New York: Rassemblement pour défendre Julian Assange

0
739
Réunion de soutien à Julian Assange à la CUNY Law School (de gauche à droite): Anya Parampil, modératrice; Glen Ford, Black Agenda Report; Renata Avila, avocate d'Assange; Jim Goodale, ancien avocat du New York Times; et Max Blumenthal, The GrayZone. Photo: Kim Ives/Haiti Liberté

Le 15 février 2020, la Fondation Courage a organisé une réunion d’information de masse à la City University of New York Law School de Long Island City, NY, intitulée « La poursuite de Julian Assange: son droit de publier est notre droit à savoir ».

Plus de 100 personnes se sont réunies pour entendre les présentations d’un panel d’avocats et de journalistes qui ont expliqué à quel point l’issue de son affaire en instance est importante pour la liberté de la presse aux États-Unis et dans le monde.

Ce fut l’une des nombreuses réunions et rassemblements dans le monde pour sensibiliser et soutenir le directeur et fondateur de Wikileaks, qui est emprisonné dans une prison à sécurité maximale depuis avril 2019 à Londres, en Angleterre (jusqu’à cette semaine en isolement cellulaire) après avoir été contraint de quitter l’ambassade de l’Équateur, où il avait obtenu l’asile pendant sept ans.

Le gouvernement américain a inculpé Assange en vertu de la loi sur l’espionnage et le procès pour son extradition d’Angleterre débutera le 24 février.

Si l’extradition et le procès aboutissent, ce sera la première fois dans l’histoire des États-Unis qu’un journaliste sera poursuivi pour espionnage pour avoir publié des informations véridiques dans l’intérêt public. En cas de succès, tous les organes de presse partenaires aux Etats-Unis qui ont publié des informations obtenues par WikiLeaks (tels que le New York Times, the Guardian, the Intercept, the Nation et Haïti Liberté) peuvent également devenir la cible de la campagne de Washington pour réprimer la publication d’informations documentant ses crimes.

L’événement était modéré par Anya Parampil (au micro), journaliste à The Grayzone. A droit, Glen Ford du Black Agenda Report. Photo: Kim Ives/Haiti Liberté

Après une déclaration liminaire de Margie Ratner Kunstler de la Fondation Courage, l’avocat Jim Goodale, ancien avocat général du New York Times, a pris la parole. Il a informé le quotidien en 1971 qu’il était tout à fait en droit de publier les «Pentagon Papers», une mine de documents secrets du gouvernement divulgués par Daniel Ellsberg, analyste devenu whistblower du département de la Défense. Ellsberg a également été inculpé en vertu de la loi sur l’espionnage, mais les tribunaux ont rejeté l’affaire, a indiqué Goodale. Aujourd’hui, le gouvernement américain a ressuscité la loi sur l’espionnage pour poursuivre Assange.

« Les poursuites engagées en vertu de ce statut, qu’elles aient eu lieu à l’époque [au moment des “Pentagon Papers”] ou maintenant, sont extrêmement préjudiciables à tous les journalistes et journalistes », a déclaré Goodale. Cela crée une situation où « si un Daniel Ellsberg ou un Julian Assange divulguent des informations, ils peuvent être poursuivis pénalement … C’est un cas que j’ai peur depuis 50 ans, et c’est un cas que nous devons tous combattre ».

Renata Avila, l’une des avocats d’Assange, a également expliqué les dangers juridiques en jeu ainsi que le terrible traitement et la santé fragile d’Assange. « Ce qui est en jeu dans ce cas, c’est précisément notre communauté et notre capacité à dire des choses qui dérangent les gens et la capacité de changer les choses », a-t-elle déclaré.

Elle a prévenu que l’assassinat du personnage d’Assange « ne fera que s’intensifier dans les semaines à venir et nous entendrons beaucoup de propagande à son sujet. J’espère donc que cette présentation sera un vaccin contre toutes ces terribles histoires que vous allez entendre à propos de Julian ».

Glen Ford, rédacteur en chef du Black Agenda Report, a donné un aperçu historique du contexte international dans lequel l’agression contre Assange a lieu. « Les États-Unis ont implanté plus de 800 bases militaires dans le monde comme une sorte d’occupation militaire mondiale, une sorte d’armée d’occupation partout sur la planète », a-t-il dit, « et ils ont transformé les forces armées d’une grande partie de l’Afrique en extensions de l’armée américaine, et donc en ennemis de leur propre peuple ».

« Assange est devenu l’ennemi public n ° 1 de l’empire [américain] », même s’il « n’est pas citoyen américain, il est australien », a poursuivi Ford. « Mais rien de tout cela n’a d’importance, car les États-Unis affirment leurs propres droits et privilèges mondiaux avant tout les autres. Il a une compétence universelle dans son esprit, et il la soutient avec les outils de l’empire. Assange est donc un traître à l’empire et doit être détruit … WikiLeaks a perturbé la domination impériale ».

Enfin, le journaliste, auteur et cinéaste Max Blumenthal, le rédacteur en chef de « The Grayzone », a complété la présentation de Ford en expliquant pourquoi la plupart des médias du grand public ne parlent pas du cas de Julian Assange ou le salissent.

« Il y a eu des années de diabolisation publique », a expliqué Blumenthal. « Il a été considéré comme un violeur anti-femme, un fou avec une criminelle transnationale de sécurité psychologiquement dysphorique, un libertaire d’extrême droite, un anarchiste d’extrême gauche, un atout russe anti-démocratique détruisant le Parti démocrate par ailleurs parfaitement démocratique, et un hacker dans les mots du président équatorien mal nommé Lenin Moreno », a-t-il continué aux rires de l’audience.

Le message d’Assange va au-delà de la transparence, a poursuivi Blumenthal. « C’est un message sur la survie, non seulement de Julian Assange, mais du journalisme critique, sceptique, courageux et accusatoire lui-même ».

Blumenthal a également imputé le silence et les attaques contre Assange à un « écosystème politique » d’ONG, de consortiums de journalistes, de groupes de défense des droits de l’homme et d’activistes de la «société civile» « financés par des milliardaires liés au régime américain et des multinationales qui fonctionnent exclusivement dans l’intérêt de l’empire américain, opérant derrière le langage de la solidarité, des droits et de la justice coopté de la gauche mondiale ».

Alice Walker, lauréate du prix Pulitzer de renommée mondiale, a également rejoint la réunion par téléphone pour parler de sa récente visite à Assange, et une vidéo présentant des interviews du célèbre intellectuel Noam Chomsky et Daniel Ellsberg a également été présentée.

L’événement était modéré par Anya Parampil, journaliste à The Grayzone, et les membres du public ont posé de nombreuses questions aux panélistes après leurs présentations.

L’événement, qui a duré plus de trois heures, a également été parrainé par Fairness and Accuracy in Reporting (FAIR), National Lawyers Guild-NYC, NYC Free Assange, Big Apple Coffee Party et OR Books.

Une veillée en soutien à Julian Assange est organisée à la gare Grand Central de New York tous les jeudis de 16h30 à 17h30.

La Fondation Courage est un réseau international de soutien, qui fait campagne pour la défense publique et juridique de Julian Assange et de WikiLeaks sur defend.wikileaks.org, où l’on peut trouver plus d’informations sur les actions futures. Les lecteurs d’Haïti Liberté sont encouragés à procurer ce livre « In Defense of Julian Assange » (disponible sur Amazon) pour se renseigner sur tous les aspects de l’affaire.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY