Haïti : Les Organisations qui sont venues «reconstruire» ont été plus destructrices que le tremblement de terre

0
283
La cathédrale de Port-au-Prince toujours en ruine

Dix ans après le tremblement de terre, le pays reste en ruine, malgré le fait qu’à partir des casques bleus, l’ONU et des centaines d’ONG se sont débarrassées de fortunes «gaspillées» dans des vols, des escroqueries et des retours aux donateurs eux-mêmes.

 

Ni les plus de cent ans d’intervention américaine continue, ni la voracité de la France, la puissance coloniale, ni les dictateurs sanglants qui l’ont subjuguée pendant trois décennies – les Duvalier – n’ont eu sur Haïti l’effet dévastateur du séisme du 12 janvier 2010, qui en 130 secondes a coûté la vie à plus de 316 000 personnes et laissé un million et demi de sans-abri. L’une des plus grandes catastrophes humanitaires de l’histoire a anéanti l’infrastructure précaire d’Haïti. Les forces étrangères qui l’occupaient depuis 2004 ont été rejointes par une horde d’organisations non gouvernementales (ONG) venues pour «reconstruire» mais qui ont été plus destructrices que le tremblement de terre.

S’il n’a pas d’autre péché à son actif que celui d’être devenu indépendant avant tout le monde (1804), alors que la France était une monarchie puissante, Haïti continue de recevoir le châtiment divin des puissances occidentales et souffre, depuis plus d’un siècle, de la présence de troupes étrangères sur son territoire. Quelques jours à peine après la libération, au début du XIXe siècle, le président américain de l’époque Thomas Jefferson – le marchand d’esclaves qui illustre les billets de deux dollars – avait déjà averti qu’«ils peuvent exister en tant que quilombo ou palenque, mais [on ne peut souscrire] à la possibilité de les accepter dans le monde des nations. Ils les appellent des affranchis, mais ils sont noirs et ils étaient esclaves ». 

Roland van Hauwermeiren d’OXFAM

C’est ainsi qu’en 1915, les Marines débarquèrent pour la première fois à Port-au-Prince. Depuis lors, ces excursions exclusives au Pentagone ont été une constante, jusqu’à ce qu’en 2004, les États-Unis trouvent des partenaires pour la sale tâche et les forces armées d’invasion de 10 000 soldats de 31 pays. Les contributions les plus importantes sont venues, de manière frappante, de trois pays où des présidents progressistes ont régné: le Brésil, l’Argentine et l’Uruguay. Selon l’ONU, l’excursion de ses casques bleus était justifiée parce qu’Haïti était “une menace sérieuse pour la sécurité internationale”, bien que son armée ait été dissoute en 1995.

Dix ans après le tremblement de terre, Haïti est toujours en ruine. Et, en plus, les casques bleus ont apporté le vibrio cholerae, la plus terrible souche de choléra, qui tue un adulte en deux jours et un enfant en deux heures. Les soldats de l’ONU ont également laissé des centaines de filles et d’adolescentes enceintes dont l’ONU, les ONG et les pays envahisseurs ne se disent pas responsables. L’Uruguay a été une ironique exception, et il a tout résolu en condamnant sans  emprisonnement quatre caporaux qui couchaient avec des mineurs haïtiens en échange de quelques biscuits.

En quelques semaines, Haïti est devenue la «République des ONG», le pays au monde avec le plus grand nombre d’organisations de ce type par habitant.

En 2010, dès que l’émouvante solidarité mondiale avec le peuple haïtien a été connue, mesurable en centaines et centaines de milliards de dollars, les ONG qui se sont inscrites pour envoyer leurs «travailleurs humanitaires» dans le pays se sont multipliées. Ces derniers étaient aussi violents que les casques bleus, mais à la promotion de la prostitution, féminine et masculine, ils ajoutaient un appétit vorace pour l’argent, pour de grosses sommes. En quelques semaines, Haïti est devenue la «République des ONG», le pays au monde avec le plus grand nombre d’organisations de ce type par habitant. Au point où en septembre 2017, le gouvernement haïtien, quoique particulièrement corrompu, avait déjà dû expulser plus de 300 ONG. 

À l’époque, le britannique Oxfam avait le luxe de présenter les terrifiants records de ses pairs. Les enquêtes du Huffington Post, du New York Times, de La Jornada et du Miami Herald, des agences EFE et Associated Press, de la BBC et de chercheurs indépendants sont venues s’ajouter au montage de ce tableau décevant. Dix ans après le tremblement de terre, dix ans de pillage, Haïti est toujours aussi détruite que ce jour-là.

“La lente route de la reconstruction” était le titre du rapport dans lequel Oxfam a assuré que 7 dollars sur 10 qui entraient dans le pays provenaient de la coopération », bien qu’il “oublie” de dire que 9 de ces dollars sur 10 sont gérés par ONG, y compris Oxfam, ou entreprises étrangères. Il n’a pas non plus dit que 778 millions allaient payer les troupes d’occupation. Une enquête de l’AP a abouti à un résultat surprenant: dès que le séisme a été enregistré, les États-Unis ont alloué 379 millions de dollars d’aide, mais il s’est avéré que la majorité de ces 379 millions n’étaient pas allés à Haïti. L’AP a vérifié que 33 cents de chacun de ces dollars étaient retournés pour des raisons non précisées à une agence américaine. Il a également été prouvé que 42 cents supplémentaires de chacun de ces dollars étaient allés sur les comptes bancaires de  l’«organisation à but non lucratif» britannique Save the Children.

Une équipe de rapporteurs spéciaux de l’ONU a synthétisé tous les vols, escroqueries et détournements de fonds dans un rapport révoltant: pour chaque 2,5 milliards de dollars d’aide humanitaire, 34% ont été remboursés aux donateurs eux-mêmes, 28% ont été donnés aux agences des Nations Unies et aux ONG, 26 % sont allés à des entrepreneurs privés (entre autres, California Microwave Systems et Blackwater, des entreprises américaines qui ont fait fortune en fournissant des services paramilitaires en Irak), 6% sont allés à la médecine et à l’alimentation, 5% aux sociétés nationales de la Croix-Rouge et 1% au gouvernement de Haïti. « Les ONG sont une structure parallèle à travers laquelle on peut commettre des crimes en toute impunité avec le produit du bien-être », a conclu le rapporteur des Nations Unies.

 Même les plus célèbres ne sont pas sauvés

En 2018, des détails sur les actions aberrantes des ONG les plus célèbres du monde ont commencé à fuir, mais leurs propres enquêtes révèlent maintenant que leur activité criminelle est une constante. La pègre des ONG a commencé à se faire remarquer quand Oxfam, le géant fondé à Oxford en 1942, que l’État britannique finance avec 40 millions de dollars par an, a admis quel était son véritable «rôle humanitaire» en Haïti, le pays le plus misérable du monde. Christian West. Le vol de fonds reçus pour aider les sinistrés, le détournement de grandes fortunes vers des comptes dans des paradis fiscaux, les abus sexuels, la promotion de la prostitution enfantine, sont quelques-uns des crimes qui affligent Haïti aujourd’hui mais qui sont «normaux» en Afrique.

Oxfam directeur, Roland van Hauwermeiren, a accepté d’avoir payé des filles et des adolescents haïtiens pour animer ses soirées et son lit

La plainte du journal anglais The Times, qui a découvert le 02/09/2018 toute la pourriture cachée derrière la structure d’Oxfam – même son directeur, Roland van Hauwermeiren, a accepté d’avoir payé des filles et des adolescents haïtiens pour animer ses soirées et son lit -, a ouvert les portes d’un monde jamais imaginé. Ils ont été suivis par la Croix-Rouge jusque-là impeccable, qui a admis avoir licencié 21 «travailleurs humanitaires» pour divers actes de corruption. Et Médecins sans frontières, qui a licencié 24 «volontaires». Et Save the Children, qui s’est excusée pour le comportement de son directeur, Justin Forsyth, qui a ensuite occupé le même poste à l’UNICEF. Et Mines Advisory, l’ONG que Lady Di a financée de son vivant. Et l’International Rescue Committee, créé en 1933 par le sage et lauréat du prix Nobel Bertrand Russell.

Résumé de l’Amérique latine 26 janvier 2021

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY