fanmi Erik m t ap mande Miki konbyen lopital li te bati pou moun ki fè kriz kadyak kouri pou yo al pran swen. Lui qui pendant cinq longues années de dérives irrémissibles, de dilapidation de deniers publics n’a eu aucun plan de santé pour la population.

Retranché dans le luxe inouï de son ranch érigé à la faveur des fonds dilapidés de Pétro Caribe, Miki a-t-il pensé une fois durant son mandat que les infrastructures médicales et sanitaires sont indispensables à la survie de la population ? Si n kwè nan sa Prezidan Joslèm Privè di, Miki pa kite yon pansman nan lopital Jeneral epi kounye a l ap vin plenyen sou kadav Erik ki mouri paske peyi a pa ofri l okenn swen. Miki, croit-il disposer de suffisamment de toupet pour simuler être affecté par ces conditions infrahumaines d’existence des couches vulnérables de la population.

Et pourtant, personne n’est dupe que là où il peut jouir en toute quiétude de ses butins compilés pendant cinq longues années d’escroqueries, Miki dispose de tous les moyens financiers pour continuer à tramer les malheurs d’Haïti. Vous n’avez qu’à écouter les menaces du cruel Guy Philipp qui menace de rentrer dans la capitale pour assassiner les opposants au régime Tèt kale GNB. Ce même Miki, ne devrait-il pas faire part de ses sympathies aux parents de ces passagers brulés vif à bord d’un bus à Cabaret. Rappelons que la veille de son départ du pouvoir Miki avait lâché ses anciens militaires aux trousses de la population de Cabaret et de l’Archaie.

Des commissariats saccagés puis incendiés, des armes emportées, des coopératives pillées, des compatriotes brulés vifs et des blessés, tel est le bilan de cette incursion des anciens militaires GNB tèt kale de Miki. Pour compenser ses remords brulants de n’avoir pas pu soumettre le pays entier au supplice de la banane, Miki a lâché ces sbires commandés par le cruel Guy Philippe pour violenter tous les citoyens qui gardent encore un reliquat de personnalité epi ki pat dakò pou yo GNB tèt kale menm jan ak yo. Men jou va jou vyen !!!

D’autres réactions

Epoutan si Miki te gen chans tande sa Emmanuel Obas chanteur de Mizik Mizik tout comme la victime te fè sou Leta sa a l fè senk lane ap piye a, si l te gen yon ti kras santiman, se tèt li pou l ta lage nan lanmè kote ranch 6 milyon dola l piye nan Petwo Karibe a. Aux nouvelles du décès d’Éric Charles, des réactions fusaient de toutes parts. Mentionnons celle d’Emmanuel Obas le frère cadet de Beethova Obas qui a côtoyé le chanteur avec qui il chantait ensemble au sein du groupe Mizik Mizik. Rouge de colère, il s’exprimait ainsi sur les ondes d’une station de la capitale au lendemain de la mort d’Éric Charles.

« M pa rive konprann kouman dirijan n yo fè alèz konsa nan fè manfouben. Pa menm gen yon bon lopital pou yon moun kouri ale si l fè yon kriz kadyak. Pou moun sa a yo gen tout lajan sa yo y ap banbile aloske yo pa menm gen desans pou yo okipe dosye swen menm pou tèt yo. Yon peyi menm pou yon grip otorite yo ak boujwa ki chaje ak lajan oblije pran avyon pou yo pati al pran swen jis Mayami. Lè Erik santi l pa byen li oblije rele yon zanmi l ki jis Taba pou mennen l lopital. Lè l rive lopital la li pa menm jwenn doktè », S’est révolté le collègue du défunt.

Rappelons que ce fut un cas pareil pour le juge Jean Serge Joseph qui succomba à un malaise que certains pensent être lié à un poison violent administré subséquemment à une réunion qu’il a eu avec Miki, Loran Gagòt et Jean Renel Sanon. « Tu étais, tu es et tu seras, toujours le seul, le grand Eric Charles. Bonne traversée mon frère». Kéké Bélizaire. « Je garde de merveilleux souvenirs de la toute dernière fois qu’on a performé ensemble. C’était pour la Saint Valentin avec Orlane et Eric Virgal…Une soirée particulière caractérisée par la joie et le moment féérique qu’on partage sur scène ». Eric Charles frè m, nen pran kou je kouri dlo. M ap sonje w pou lontan ankò…». Belo.

Jean Fritzner Coma, nouvel Ati national

Dans un pays où tout est en crise, même une collusion entre deux mouches est susceptible de défrayer la chronique pendant toute une semaine. Actuellement, le pays vit au rythme d’élections fortement contestées, de parlementaires mal élus, de gouvernement provisoire, de reddition de compte, de premier ministre en attente de ratification, de commission de vérification des élections, de parlementaires GNB tèt kale contestés déterminés à prendre leur revanche sur leurs adversaires politiques tout en se basant sur des chantages rebutants pour décrocher des postes de délégué départemental pour leur concubine.

C’est dans cette conjoncture que les diverses fractions du secteur Vodou feignent de se réconcilier. Il s’agissait d’une trêve trop éphémère leur permettant d’organiser les élections devant désigner le nouvel Ati national. Faire choix d’un Ati national suite à la disparition consécutive et ce en moins de quatre mois de François Max Gesner Beauvoir et d’Alcéna Zamor n’est pas chose aisée. Rappelons pour mémoire que le dernier Ati en date élu le 10 décembre 2015 en catimini, victime d’un accident de la route est décédé bien avant son intronisation qui était prévue pour le 7 mars 2016 aux Gonaïves.

A l’impossible, le secteur Vodou dramatiquement émietté suite à des dissensions internes pou lajan K Plim te bay pou lantèman Ati Bovwa a, fait tout pour tenir encore debout. Le vendredi 26 février dernier réunis au Bureau d’Ethnologie dans l’aire du Champ de Mars, les Voudouyizan se sont entendus pour élire un nouvel Ati Nasyonal. La chanteuse célèbre, la Manbo Carole Mawoule Demesmin et le Ougan Joseph Fritzner Coma postulaient pour ce poste d’autorité suprême du Vodou Ayisyen.

Selon les précisions de la Manbo Euvonie Auguste Georges, les règlements internes de la KNVA interdisent formellement aux femmes de devenir Ati Nasyonal. Ki koze sa a ? Si yon fanm ka Manbo pouki li pa ka Ati Nasyonal ? Ala hen !!! Et, le Ougan Joseph Fritzner Coma est sorti l’heureux vainqueur de ces conclaves au cours desquelles les Gwètò 2, les membres d’une commission spéciale ainsi que ceux du grand servitoria seuls ont été autorisés à voter. Pwoblèm pap fini. Bien avant la publication des résultats, la perdante a eu recours au BCEN. Et elle serait en passe d’avoir gain de cause.

Pare nou pou nou ri. Ougan ki pase kòm Ati Nasyonal la se yon blan Kanadyen. Ala traka pou Vodou a. Le coordonnateur de Aksyon Jenès pou avansman Vodou a au cours d’une conférence de presse n’a pas tardé à jeter le pavée dans la mare tout en demandant au nouvel élu d’exhiber son passeport. « Mezanmi si nou di nou respekte Vodou a nou pa dwe fè l sa. Sitwayen Joseph Fritzner Coma ki fènk gen eleksyon an kòm Ati Nasyonal la se yon blan Kanadyen l ye. Kouman nou vle pou se yon blan Kanadyen ki se Ati Nasyonal nou ?

Fòk kòdonatè Aksyon Jenès pou Avansman Vodou a pa fè nou sa. Si madan Klintonn te vin bay presyon pou Miki ki se yon blan meriken fè 5 ane ap kraze peyi a pouki KNVA pa ka dakò pou yon blan Kanadyen fè 7 ane pou fin kraze Vodou a nèt ? En marge de cette conférence, le Ougan Hérold Josué, directeur du Bureau d’Ethnologie a fait savoir que les contestataires sont dans leur plein droit. Cependant, il est là pour garantir l’entente entre tous les adeptes du Vodou. An n tann ki antant Ougan Ewòl ka fè nan mitan yon bann moun k ap goumen pou lajan ak pou pòs. An n swiv avan nou pale.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY