Du sommet du G7 à celui de l’Otan, les puissances impérialistes se montrent de plus en plus agressives à l’égard de la Chine

0
70
Certians dirigeants des nations du G7

La visite de Joe Biden en Europe ainsi que les sommets du G7 et de l’Otan, ont été l’occasion de resserrer les liens entre partenaires atlantistes pour hausser le ton à l’égard de la Chine et de la Russie. Alors que l’humanité est confrontée à des défis importants, les puissances occidentales poussent toujours plus à la confrontation pour tenter de retrouver leur hégémonie. Heureusement, des mouvements s’organisent pour contrer cette nouvelle guerre froide voulue par Washington. (IGA)

 

La Chine a reproché aux dirigeants du G7 de promouvoir un programme agressif contre elle et la Russie. Le 47e sommet du G7, qui s’est tenu à Carbis Bay, au Royaume-Uni, a pris fin le dimanche 13 juin. Y ont participé les dirigeants des sept pays du Nord et de l’Union européenne qui forment le noyau dur du groupe. L’Inde, l’Afrique du Sud, la Corée du Sud et l’Australie y ont participé en tant qu’invités.

Au cours de ce sommet de trois jours, les dirigeants, emmenés par le président US Joe Biden, ont préconisé une position agressive à l’égard de la Chine et de la Russie, deux des puissances mondiales émergentes. Dans le communiqué conjoint final qui a été publié, les sept gouvernements du Nord et de l’UE ont préconisé des « approches collectives » pour contrer les politiques du gouvernement chinois qui, selon eux, « compromettent le fonctionnement équitable et transparent de l’économie mondiale« .

Le communiqué a également fait des déclarations à l’emporte-pièce sur la situation à Hong Kong et au Xinjiang, a fait des allégations non fondées de travail forcé, a demandé une enquête sur les théories d’origine humaine du COVID-19, et a appelé à un axe « Indopacifique libre et ouvert » dans le contexte de relations tendues entre la Chine continentale et Taiwan.

Le langage utilisé dans le communiqué et par Biden lui-même a ressuscité les mêmes allégations non fondées soulevées par l’administration de Donald Trump.

En réponse au sommet, l’ambassade de Chine au Royaume-Uni a commenté que « l’époque où les décisions mondiales étaient dictées par un petit groupe de pays est révolue depuis longtemps. » Ils ont ajouté que toute question relative aux affaires mondiales doit être décidée en consultation avec toutes les nations, conformément aux « normes de base des relations internationales fondées sur les objectifs et les principes de la Charte des Nations unies, et non les pseudo règles formulées par un petit nombre de pays. »

L’ambassade a également contré les déclarations sur Taïwan, le Xinjiang et Hong Kong et a affirmé que les dirigeants ont déformé les faits, exposant les « sinistres intentions de quelques pays comme les États-Unis » .

« ambitions déclarées et le comportement affirmé de la Chine de défis systémiques pour l’ordre international fondé sur des règles. »

Les nations du G7 ont également promis un engagement de dépenses de 100 milliards de dollars US, attendu depuis longtemps, en faveur de la transition écologique des nations les plus pauvres afin de réduire les émissions de carbone et d’atténuer le réchauffement climatique. En 2009, dans le cadre de l’accord de Copenhague, les économies avancées s’étaient engagées à verser 100 milliards de dollars par an jusqu’en 2020.

L’objectif n’a jamais été atteint et les nations du G7 ont souvent délibérément fait dérailler les engagements, ce qui a conduit à la 26e Conférence des parties (COP26) de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC). Ce financement attendu depuis longtemps est maintenant relancé dans le cadre des mesures visant à contrer la concurrence de la Chine et ses « Nouvelles Routes de la Soie », un projet qui se chiffre en milliards de dollars.

La réunion du G7 a été suivie du sommet de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) le 14 juin. Les mêmes dirigeants ont continué à y défendre une position agressive contre la Chine et la Russie. Dans le communiqué final de l’organisation comprenant 30 membres, les dirigeants du sommet ont qualifié les « ambitions déclarées et le comportement affirmé de la Chine de défis systémiques pour l’ordre international fondé sur des règles. »

Des déclarations générales sur le « manque de transparence et l’utilisation de la désinformation » et les « politiques coercitives » ont également été formulées dans le communiqué, réitérant les mêmes allégations que celles faites dans le communiqué du G7.

Contrairement au G7, qui est apparu comme une plate-forme de coopération économique entre certains des pays les plus riches, l’OTAN est un bloc militaire qui a vu le jour pendant la guerre froide dans le but explicite de contenir l’influence soviétique et les mouvements communistes croissants dans le monde. Ces récentes déclarations, tout comme l’exercice militaire controversé de l’OTAN en mer de Chine méridionale, indiquent que les États-Unis et leurs alliés souhaitent étendre leur agression à la Chine pour donner des accents militaristes à leur compétition économique.

La campagne contre ces tactiques de guerre froide prend de l’ampleur

Entre-temps, les mouvements sociaux et pacifistes s’unissent pour s’opposer à cette dernière escalade de tensions voulue par les puissances occidentales. Une réunion publique prévue le 16 juin, mercredi, lancera la campagne « No Cold War Britain », pour s’opposer aux « déclarations et actions de plus en plus agressives » des États-Unis envers la Chine.

Les organisateurs de la réunion ont décrit la nouvelle guerre froide avec la Chine comme « un obstacle qui empêche l’humanité de traiter avec succès les problèmes communs extrêmement graves auxquels elle est confrontée, tels que le changement climatique, le contrôle des pandémies, la discrimination raciste et le développement économique ».

« Biden a déclaré lors de la conférence de presse du G7 que la seule façon de faire face aux menaces mondiales, comme mettre fin à la pandémie et lutter contre le changement climatique, c’est de travailler ensemble. Alors pourquoi dénigrer la Russie et la Chine ? »

Plusieurs personnalités publiques progressistes de premier plan, dont Vijay Prashad du Tricontinental Institute, Andrew Murray de la coalition Stop the War UK, Fiona Edwards de No Cold War, Jodie Evans de CODEPINK et Ben Chacko (rédacteur en chef du Morning Star), prendront la parole lors de cet événement.

« Au milieu d’une pandémie, la seule façon d’avancer est que les États du monde collaborent les uns avec les autres plutôt que d’intensifier la compétition » , a insisté Vijay Prashad, alors qu’il s’adressait à Phoenix Media Co-op. « Le conflit imposé à la Chine est une distraction par rapport aux nombreux problèmes impérieux auxquels nous sommes confrontés, au cœur desquels se trouvent le virus et l’effondrement économique qui en découle. Nous avons besoin de collaboration pour faire face à ces deux problèmes. »

Le projet de lancer une campagne unifiée contre cette nouvelle guerre froide au Royaume-Uni intervient au moment où le gouvernement britannique a envoyé son plus grand navire de guerre, le HMS Queen Elizabeth, ainsi que d’autres navires de guerre en mer de Chine méridionale pour participer aux exercices navals de l’OTAN.

Soulignant que la décision de participer à cet exercice est à la fois « agressive et un gaspillage total de ressources » , Fiona Edwards a déclaré qu’ « au lieu de gaspiller des milliards de livres sterling en armes de destruction massive et de soutenir le renforcement militaire des États-Unis contre la Chine, la Grande-Bretagne devrait véritablement poursuivre le dialogue et la coopération mondiale avec la Chine pour s’attaquer aux immenses problèmes auxquels l’humanité est confrontée. »

Medea Benjamin de CODEPINK a remis en question la poussée anti-chinoise de Biden. « Biden a déclaré lors de la conférence de presse du G7 que la seule façon de faire face aux menaces mondiales, comme mettre fin à la pandémie et lutter contre le changement climatique, c’est de travailler ensemble. Alors pourquoi dénigrer la Russie et la Chine ? », a-t-elle demandé dans un tweet.

 

People Dispatch 15 juin 2021

Investig’Action 17 Juin 2021

 

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY