Nouveau palais de la Cour de Cassation don de Taiwan !

0
743

1Ce mardi 14 juillet 2015, le président Taïwanais Ma Yin-Jeou a débarqué en Haïti. Il a été accueilli à l’aéroport Toussaint Louverture de Port-au-Prince par Michel Martelly. Il sera en visite officielle pendant deux jours nets au pays.

Signalons qu’au cours d’un point de presse le ministre de la communication et porte-parole du gouvernement, Rodchill François Junior le lundi 13 juillet avait souligné que cette visite témoigne de la vitalité des bonnes relations entre les deux pays, Haïti et Taiwan. Ainsi, l’objectif réel de cette visite a été l’inauguration d’un bâtiment d’une superficie de 4 262 m2 situé en face du Palais National pour loger la cour de Cassation. Les travaux de construction du nouveau bâtiment de la Cour de cassation ont duré 24 mois et ont été réalisés par la firme

Taïwanaise Overseas engineering & construction corporation LTDA. S.A., maîtresse d’œuvre de divers projets d’infrastructures, dont des routes, en Haïti.

Ce bâtiment de trois étages qui a couté près de 15 millions 300 mille dollars américains a été construit avec l’aide du gouvernement taïwanais. Dans son allocution de circonstance, le président Ma Ying-Jeou a indiqué que « le gouvernement taïwanais restera aux côtés d’Haïti, parce qu’il y a encore beaucoup à accomplir ».

Ce nouveau palais de la Cour de Cassation est l’un des plus beaux acquis post-séisme, a fait valoir, de son côté, le président de la Cour de cassation, Jules Cantave. Le président Martelly pour sa part, dans un quant à moi triomphaliste a déclaré :« Le chemin de la reconstruction physique et économique du pays est ardu et très long. Jusqu’à présent, nous n’avons parcouru qu’une distance plutôt modeste. Mais, petit à petit, nous espérons y arriver ».

Au Karibe Convention Center, les deux présidents ont rencontré les anciens et les nouveaux étudiants boursiers haïtiens de Taiwan. Et en cette occasion un banquet a été donné en l’honneur du Président de la République de Taïwan.

Les dirigeants haïtiens finiront-ils, par trouver un autre bon samaritain capitaliste pour la reconstruction du Palais national et de la Cathédrale de Port-au-Prince ? D’autant que ce sont deux choses dans lesquelles les dirigeants haïtiens sont passés maîtres : quémander et en profiter pour se remplir les poches. Quelle honte !

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY