Pas de fonds pour les élections !

0
482

1Par Thomas Péralte

Suite une rencontre avec les bailleurs de fonds le jeudi 23 Avril dernier, le Premier ministre de facto, le sinistre opportuniste Evans Paul a révélé, sans aucun décorum, que 50 % des ressources financières nécessaires l’organisation des élections municipales, législatives et présidentielle n’ont toujours pas été mobilisées.

Les représentants des pays contributeurs du processus électoral notamment les ambassadeurs membres du Core Group étaient présents à cette rencontre avec les différents représentants de la communauté internationale. Où en est le prestige du pays quand pour organiser ses propres élections, il ne lui faut que quémander la charité ? Alors que du coté des bailleurs de fonds rien n’a été encore dit de concret.

Il nous faut aussi rappeler que l’argent disponible pour les élections n’est pas contrôlé par le gouvernement haïtien, mais bien par le Programme des Nations Unies pour le Développement (Pnud). Pour montrer la bonne volonté du gouvernement, le ministre de l’information, Rotchild François Junior a souligné aux manitous étrangers que la semaine écoulée son gouvernement de trafiquants et de kidnappeurs a décaissé 13 millions de dollars qui ont été versés dans le « basket fund ».

Malgré tout, le CEP qui ne connait pas encore son sort, continue d’avancer dans l’incertain. Ainsi, juste après l’enregistrement des principaux candidats à la vente du pays pour refaire leur petite vie, les autorités électorales s’adonnent à traiter des contestations révélant que 111 candidats sont contestés dans les 11 régions électorales.

11

Le cas le plus notoire de contestation est celui de la candidate au poste de sénateur pour le département de l’Ouest de l’épouse du président, Sophia Saint Rémy Martelly. C’est l’un des complices de la mentalité duvaliériste, et conseiller spécial du chef de l’État, Me Grégory Mayard-Paul, qui a pris la défense du dossier de Madame, au Bureau du contentieux électoral.

Dans le cas des décharges pour les anciens fonctionnaires, particulièrement les anciens ministres, il se pourrait qu’ils reçoivent une simple lettre en lieu et place du document administratif régulier de décharge. C’est ce qu’a fait savoir le sénateur Steven Benoit.

Jocelerme Privert pour sa part a laissé comprendre ceux et celles en attente de décharge que ce ne sera pas possible, faute d’assemblée dans les deux chambres ; tout en soulignant que le sénat doit fournir des explications à ces ministres. Ce qui revient à dire que sans nul doute une lettre sera donnée à tous pour leur faciliter la participation aux élections.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY