Les syndicats kényans font campagne contre les violations du droit du travail chez Style Industries

0
78
Les ouvrières chez Style Industries

Sept syndicats affiliés à IndustriALL Global Union font campagne contre les violations du droit du travail par Style Industries, qui est déterminé à ne pas signer d’accord de reconnaissance avec le Syndicat kényan des travailleurs de la coiffure et des soins esthétiques (KUHABWO).

 

Le KUHABWO a recruté 3.811 travailleurs et travailleuses sur un effectif de 6.000 personnes, dont 85 % de femmes, mais l’entreprise ne reverse les cotisations syndicales que pour 70 membres. Selon le syndicat, pour décourager les travailleurs et travailleuses d’adhérer au syndicat, 150 personnes ont été licenciées le mois dernier. Ceux et celles qui sont restés membres du syndicat ont été menacés de licenciement.

Depuis 2015, Style Industries, un fabricant de cheveux synthétiques composés de fines fibres de plastique qui ressemblent à des cheveux humains, refuse de reconnaître le syndicat. Le conflit a été bloqué en conciliation et l’affaire a été portée devant le Tribunal de l’emploi et des relations de travail, qui a émis une ordonnance restrictive contre l’entreprise en 2017. L’ordonnance imposait à Style Industries de cesser de « victimiser, intimider, contraindre, harceler et se livrer à des pratiques de travail déloyales » et de permettre que l’affaire puisse être conclue au tribunal.

En outre, le tribunal a statué que l’entreprise devait cesser de résilier des contrats et de licencier des membres du syndicat en raison de leur appartenance à celui-ci. Le tribunal a également déclaré que les actions de l’entreprise avaient pour but de “désorganiser le syndicat”. Cependant, malgré l’approche ferme des tribunaux, les pratiques antisyndicales de l’entreprise se sont poursuivies, ce qui a conduit les syndicats à lancer cette campagne.

Margaret Ndiritu, Secrétaire générale adjointe du KUHABWO, a déclaré : « La direction de Styles Industries est antisyndicale et les travailleurs et travailleuses sont licenciés, sans audience équitable, pour être membres du syndicat. »

S’exprimant lors d’une conférence de presse à l’issue d’une réunion de campagne des affiliés le 7 juin, Julius Maina, Président du Conseil d’IndustriALL pour le Kenya, a déclaré : « La direction de Style Industries menace les travailleurs et travailleuses de les victimiser en cas d’adhésion au syndicat. Et en cas d’adhésion, il y a licenciement. Lorsque des responsables syndicaux viennent recruter des adhérents pendant les pauses ou l’heure du déjeuner, l’employeur fait appel à la police pour les harceler et les arrêter afin de les empêcher d’exercer leurs droits sur le lieu de travail.

La direction doit respecter les droits des travailleurs et travailleuses à la liberté syndicale ; adhérer, former et participer à des programmes syndicaux, comme le stipulent la Constitution kényane, la loi sur les relations de travail et les conventions 87 (liberté syndicale et protection du droit syndical) et 98 (droit d’organisation et de négociation collective) de l’Organisation internationale du travail. »

« Nous soutenons le KUHABWO dans son long combat pour un accord de reconnaissance et des droits de négociation collective chez Style Industries et nous applaudissons les affiliés kényans pour l’unité et la solidarité qu’ils apportent au syndicat », a déclaré Paule France Ndessomin, Secrétaire régionale d’IndustriALL pour l’Afrique subsaharienne.

Les affiliés d’IndustriALL au Kenya sont le Syndicat uni des métallurgistes du Kenya (AUKMW), le Syndicat des travailleurs de l’ingénierie du Kenya (KEWU), le Syndicat des travailleurs du verre du Kenya (KGWU), le Syndicat des travailleurs du pétrole du Kenya (KPOWU), le Syndicat des travailleurs de la chaussure et du cuir du Kenya (KSLWU), le Syndicat des tailleurs et des travailleurs du textile (TTWU) et le Syndicat kényan des travailleurs de la coiffure et des soins esthétiques (KUHABWO).

 

IndustriALL Global Union IndustriALL Global Union 10 juin 2021

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY