Protestations étudiantes pour appeler à la démission Moise et dénoncer les enlèvements d’étudiants

0
105
De jeunes élèves manifestant contre l’insécurité qui ravage le pays

Plusieurs milliers d’étudiants ont manifesté lundi dans divers quartiers des rues de Port-au-Prince, la capitale d’Haïti, contre le président Jovenel Moïse pour dénoncer la vague d’enlèvements d’étudiants qui ont considérablement augmenté ces derniers jours.

Les étudiants, issus de différentes écoles, ont manifesté à Carrefour et Tabarre, près de l’ambassade des Etats-Unis en Haïti, pour demander la libération de leurs collègues kidnappés. Ce lundi, deux étudiants de sexe masculin ont été enlevés par des individus non identifiés lourdement armés à Carrefour et Tabarre.

 une jeune femme a été tuée par une balle qui a mis fin à sa vie dans une fusillade entre chauffeurs.

Ces derniers jours, les écoliers ont été la cible de ravisseurs qui agissent à leur guise sans que les autorités parviennent à arrêter la situation.

La police a réprimé avec des gaz lacrymogènes, ainsi qu’avec des balles réelles et en caoutchouc, les manifestations pacifiques d’étudiants, de chauffeurs et de jeunes, qui ont demandé au gouvernement d’arrêter ce phénomène. Durant la répression, une jeune femme a été tuée par une balle qui a mis fin à sa vie dans une fusillade entre chauffeurs. Certains jeunes ont été également blessés au cours des manifestations. 

Dans certaines déclarations controversées faites le week-end dernier, l’inspecteur général de la police, Frédérick Leconte, a demandé aux familles des victimes de porter plainte «au lieu de bloquer les routes», et a assuré que les autorités travaillent à lutter contre l’insécurité.

En 2020, au moins un millier de personnes ont été kidnappées avec demande de rançon.

De son côté, le ministre de l’Éducation, Pierre Agénor Cadet, a condamné les actes d’enlèvement, y compris ceux qui touchent particulièrement la communauté étudiante et affectent les familles haïtiennes.

Il a qualifié ces actes d’inacceptables et a également déploré les attaques contre les écoles de la part de ceux qui ont d’autres agendas “inconnus et indescriptibles”, a-t-il dénoncé dans un communiqué.

En 2020, au moins un millier de personnes ont été kidnappées avec demande de rançon. Certains d’entre eux ont été torturés et d’autres ont été tués lorsque leurs familles n’ont pas réussi à réunir les sommes réclamées ; elles étaient importantes et pouvaient atteindre un million de dollars.

De jeunes élèves manifestant contre l’insécurité qui ravage le pays

Plusieurs écoles de la capitale menacent de fermer leurs portes pour dénoncer les cas d’enlèvements qui sont répandus dans tout le pays.

Résumé de l’Amérique latine 25 janvier 2021

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY