Haïti : quelle alternative en 2024?

1
38
A BAS la domination impérialiste

Devant la complicité des classes dominantes d’Hayti de réclamer une nouvelle occupation militaire du pays par les puissances colonialistes et impérialistes pour la continuité de notre mise sous tutelle, les forces progressistes doivent proposer aux masses populaires et à la jeunesse une alternative révolutionnaire et progressiste axée sur un programme minimum pour relancer la mobilisation populaire et engendrer un processus de démocratie directe et participative.

Il n’est pas surprenant que de soi-disant partis politiques de gauche cautionnent la capitulation de la classe politique traditionnelle et néo-macoute du PHTK en souscrivant à la formule de la CARICOM du conseil présidentiel de 9 membres. Les progressistes ne doivent cesser de les dénoncer et les combattre pour offrir cette alternative progressiste.

Les masses populaires doivent se méfier de ces politiciens et construire leur propre organisation de lutte pour bâtir cette démocratie directe et participative (AP Photo/Odelyn Joseph)

Nous devons renoncer à cette mascarade de démocratie représentative, noyau de la corruption et du gaspillage des ressources de l’état sous tutelle des pilleurs impérialistes néo-colonialistes pour construire notre démocratie directe et participative en organisant les masses populaires en  assemblée du peuple depuis les quartiers des sections communales jusqu’au niveau des grandes villes départementales et de la capitale pour qu’elles(les masses populaires organisées) décident de la vie politique, économique, sociale, culturelle de leur communauté.

Ce sera un processus de construction créative, permanente et dynamique, permettant d’apporter des changements immédiats, d’approfondissement a court et moyen terme, et d’abandon des étapes périmées du processus permettant la correction nécessaire décidée et approuvée par les masses populaires. Il n’y a pas de recette magique ni de voie unique, le processus de démocratie directe et participative se construit dans la lutte pour la souveraineté nationale et l’indépendance nationale.

Les masses populaires doivent se méfier de ces politiciens et construire leur propre organisation de lutte pour bâtir cette démocratie directe et participative; les politiciens du PHTK et les oppositions soit disant démocratiques ne sont que les pions de l’impérialiste occidental, ils trahiront toujours la nation, la souveraineté et l’indépendance nationale.

Le Peuple Haytien a un passé anti colonialiste et anti esclavagiste et ne saurait se laisser berner par les politiciens restavèk ni la bourgeoisie antinationale sur son destin.

Où est passée la transition de rupture prônée par l’accord de Montana deux ans plutôt avec sa feuille de route? Ou est passée la fougue anti impérialiste de Fanmi Lavalas? Où sont passés les ONG politiques à l’instar du Mouvement Paysan de Papaye (MPP), de Kan-pèp la etc. Etc…?

Si une avant-garde progressiste existe, au lieu de ramper sous la traine de la bourgeoisie, elle doit aider à créer les conditions subjectives de la révolution pour construire un État National Souverain, prospère, juste et indépendant qui soutient l’autonomie économique des assemblées du peuple sans générer la dépendance ni la bureaucratie pour éviter de ne pas se faire dévorer par les grands groupes capitalistes.

La construction du canal de la dignité,  avec une prise directe sur la rivière Massacre en défiant les autorités dominicaines avec toutes les menaces d’opérations militaires provocatrices, consacre le bourgeonnement d’une démocratie directe et participative en Hayti sans le support de l’état anti national ni de la bourgeoisie anti nationale.

Où est passée la transition de rupture prônée par l’accord de Montana?

La démocratie directe et participative a pour corollaire économique un système coopératif basé sur la solidarité et l’entraide  selon la formule : « CHACUN POUR TOUS, TOUS POUR CHACUN »

Avant-garde révolutionnaire, inspirons-nous des modèles cubains et vénézuéliens de démocratie directe et participative pour lutter pour  la construction de cette  société nouvelle basée sur la participation engagée  et autonome des masses populaires.

Fini le temps des mascarades électorales avec des coûts faramineux pour prétendre nous faire représenter par des vautours et corrompus en quête de richesse facile et illicite.

C’est le temps de construire un outil de lutte pour la construction de cette nouvelle société. Si nos ancêtres, au cours de la lutte anti coloniale et anti esclavagiste criaient LIBERTE ou LA MORT, aujourd’hui c’est notre responsabilité d’actualiser leur cri  « LA PATRIE OU LA MORT »

L’INDEPENDANCE NATIONALE OU LA MORT.

A BAS la domination impérialiste! Vive la démocratie directe et Participative.

 

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here