Mexique : López Obrador demande au Royaume-Uni de libérer Assange et lui offre l’asile politique !

0
50
Le président mexicain, Andrés Manuel López Obrador demande la libération du fondateur de WikiLeaks Julian Assange tout en lui offrant l'asile politique

Le président mexicain, Andrés Manuel López Obrador, a célébré le lundi 4 janvier 2021 que le Royaume-Uni refusait l’extradition du fondateur de WikiLeaks Julian Assange vers les États-Unis. «Je suis heureux, tout d’abord, qu’en Angleterre, la protection ait été accordée à M. Assange, que l’extradition vers les États-Unis n’ait pas été autorisée, je pense que c’est un triomphe de la justice, je suis heureux qu’en Angleterre ils agissent de cette manière, car Assange, il est journaliste et mérite une protection», a déclaré le président, lors de sa conférence de presse du matin, où il a ajouté qu’il était en faveur de la grâce de l’activiste australien.

De même, AMLO a indiqué qu’il demanderait au ministre mexicain des Affaires étrangères, Marcelo Ebrard, d’entamer les procédures correspondantes devant le Royaume-Uni pour demander «la possibilité de libérer M. Assange et que le Mexique lui offre l’asile politique».

«Nous félicitons la justice britannique pour la décision qui a été prise aujourd’hui, ce n’était qu’à l’aube là-bas, mais c’était une très bonne décision; Alors, désolé à M. Assange, grâce et asile au Mexique, on lui donne une protection, on va faire ça », a souligné le président lors de la conférence de presse. Il a précisé que ce sera une procédure “avec ce que signifie le droit d’asile” et la “tradition” du Mexique de fournir une “protection”; mais, en même temps, «la responsabilité de s’assurer que le bénéficiaire de l’asile n’intervienne pas, n’interfère pas dans les affaires politiques d’aucun pays».

Le refus de l’extrader

Ce lundi, la juge de district britannique Vanessa Baraitser a démenti qu’Assange soit extradé vers les États-Unis, où il fait face à des accusations d’espionnage et de piratage suite à la publication de documents secrets sur son portail WikiLeaks en 2010 et 2011, par lesquels il pourrait recevoir jusqu’à 175 ans de prison.

Le juge a déterminé que l’activiste de 49 ans risquait de se suicider s’il était poursuivi dans le pays nord-américain. Il a noté qu’Assange souffrait de dépression clinique modérée à sévère, qui serait exacerbée par l’isolement auquel il serait probablement confronté dans une prison américaine.

Assange est actuellement incarcéré dans la prison à sécurité maximale de Belmarsh (Royaume-Uni). Il a été emprisonné en avril 2019 après que le gouvernement équatorien de Lenín Moreno eut décidé de retirer l’asile politique au fondateur de WikiLeaks à l’ambassade de l’Équateur à Londres.

Il a été au siège diplomatique de l’ambassade de l’Équateur à Londres pendant sept ans, il a même reçu la nationalité équatorienne.

Résumé de l’Amérique latine 4 janvier 2021

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY