Venezuela Hier et aujourd’hui, Carabobo : le même cri contre l’impérialisme !

0
178
Vive la lutte révolutionnaire, anti-impérialiste au Venezuela, de Simon Bolivar à Nicolas Maduro en passant par le commandant Hugo Chavez

« Carabobo c’est nous tous, Carabobo c’est le passé et le présent. Nous sommes les mêmes qu’il y a 200 ans ». Avec plusieurs accents mais le même message, le leadership civilo-militaire du processus bolivarien nous amène à prendre acte d’un moment fondateur de son histoire : la bataille décisive d’une armée populaire – plus de 6 000 hommes et femmes d’origines géographiques différentes, ethniques groupes, classes et croyances – qui se sont réunis dans les forêts de Carabobo pour affronter les forces royalistes et se débarrasser du colonialisme espagnol.

Menée par le génie militaire de Simón Bolívar, au plus fort d’un difficile processus d’indépendance de dix ans, l’armée populaire a remporté une victoire fondamentale, dont le message résonne aujourd’hui dans le présent de la révolution bolivarienne. «Carabobo, un chemin de liberté», est le titre d’une mini-série en 8 chapitres qui raconte ces exploits, après un travail de fouille historique qui a impliqué l’équipe de production pour expliquer comment un peuple conscient et organisé, déterminé à être libre, peut vaincre les forces coloniales, aussi puissantes et organisées soient-elles.

Hier comme aujourd’hui, le Venezuela se heurte au prétexte de l’impérialisme pour imposer sa propre domination économique, en s’appropriant ses ressources stratégiques. Hier comme aujourd’hui, le Venezuela a lancé sa proposition de libération, conscient – comme Bolívar l’était alors – que l’indépendance économico-politique doit investir le continent et se positionner dans le monde dans une nouvelle géopolitique globale anti-hégémonique.

Et c’est le premier message délivré lors du Congrès du Bicentenaire des Peuples du Monde, qui a réuni des délégués des cinq continents. L’occasion d’évoquer la fragilité du modèle capitaliste en crise structurelle, d’autant plus évidente que son intention hégémonique se renouvelle face à une trajectoire déjà multicentrique et multipolaire qui remet en cause ses paradigmes.

Une citation magistralement préparée au fil des années par le commandant Hugo Chávez, dont les paroles prophétiques ont une fois de plus résonné dans les débats et dans le pays. Chávez, la quatrième racine ajoutée aux trois qui caractérisent l’arbre fondateur du socialisme bolivarien -Simón Bolívar, Simón Rodríguez, Ezequiel Zamora-, l’éternel commandant qui a conçu une nouvelle stratégie d’indépendance nationale et « notre américaine », reprenant le rêve de Bolívar.

Multilatéralisme, intégration, nouvelle articulation entre territoire et mondialisation, entre peuple et État, souveraineté et démocratie pleine, participative et dirigeante, union civilo-militaire, résultat de cette armée composée à la fois de militaires et de peuples. Le peuple de la Patrie-Matria, autre concept clé qui a animé le Congrès du Bicentenaire donnant de la visibilité aux femmes qui ont combattu à Carabobo, souvent déguisées en hommes, pour ne pas être reléguées aux seconds rôles, et qui sont aujourd’hui aux premières loges contre la guerre économique. Les héroïnes de l’indépendance, comme Negro Primero, ont droit à leur place au Panthéon national.

Et le secteur féministe a voulu conclure la rencontre par une conférence de presse convoquée par la députée Gladys Requena pour réitérer le Non au blocus contre Cuba et relancer le résultat obtenu à l’ONU, qui a encore souligné le rejet des mesures coercitives unilatérales contre le peuple cubain. .

 « Nous sommes les mêmes qu’il y a 200 ans. Alors nous affrontons le même ennemi ». À partir de l’analyse de la bataille de Carabobo, considérée comme la synthèse et le moment culminant de la bataille des idées, de la culture et de la résistance, le socialisme bolivarien relance sa « géopolitique intégrale », démasque l’hypocrisie et la complicité d’un impérialisme en perte de vitesse économique, sa force du complexe militaro-industriel et sa puissance financière augmentent, puisqu’il domine une partie de la structure financière mondiale. Mais jusqu’à quand ?

L’Alba, qui a réuni les conclusions du Congrès du Bicentenaire, a montré la vitalité de l’organisation internationale. «  L’Alba – a déclaré le président bolivien Luis Arce – doit être prêt à embrasser les peuples dans cette nouvelle vague de lutte que nous voyons se développer sur tout le continent. »

 

Résumé latino-américain 25 juin 2021

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY