Pas de rencontre Jude-Jovenel !

0
514

top_front_pictureDans une lettre adressée au président du CEP Pierre Louis Opont et datée du 30 novembre 2015, le candidat à la présidence, Jude Célestin de la Ligue alternative pour le progrès et l’émancipation haïtienne (Lapeh ), mis en deuxième position dans la sélection du 25 octobre dernier par le CEP, avec 25, 29% des votes, a décliné l’invitation du CEP de rencontrer le mercredi 2 décembre 2015 le candidat du PHTK Jovenel Moise placé en première position par le CEP avec un score de 32,76%.

Dans cette lettre, Jude Célestin a indiqué :

J’ai l’avantage d’accuser réception de votre correspondance du 27 novembre 2015 par laquelle vous m’invitez à participer en votre office à une rencontre avec l’autre candidat admis au second tour. Au cours de cette rencontre, les concernés devraient faire un état des lieux du processus électoral, discuter des correctifs à apporter audit processus et des étapes préparatoires au second tour de la présidentielle.

« J’ai noté avec un certain intérêt les points qui seront débattus à cette réunion, pour la raison qu’ils rejoignent en partie mes préoccupations ainsi que celle du groupe des 8 auquel j’appartiens notamment »

« Dans une compréhension mutuelle de notre souci de mener à bien ledit processus, je vous demande de comprendre qu’il est nécessaire de prendre le temps utile l’élaboration et au partage d’un canevas clair et précis qui nous permettra d’atteindre l’objectif commun d’assurer dans la transparence et l’honnêteté la suite du processus électoral »

« A cet égard, je vous assure de ma disponibilité répondre à tout autre rendez-vous fixé à une date ultérieure après concertation entre nous ».

Par ailleurs, le groupe des 8 dont fait partie Jude Célestin a publié dans la presse un communiqué pour fixer la position des 8 et faire des exigences. Dans cette lettre, le G8 semble être prêt à appliquer le plan B de Washington à savoir la transition tant appréciée par Reynold Georges et madame Manigat ainsi que le parti Fusion des sociaux-démocrates haïtiens d’Edmonde Supplice Beauzile qui préconise également un gouvernement de transition pendant deux ans, seule option capable de permettre une sortie de crise. Voici le contenu de la lettre du groupe des 8 :

Port-au-Prince, le 29 novembre 2015

Nous, signataires de la présente, candidats à la Présidence engagés dans le processus électoral devant conduire à l’installation du nouveau Président élu le 7 février 2016, communément appelés Groupe des 8 (G8) :

Constatons que le Conseil Electoral Provisoire (CEP) de Pierre-Louis OPONT affiche sa détermination d’agir dans l’opacité la plus totale et fait preuve d’une soumission légendaire vis-à-vis de l’exécutif et de l’international en publiant de soi-disant résultats définitifs des élections du 25 octobre 2015 sans tenir compte de la demande du G8 de mettre en place une commission d’enquête indépendante chargée d’épurer le processus électoral, de restituer la sincérité du scrutin et d’exclure les fraudeurs du processus.

Le G8 juge inacceptable que le CEP publie ces résultats après avoir reconnu l’existence de fraudes massives dans le processus sans chercher à déterminer, d’une part, l’ampleur des fraudes et, d’autre part, identifier les fraudeurs et leur appliquer les sanctions prévues par le décret électoral. Il est inadmissible, révoltant voire répugnant que le CEP manipule une décision du BCEN en tentant de faire passer maladroitement tous les candidats impliqués dans le processus et ceux dont les noms figurent uniquement sur les bulletins de vote pour des fraudeurs en leur enlevant des votes et en publiant des résultats pour tous les candidats avant et après le BCEN. Peut-on logiquement considérer comme des fraudeurs ceux qui ont abandonné la course ?

Cela est contraire au décret électoral qui prévoit d’enlever des votes uniquement aux fraudeurs dans l’analyse d’un procès-verbal. En agissant ainsi, le CEP se montre partisan et défend le candidat du pouvoir dénoncé comme le principal bénéficiaire des cas de fraudes. Dès lors, les membres du CEP cessent d’être des juges et se présentent comme des avocats du candidat du pouvoir.

Le G8 est convaincu que des élections honnêtes, libres, transparentes et démocratiques ne sauraient être tenues sous la présidence de Joseph Michel Martelly, sans des changements au sein du CEP, sans un changement de commandement au niveau de certaines directions départementales et de certaines unités de la PNH, sans la fin des représailles et de la répression policière contre des manifestants pacifiques.

Le G8 réprouve l’utilisation de cagoules par des policiers chargés de garantir la sécurité. L’instrumentalisation des forces de Police à des fins politiques ou comme escadrons de la mort est dangereuse et contraire au bon fonctionnement d’une société démocratique.

Le G8 prend acte de la volonté du CEP scélérat et du pouvoir Tèt-Kale de conduire le pays vers le chaos et de ne laisser que très peu de chance aux démocrates que de lutter pour la mise en place d’un pouvoir de transition chargé de :

– réformer l’Etat ;

– réaliser la conférence nationale ;

– faire adopter une nouvelle constitution ;

– organiser des élections générales crédibles et propres dans un délai ne dépassant pas vingt-quatre mois.

Le G8 supporte les revendications populaires et n’entend pas décevoir les attentes de la population.

Le G8, conscient du risque élevé d’infiltration au niveau des manifestations, demande à la population de continuer à exercer ses droits de manifester pacifiquement pour faire respecter sa volonté et l’invite à ne pas céder au chantage, à l’intimidation et à la manipulation.

Uni et Solidaire, le G8 renouvelle sa volonté de tout entreprendre, dans le cadre de la loi, pour faire respecter la volonté populaire.

Suivent les signatures :

Sauveur Pierre ETIENNE

Jean-Charles MOISE

Jude CELESTIN

Jean-Henry CEANT

Steven I. BENOIT

Eric JEAN-BAPTISTE

Mario ANDRESOL

Samuel MADISTIN

Entre temps, le gouvernement semble pris de panique et c’est dans cette perspective que l’exécutif a monté une commission présidée par le Premier ministre Evans Paul qui cherche à inventer une façon de pourvoir à la tenue du second tour, le 27 décembre. Cette commission est formée de plusieurs ministres, de conseillers du président Michel Martelly et du Premier ministre. Elle a rencontré plusieurs secteurs de la vie nationale entre autres le Forum du secteur privé, les représentants du secteur des défenseurs des droits de l’homme, les associations de patrons de presse et de journalistes qui ont pu s’entretenir séparément avec ladite commission.

Tout n’est pas joué encore, vu que le coordonnateur du parti de Jude Célestin, l’ancien sénateur Jean Hector Anacacis, alias «tout moun jwenn», a lancé un message codé, dont lui seul sait de quoi il revient, lorsqu’il déclare que « Jude ira au second tour de la présidentielle sous certaines conditions ». Ki sa Jude pral jwenn ? Il n’est que d’attendre.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY