Palestine occupée : « C’est de l’apartheid », affirment les ambassadeurs d’Israël en Afrique du Sud

0
60

« Il est plus clair que jamais que l’occupation de la Palestine n’est pas temporaire et que le gouvernement israélien n’a pas la volonté politique d’y mettre fin. »

 

Au cours de nos carrières dans le service extérieur, nous avons tous deux été ambassadeur d’Israël en Afrique du Sud. À ce poste, nous avons appris de première main la réalité de l’apartheid et les horreurs qu’il infligeait. Mais plus que cela, l’expérience et la compréhension que nous avons acquises en Afrique du Sud nous ont aidés à comprendre la réalité chez nous.

Depuis plus d’un demi-siècle, Israël règne sur les territoires palestiniens occupés avec un système juridique à deux niveaux, dans lequel, sur une même parcelle de terre en Cisjordanie, les colons israéliens vivent selon le droit civil israélien tandis que les Palestiniens vivent selon le droit militaire. Ce système est caractérisé par une inégalité inhérente. Dans ce contexte, Israël s’est efforcé de modifier à la fois la géographie et la démographie de la Cisjordanie par la construction de colonies, qui sont illégales au regard du droit international. Israël a fait avancer des projets visant à relier ces colonies à Israël proprement dit par le biais d’investissements intensifs dans le développement des infrastructures, et un vaste réseau d’autoroutes et d’infrastructures d’eau et d’électricité a transformé l’entreprise de colonisation en une version confortable de la banlieue. Tout cela s’est produit parallèlement à l’expropriation et à la prise de contrôle de quantités massives de terres palestiniennes, y compris les expulsions et les démolitions de maisons palestiniennes. En d’autres termes, les colonies sont construites et étendues aux dépens des communautés palestiniennes, qui sont forcées de s’installer sur des parcelles de terre de plus en plus petites.

Cette réalité nous rappelle une histoire que l’ancien ambassadeur Avi Primor a décrite dans son autobiographie à propos d’un voyage qu’il a fait avec Ariel Sharon, alors ministre de la Défense, en Afrique du Sud au début des années 1980. Au cours de cette visite, Sharon a exprimé un grand intérêt pour le projet de bantoustans en Afrique du Sud. Un simple coup d’œil à la carte de la Cisjordanie ne laisse guère de doute sur l’endroit où Sharon a puisé son inspiration. La Cisjordanie se compose aujourd’hui de 165 « enclaves », c’est-à-dire de communautés palestiniennes encerclées par des territoires repris par l’entreprise de colonisation. En 2005, avec le retrait des colonies de Gaza et le début du siège, Gaza est devenue tout simplement une autre enclave – un bloc de territoire sans autonomie, entouré en grande partie par Israël et donc contrôlé de fait par Israël également.

Les bantoustans d’Afrique du Sud sous le régime de l’apartheid et la carte des territoires palestiniens occupés aujourd’hui reposent sur la même idée de concentrer la population « indésirable » dans une zone aussi petite que possible, dans une série d’enclaves non contiguës. En chassant progressivement ces populations de leurs terres et en les concentrant dans des poches denses et morcelées, l’Afrique du Sud d’alors et Israël d’aujourd’hui s’efforcent de contrecarrer l’autonomie politique et la véritable démocratie.

Cette semaine, nous marquons le cinquante-cinquième anniversaire du début de l’occupation de la Cisjordanie. Il est plus clair que jamais que l’occupation n’est pas temporaire et que le gouvernement israélien n’a pas la volonté politique d’y mettre fin. Human Rights Watch a récemment conclu qu’Israël a franchi un seuil et que ses actions dans les territoires occupés répondent désormais à la définition légale du crime d’apartheid en vertu du droit international. Israël est la seule puissance souveraine qui opère sur ce territoire, et il exerce une discrimination systématique sur la base de la nationalité et de l’ethnicité. Une telle réalité c’est, comme nous l’avons vu nous-mêmes, de l’apartheid. Il est temps que le monde reconnaisse que ce que nous avons vu en Afrique du Sud il y a des décennies se produit également dans les territoires palestiniens occupés. Et tout comme le monde s’est joint à la lutte contre l’apartheid en Afrique du Sud, il est temps pour le monde de prendre des mesures diplomatiques décisives dans notre cas également et de travailler à la construction d’un avenir d’égalité, de dignité et de sécurité pour les Palestiniens comme pour les Israéliens.

 

*Ilan Baruch a été ambassadeur d’Israël en Afrique du Sud, en Namibie, au Botswana et au Zimbabwe. Le Dr Alon Liel a été ambassadeur d’Israël en Afrique du Sud et directeur général du ministère israélien des affaires étrangères.

 

Groundup.org.za8 juin 2021

Afrique-Asie 9 juin 2021

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY