Une nouvelle frontière sur une ancienne frontière : frontière fermée, esprit fermé

0
754
Les Haïtiens se sont rassemblés autour d'un canal d'irrigation qui sera bientôt achevé et qui part de la rivière Massacre, qui forme la frontière entre Haïti et la République dominicaine. Photo: Siffroy Clarens/EFE

(English)

Les guerres de l’eau sont l’un des éléments les plus universels du drame politique. Mais la République dominicaine pourrait bien établir une nouvelle norme en matière d’excès et de mesquinerie dans sa tentative actuelle de démanteler un canal d’irrigation du côté haïtien de la rivière Massacre, qui constitue la frontière entre les deux nations.

L’approche de la République Dominicaine : fermer toute la frontière entre les deux pays, ce qui coûte des millions de dollars en commerce et en activité et exacerbe considérablement les conditions de famine en Haïti.

Au moins, cela semble être l’opinion majoritaire ici sur la côte nord de la République dominicaine, où je vis, et cela se reflète dans les médias sociaux. Cette opinion est partagée non seulement par les Haïtiens, mais également par les expatriés et de nombreux Dominicains.

Quel est le fond de l’absurdité ?

Pour commencer, la République dominicaine disposerait de 11 canaux d’irrigation le long du même fleuve.

Deuxièmement, Haïti souffre d’une insécurité alimentaire généralisée. Dans des circonstances aussi extrêmes, les ressources en eau ne pourraient-elles pas et ne devraient-elles pas être réparties plus équitablement ?

Troisièmement, fermer la frontière à titre punitif est extrêmement inefficace et n’offrira pratiquement aucune chance de succès.

Quatrièmement, l’opinion mondiale compte. Le président dominicain belliqueux et inflexible Luis Abinader fait mauvaise impression sur la scène mondiale.

Le président dominicain Luis Abinader fait mauvaise impression sur la scène mondiale.

Néanmoins, comme cet enfant proverbialement irritable, Abinader redouble de machisme. Il semble s’être mis dans une impasse. Où va-t-il à partir d’ici ? Selon une rumeur, il sera interdit aux Haïtiens d’utiliser les transports publics.

Mais quelles que soient les mesures draconiennes envisagées par Abinader, il est ramené à une sombre réalité : la République dominicaine ne peut pas fonctionner sans la main-d’œuvre haïtienne.

En plus de cela, cela semble plutôt mal de dire à un peuple affamé qu’il ne peut pas cultiver de nourriture avec de l’eau partagée. À quel point pouvez-vous devenir mesquin ?

Pour parler franchement, Abinader n’est pas un joueur d’échecs. Lorsqu’il doit faire preuve de retenue et se contenter d’un match nul, il vise une conquête impossible.

Pour justifier son comportement, Abinader affirme de manière étonnante que le projet d’irrigation rendra la République dominicaine vulnérable aux gangs armés haïtiens.

C’est un énorme saut de logique. Peut-on appeler cela de la paranoïa ?

Mais ce qui donne vraiment au comportement d’Abinader un reflet de folie, c’est l’idée qu’il peut contrôler un secteur de la société haïtienne en en punissant un autre. Cette approche a été réfutée à maintes reprises.

Hispaniola est bien plus que la somme de ses parties. Si Haïti et la République dominicaine parvenaient à travailler ensemble, une grande force pourrait se libérer.

Un leader visionnaire pourrait faire la différence. Imaginez un président dominicain qui dit simplement : les Haïtiens et les Dominicains sont frères et sœurs – et tout le bien qui en découlerait.

Pendant ce temps, de retour dans cette réalité, nous attendons de voir ce qui se passera ensuite. Personne ne pense vraiment que la frontière restera fermée plus de quelques semaines.

Il reste possible, mais pas certain, que dans les mois à venir une force militaire étrangère soit à nouveau envoyée en Haïti pour la troisième fois en trois décennies. Abinader a fait pression en ce sens et pense peut-être que cela l’aidera à fermer le canal. Cela semble être son  jeu à long terme.

Ici, sur la côte nord, la vie continue sans trop d’impact des guerres de l’eau. Si les jours de cette impasse se transforment effectivement en mois, ce sera une autre histoire.

Mais si tel est le cas, il s’agira probablement d’une histoire avec de nombreuses conséquences inattendues.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here