En souvenir de Marty Goodman : combattant de la classe ouvrière et socialiste révolutionnaire !

0
16
Marty Goodman, socialiste révolutionnaire, ouvrier bolchevique, syndicaliste militant, leader anti-impérialiste/anti-guerre, défenseur des libertés civiles, combattant antiraciste et passionné de jazz.

Marty Goodman, socialiste révolutionnaire, ouvrier bolchevique, syndicaliste militant, leader anti-impérialiste/anti-guerre, défenseur des libertés civiles, combattant antiraciste et passionné de jazz, est décédé fin mars 2024 d’une crise cardiaque. Il avait 74 ans.

Les amis, camarades et militants syndicaux de Marty célébreront sa vie extraordinaire le vendredi 7 juin, de 18h à 21h, au siège de la section locale 100 du Syndicat des travailleurs du transport de Marty (TWU), 195 Montague St, 3e étage, Brooklyn, NY 11201.

Parrainée par Socialist Action et la section locale 100 du TWU, auxquelles Marty a consacré environ quatre décennies de sa vie, la célébration commémorative de Marty est co-parrainée par l’UNAC (Coalition nationale anti-guerre), la Défense nationale Julian Assange, le journal Haïti Liberté, Coalition Cuba Si New York-New Jersey et Mobilisation pour la libération de Mumia Abu-Jamal.

Marty a consacré sa passion, son enthousiasme, ses compétences et son énergie en matière de leadership à ces organisations et à d’autres organisations syndicales et de justice sociale. Parmi les partisans de la réunion commémorative de Goodman figurent également le Parti socialiste de la liberté et le Comité du Front uni pour un parti travailliste.

Un peu petit en stature physique, Marty était un géant inégalé dans sa participation physique aux événements du mouvement, assistant souvent à 2, 3, 4 ou 5 rassemblements, lignes de piquetage, marches, forums publics et événements du mouvement quotidiennement ! Les associés de Marty ont souvent fait remarquer qu’ils assistaient rarement à des événements où Marty n’était pas présent, généralement avec une pile de journaux socialistes et/ou son bulletin hebdomadaire Socialist Action et des fiches d’information sur la solidarité sur les questions critiques de l’heure. Journaliste/activiste socialiste incisif et prolifique, les engagements durables de Marty l’ont amené dans des endroits lointains à travers le monde. Il visitait fréquemment Haïti assiégé et collaborait à Haïti Liberté dont le siège de la publication est basé à New York.

« L’enfer qu’est Haïti »

Son livre de 2020, « L’enfer qu’est Haïti : 200 ans de racisme et d’intervention impérialiste », raconte les horreurs historiques et présentes imposées à Haïti et aux réfugiés haïtiens par le gouvernement américain.

Il y a près d’un demi-siècle, alors que Marty était un jeune activiste politique dans le sud de la Floride, il s’est joint à la direction des organisations de solidarité haïtiennes nouvellement créées qui se sont mobilisées pour s’opposer à l’expulsion massive par l’administration Reagan de réfugiés haïtiens, qui avaient fui le pays dictatorial soutenu par le gouvernement américain.

Marty a écrit : « L’histoire de la lutte contre la déportation raciste des Haïtiens, les occupations criminelles des États-Unis et de l’ONU et la surexploitation du travail haïtien est longue. Il suffit de dire qu’il faut le considérer dans le contexte de 200 ans d’impérialisme américain et de son jumeau maléfique, le racisme. Ne vous y trompez pas, cet outrage porte indéniablement les marques de dents de deux méchants tout aussi voraces, les partis démocrate et républicain, les deux représentants du système capitaliste lui-même ! »

« Les trois quarts de la population haïtienne vivent avec 2 dollars américains ou moins par jour… » Marty a écrit. « Le travail dans les ateliers clandestins se développe en Haïti, où les patrons affichent régulièrement un salaire minimum de misère et bafouent les droits des travailleurs. »

Le fait de raconter l’histoire révolutionnaire d’Haïti et de s’organiser pour s’opposer aux guerres d’intervention américaines, y compris les nouveaux plans d’intervention et de conquête des États-Unis et de l’ONU dans l’intérêt de l’élite patronale américaine d’aujourd’hui, a toujours été au premier plan des priorités de Marty. « Haïti est née d’une révolution, la première et la seule révolution esclavagiste réussie au monde (1791-1804) », écrit-il. « Elle a été gagnée les armes à la main et a bouleversé le monde, pas moins que la révolution russe en son temps. Les révolutionnaires haïtiens sont entrés dans le sud esclavagiste des États-Unis pour promouvoir la rébellion. »

Les amis de Marty en Floride ont organisé la semaine dernière un mémorial à Miami auquel ont participé 25 militants haïtiens, qui se sont souvenus des contributions de Marty, il y a plusieurs décennies. Face aux menaces d’aujourd’hui d’intervenir à nouveau en Haïti, Marty a déclaré dans des tracts : « États-Unis/ONU hors d’Haïti et restez à l’écart ! Autodétermination pour le peuple d’Haïti ! Construisons la solidarité Haïti dans le ventre de la bête !

Marty Goodman a consacré sa vie à contester le régime capitaliste, à organiser les travailleurs aux États-Unis et partout dans le monde (Photo by Pamela Drew)

Liberté palestinienne

La critique du livre Socialist Action de Marty du 27 décembre 2023 sur Rashid Khalidi, « La guerre de cent ans contre la Palestine : une histoire du colonialisme et de la résistance des colons 1917-1921 » est un autre exemple frappant de sa passion pour la compréhension de l’histoire comme guide d’action.

Marty a écrit : « J’ai grandi dans un foyer juif ouvrier du sud de la Floride dans les années 1950 et 1960. Comme d’autres Juifs que je connaissais, j’étais terrifié par ce qui semblait être une mer d’Arabes haineux contre les Juifs et menaçant le pauvre Israël pacifique. Mais en lisant le journaliste emblématique de gauche I.F. Pierre sur Israël, il m’a aidé à me sortir de mon profond sommeil. En approfondissant le bilan sanglant d’Israël – difficile à obtenir à l’époque – j’ai découvert que la propagande sioniste dans laquelle j’ai grandi n’était que des conneries. »

Marty, qui manquait rarement une manifestation à New York pour protester contre le génocide sioniste en Palestine soutenu par les États-Unis, a poursuivi : « Aujourd’hui, heureusement, davantage de ressources en anglais sont disponibles. Le nouveau livre de Rashid Khalidi apporte une contribution extraordinaire à une liste croissante de littérature honnête sur le sionisme. Il commence par la Déclaration Balfour de la Grande-Bretagne de 1917, qui a cédé une part disproportionnée de son « mandat palestinien » colonial aux Juifs, qui ne représentaient que 6 % de la population. 90 pour cent de la région était arabe. La Déclaration Balfour ne mentionne même pas les peuples arabes en Palestine. »

La longue critique de Marty conclut : « Rashid Khalidi nous a donné un outil puissant pour dénoncer et vaincre les mensonges racistes du sionisme. L’ensemble du mouvement pour la justice en Palestine lui est redevable. »

Défenseur des libertés civiles et des droits démocratiques

La maxime historique du Parti travailliste, « Une blessure faite à un seul est une blessure faite à tous », était le credo de Marty. Il a présidé des rassemblements de solidarité en faveur de l’avocate des libertés civiles persécutée et emprisonnée, Lynne Stewart. Il a assisté sans relâche pendant 40 ans à chaque mobilisation de Philadelphie en faveur du combattant révolutionnaire innocent et encadré par la police, Mumia Abu-Jamal. Jusqu’à son dernier jour, il a siégé au comité directeur national d’Assangedefense.org, ne manquant jamais une mobilisation nationale à Washington, D.C. pour exiger la liberté de Julian Assange et défendre sa liberté d’expression et ses droits de la presse.

Webinaires de Socialist Action

Marty a joué un rôle central dans la planification des webinaires en cours de Socialist Action sur un large éventail de questions critiques. Son amitié et sa collaboration avec les principaux dirigeants du mouvement, gagnées par son front uni toujours inclusif et son soutien non sectaire à chaque cause du mouvement, ont amené un large éventail de combattants de premier plan à nos événements, axés sur Haïti et la Palestine, le mouvement ouvrier et la solidarité cubaine. , les libertés civiles, les luttes anti-guerre-anti-impérialistes-antiracistes, la politique socialiste et bien plus encore.

Marty a planifié et aidé à préparer le webinaire populaire de Socialist Action l’année dernière, « La Palestine sera libre, du fleuve à la mer », avec le dirigeant palestinien Lamis Deek, le coordinateur national de l’UNAC Joe Lombardo, la rédactrice en chef d’Electronic Intifada Nora Barrows Friedman et cet écrivain.

Dirigeant militant syndical

Marty a passé plus de trois décennies en tant qu’agent de poste de péage de la ville de New York et militant/dirigeant de la section locale 100 du Syndicat des travailleurs du transport. Il a été élu au conseil d’administration du syndicat il y a environ 25 ans, obtenant ainsi le total de voix le plus élevé du syndicat. « Tout le monde connaissait Marty », a déclaré Alan Saly, chef des publications du TWU et ami de longue date de Marty, qui a raconté que pendant la campagne électorale de Marty pour le conseil exécutif du syndicat, il s’était personnellement rendu et avait distribué ses documents de campagne dans chaque station de métro du réseau de transport en commun de New York, système, soit à quelque 472 stations !!! Lorsque j’ai expliqué à Marty que sa proposition n’était pas réalisable, il a respectueusement exprimé son désaccord et a procédé à sa réalisation.

Solidarité ouvrière

Marty a déployé des efforts considérables pour rejoindre toutes les lignes de piquetage syndicales, de l’UAW aux Teamsters, en passant par les mobilisations récentes du SAG et de l’AFTRA. Construire la solidarité syndicale et le pouvoir syndical a toujours été sa préoccupation centrale, mais toujours avec une touche critique. Son récent dépliant défendant la récente grève de l’UAW concluait en gras : « Solidarité avec la grève de l’automobile ! Mobilisez le travail ! Etendez la grève à toutes les usines ! Détruisez le système de niveaux, les réductions de retraites, les escroqueries salariales et toutes les concessions ! »

Déconseillant toujours la subordination des travaillistes aux partis jumeaux du capitalisme, Marty a dénoncé la récente déclaration de soutien de la nouvelle direction de l’UAW à la campagne Biden et a réitéré son plaidoyer de toute une vie en faveur d’un mouvement ouvrier américain massivement élargi et organisé démocratiquement, en alliance avec tous les opprimés et exploités. , ainsi que la formation d’un Parti travailliste indépendant pour défendre la cause des travailleurs sur les lieux de production et dans l’arène politique.

La législation antisyndicale de Biden sur la grève des cheminots

Le 7 décembre 2022, à la suite de l’adoption par l’administration Biden d’une législation technique mettant fin à une grève prévue des cheminots nationaux, l’article de Marty titrait : « Poignardé dans le dos : Biden signe un ordre antisyndical ! Défendons le droit de grève ! Les travaillistes ont besoin de leur propre parti ! Sa dénonciation cinglante du coup écrasant de Biden a commencé ainsi : « Après que les syndicats ont gaspillé des millions de dollars pour soutenir les politiciens du Parti démocrate, Joe Biden, « pro-syndical », a poignardé les cheminots dans le dos. Les partis démocrate et républicain ont massivement soutenu l’accord pourri négocié par Biden, les compagnies ferroviaires et les syndicats du chemin de fer. L’accord ne prévoyait même pas un seul congé de maladie payé, malgré les bénéfices records des compagnies ferroviaires – 21 milliards de dollars jusqu’à présent cette année seulement ! Au moins quelques jours de maladie payés sont répandus sur la plupart des lieux de travail aux États-Unis, même s’il n’y a aucune obligation légale de le faire, contrairement à tous les grands pays occidentaux. Les cheminots travaillent généralement à l’extérieur, parfois par temps glacial. Sans congés de maladie payés – et avec le Covid qui tue encore des centaines de personnes chaque jour – l’accord de Biden est tout simplement inhumain ! »

Abolissez la loi de Taylor !

Marty a toujours été un opposant à la loi antisyndicale Taylor de l’État de New York de 1966, qui interdit toutes les grèves des fonctionnaires et impose des amendes quotidiennes draconiennes de plusieurs millions de dollars aux syndicats et aux individus qui osent la défier. Il a écrit « La loi antisyndicale Taylor a servi à protéger Wall Street et les grandes banques new-yorkaises des revendications agressives des syndicats visant à défendre le niveau de vie, les conditions de travail et la sécurité de l’emploi des travailleurs. » La promotion d’une grève massive, coordonnée et unie pour contester la loi Taylor est depuis longtemps au cœur de l’orientation stratégique de Marty visant à construire et à maintenir le pouvoir syndical pour faire avancer la cause syndicale.

Manifestation à Manhattan contre la classe dirigeante dominicaine qui a une longue et sordide histoire de racisme envers les Haïtiens.

Solidarité syndicale aux États-Unis et dans le monde

Marty s’est rendu aux confins de la ville de New York pour se joindre aux mobilisations du syndicat Amazon Labour de Chris Smalls dans leur lutte pour un contrat syndical dans l’immense entrepôt Amazon de Staten Island.

Cette même solidarité s’est manifestée lors des visites de Marty à Cuba révolutionnaire, dont la révolution socialiste de 1959 a continué de l’inspirer jusqu’à son dernier jour. Marty a travaillé en étroite collaboration avec sa Coalition Cuba Si New York-New Jersey pour renforcer le soutien à la visite de l’année dernière à l’ONU et à une grande réunion publique de solidarité en l’honneur du président cubain Miguel Díaz-Canel.

Il a traversé l’Atlantique où il s’est joint à nos camarades du Quatrième Mouvement international anticapitaliste (NPA) et à un contingent syndical de travailleurs des transports en grève à Paris, où un million de travailleurs français se sont mobilisés pour contester la décision du président français Macron de prolonger de deux ans l’âge de la retraite, de 62 à 64.

Et à l’autre bout du monde, au Myanmar (Birmanie), d’où l’article du journal Socialist Action du 27 juillet 2015, intitulé « Attaques racistes contre les musulmans au Myanmar », s’ouvrait par : « Le régime militaire et les moines fascistes au sein du clergé bouddhiste au Myanmar mènent une guerre ethnique contre les Rohingyas, une minorité musulmane majoritairement noire vivant dans le sud-ouest du pays. Les violences contre les Rohingyas ont éclaté en 2012, incendiant des villages, faisant jusqu’à 300 morts et 140 000 personnes fuyant leurs foyers terrorisées. Il s’agit du pire exemple de nettoyage ethnique dans la région depuis des décennies. Les flics ont simplement observé la montée de la violence. Marty a marqué le « pivot » des États-Unis vers l’Asie, avec le soutien des États-Unis et de la CIA au régime du Myanmar, dans le but de déplacer l’influence actuelle de la Chine capitaliste et de son initiative « la Ceinture et la Route ».

Défendre l’ambassade du Venezuela à Washington

Marty était au premier plan à Washington, D.C., à l’ambassade du Venezuela, pour aider à défendre et à fournir de la nourriture et des fournitures aux militants américains soutenus par le gouvernement vénézuélien, Kevin Zeese, Margaret Flowers, Adrienne Pine et David Paul. Ces défenseurs de l’ambassade, qui ont ensuite été arrêtés puis acquittés, ont insisté pour que l’ambassade du Venezuela ne soit pas violée par la police américaine et le FBI. Ils ont défendu l’ambassade du Venezuela du 10 avril au 16 mai 2019 face à des foules souvent violentes soutenues par les États-Unis, prétendant représenter Juan Gaidó, figure de l’opposition vénézuélienne corrompue et faussement nommée par les États-Unis, qui, selon les États-Unis, était le véritable président du Venezuela plutôt que Nicolas Maduro. Même si Marty a toujours été un fervent critique de la politique procapitaliste du gouvernement de Maduro, préconisant la formation d’un parti socialiste révolutionnaire pour contester la politique de Maduro, il a soutenu inconditionnellement le droit du Venezuela à l’autodétermination – à être libre de toute intervention impérialiste américaine.

« Indignation face au meurtre raciste de Jordan Neely ! Aucune confiance dans les flics, les tribunaux ou les politiciens ! Restez dans la rue ! Ce système raciste doit disparaître ! »

Tels étaient les titres du bulletin d’information de Marty suite au meurtre par un policier new-yorkais de Jordan Neely, un homme noir sans abri, le 1er mai. Marty a déclaré que « le meurtre de Neely a révélé le fossé brutal qui existe entre les riches et les pauvres, les Noirs et les Blancs à New York. Neely est mort aux mains de l’ex-Marine Sargent Daniel Penny, qui lui a appliqué un étranglement mortel à l’intérieur d’une rame de métro F. Neely, qui souffrait d’une maladie mentale, a crié : ‘J’ai faim ! Je suis prêt à mourir !’ Lorsque la police est arrivée, Penny a été interrogée mais rapidement relâchée sans inculpation par la police raciste du NYPD, sans protestation du maire du Parti démocrate Eric Adams, ancien major de la police raciste du NYPD. »

« Sans aucun doute, si c’était un homme noir qui avait étranglé un homme blanc », a insisté Marty, « il aurait été immédiatement jeté dans une prison de New York – et aurait probablement été battu par des flics racistes en chemin ! » [Souligné en italique dans l’original]

« Dix jours plus tard, des accusations ont finalement été déposées contre Penny pour meurtre au 2e degré après beaucoup d’indignation publique et de nombreuses manifestations, y compris l’occupation de la voie ferrée où Neely est mort. »

« Le sans-abrisme est à un stade de crise », a poursuivi Marty, « avec un pic sous Bloomberg, De Blasio et maintenant Adams. New York, sous le régime du Parti démocrate, compte une population de sans-abri sans précédent de 74 000 personnes. À l’échelle nationale, sous Biden, il y a près de 600 000 sans-abri dans le pays le plus riche du monde ! Les Afro-Américains ne représentent que 13 pour cent de la population américaine, mais 40 pour cent des sans-abri. Restons mobilisés et dans la rue. Justice pour Jordan Neely ! Comme d’habitude, Marty était présent aux manifestations de Nealy.

Non à toutes les guerres impérialistes américaines ! Palestine libre!

Marty faisait partie des principaux militants et membres fondateurs de la Coalition nationale unie contre la guerre (UNAC), participant à toutes ses conférences nationales organisées dans les villes du pays au cours des 14 dernières années. S’il n’était pas décédé prématurément, il aurait été mon colocataire à l’UNAC, conférence nationale qui vient de se terminer du 5 au 7 avril à St. Paul, dans le Minnesota, à laquelle ont participé 400 militants anti-guerre à travers le pays.

Cette conférence de la MANUC projetait des mobilisations continues et toujours massives, unies et puissantes contre toutes les guerres américaines et en particulier contre la guerre génocidaire soutenue par les États-Unis contre le peuple palestinien. Jour après jour, Marty manquait rarement de participer à la multitude de manifestations à New York condamnant le soutien des États-Unis au régime raciste, sioniste, colonial et d’apartheid israélien. Il faisait souvent partie des orateurs respectés et inspirants des manifestations. La brochure de plusieurs pages de la conférence de Saint-Paul, contenant le projet de résolution de la MANUC, les positions politiques adoptées antérieurement et l’ordre du jour de la conférence, s’est ouverte sur un bref reportage photo commémorant Marty et honorant ses contributions.

Non à la guerre par procuration entre les États-Unis et l’OTAN en Ukraine contre la Russie

Le bulletin d’information de Marty sur l’Ukraine contient une section intitulée « Les tireurs d’élite fascistes sur les toits de Maidan ». Il résume les origines de la guerre par procuration entre les États-Unis et l’OTAN contre la Russie à un moment où la gauche américaine était profondément divisée sur cette question cruciale.

Marty a écrit : « La tragédie ukrainienne d’aujourd’hui a commencé en février 2014 lorsque des tireurs d’élite fascistes sur les toits ont ouvert le feu sur des manifestants de Maidan initialement rassemblés pour résister aux mesures d’austérité du gouvernement de Victor Ianoukovitch. Les fascistes ont assassiné 100 personnes de sang-froid, [la rédaction : cela est attesté aujourd’hui par les conclusions judiciaires de l’enquête officielle du gouvernement ukrainien il y a quelques semaines], y compris certains des leurs, pour faire bonne mesure. Ianoukovitch, le président élu, a été immédiatement blâmé et mis au pilori par les grands médias du monde entier. Il a fui pour sauver sa vie. »

Le dépliant de Marty se poursuivait avec le sous-titre et les paragraphes suivants :

Coup d’État fasciste soutenu par les États-Unis en Ukraine

« Peu importe que la représentante américaine auprès de l’Union européenne, Victoria Nuland, ait révélé par inadvertance que les assassins sur les toits étaient du type fasciste du parti Svoboda et du secteur droit et non de l’armée de Ianoukovitch. Les voyous fascistes armés venus de toute l’Ukraine et d’ailleurs pour dominer les événements de Maïdan, avec le sénateur américain John McCain partageant la scène avec des orateurs fascistes et Nuland distribuant en plus des biscuits de l’amitié américaine. Les voyous armés ont pris d’assaut le parlement ukrainien, la Rada, ont interdit l’entrée aux deux partis les plus importants et majoritaires, se sont déclarés nouveau gouvernement et ont immédiatement approuvé une série de « lois » réactionnaires tout en se désignant eux-mêmes, y compris des personnalités pro-nazis, à la tête de cinq partis, ministères gouvernementaux et postes élevés dans l’armée et l’économie. Ils ont interdit la langue russe dans les écoles et les institutions publiques et ont ordonné à l’armée ukrainienne, composée de ses bataillons fascistes Azov, Aidar, Dnipro et Tornado désormais formellement intégrés, de marcher sur le Donbass à l’est pour prendre le contrôle de cette population largement russophone. . Les gangs fascistes, désormais avec l’approbation du « gouvernement », ont attaqué les manifestants anti-coup d’État à travers le pays. À Odessa, ils ont assassiné 48 manifestants putschistes, incendié un bâtiment syndical et massacré les survivants qui ont été contraints de sauter de l’édifice en flammes.» [Pour un compte rendu complet du coup d’État ukrainien mené par les fascistes et soutenu par les États-Unis, voir le livret de Socialist Action « L’Ukraine dans la tourmente » de cet auteur].

Une vie consacrée à la lutte contre l’impérialisme américain

Marty ne se lasse jamais de s’engager activement et directement dans des actions politiques, dans la rue, dans le mouvement de masse et dans des formats littéraires, visant à éduquer les travailleurs et travailleuses sur le fait que la source de toutes les horreurs sociales, économiques et politiques d’aujourd’hui est le système capitaliste lui-même, un système basé sur une minorité d’élite de la classe dirigeante ayant un contrôle impitoyable sur les richesses de la nation et sur toutes les institutions militaires et politiques clés.

Les États-Unis entretiennent aujourd’hui 1 100 bases militaires dans 110 pays. Il orchestre et finance quotidiennement, dans un but lucratif, des guerres de conquête et d’intervention dans le monde entier, centrées aujourd’hui sur son soutien inconditionnel au génocide sioniste en Palestine, à la guerre d’Ukraine contre la Russie, aux nouvelles guerres menées aujourd’hui contre la Syrie, le Yémen, la Jordanie et l’Irak. , l’Iran et au-delà. Marty n’a jamais cessé d’affirmer que les atrocités de la machine de guerre américaine incluent des guerres d’intervention directe et indirecte sur tous les continents – guerres de drones, « guerres d’opérations spéciales », guerres de sanctions, guerres d’assassinats et guerres d’embargo-blocus. Ces guerres s’accompagnent de guerres de plus en plus intenses contre les travailleurs nationaux et d’attaques de plus en plus catastrophiques contre l’environnement qui menacent la vie sur terre elle-même.

Dans la rue, Marty ne se lasse jamais de s’engager activement et directement dans des actions politiques.

Campagnes électorales de l’Action Socialiste

Marty faisait partie des militants électoraux les plus éminents de Socialist Action, organisant des webinaires, des réunions publiques et des rassemblements à New York et au-delà pour promouvoir nos campagnes électorales présidentielles de 2016 et 2020. En 2020, il s’est rendu à Oakland, en Californie, pour aider à renforcer le soutien au rassemblement électoral national de Socialist Action « Votez socialiste : Jeff Mackler pour le président » auquel ont participé 100 militants.

Marty était un révolutionnaire accompli, dont les intérêts incluaient la musique, l’art et la littérature. Il avait une passion particulière pour le jazz et une vaste collection d’œuvres de musiciens de jazz, passés et présents. Il a écrit des critiques incisives, toujours avec une touche politique, de films, de concerts et de nouvelles œuvres axées sur l’histoire et la littérature du jazz.

Marty Goodman a consacré sa vie à contester le régime capitaliste, à organiser les travailleurs aux États-Unis et partout dans le monde au sein de syndicats de combat indépendants et démocratiques, à construire des partis de masse de la classe ouvrière basés sur un mouvement syndical renouvelé en alliance avec les opprimés et à la construction de partis socialistes révolutionnaires visant à gagner la grande majorité à la lutte pour l’avenir socialiste. Il faisait partie des meilleurs de l’Action Socialiste. Nous honorons sa mémoire et ses contributions à notre cause commune et nous nous engageons à poursuivre son travail.

Socialist Action 4 mai 2024

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here