Nous réclamons la prison pour les militaires dominicains responsables du massacre de Tilory

0
1801
Le président Abinader a dirigé un défilé civilo-militaire de provocation à Azua le 19 mars pour commémorer un affrontement militaire survenu en 1844 entre Dominicains et Haïtiens.

Des articles de presse indiquent que le dimanche 19 mars, l’armée dominicaine a attaqué la ville haïtienne de Tilory, à la frontière près de la province de Dajabón, tuant deux personnes avec des armes de guerre et en blessant un nombre indéterminé. L’incident aurait pour origine les exactions commises par les forces répressives de la zone contre des citoyens haïtiens, notamment des arrestations arbitraires et des vols d’argent. Tilory est en bordure d’une autoroute internationale et un petit marché binational opère dans la commune.

Compte tenu des abus systématiques de l’armée dominicaine, une manifestation a commencé qui comprenait la rétention d’une moto. Des articles de presse indiquent qu’en réponse à cette manifestation, l’armée a lancé une attaque contre la ville haïtienne. Les personnes tuées ont été identifiées comme étant Guerrier Kiki et Joseph Irano.

Cette attaque, en violation flagrante des lois nationales et internationales, contre des civils non armés, qui tentaient de se défendre en lançant des pierres, s’ajoute à d’autres attaques comme celle perpétrée le 5 août dernier, lorsque des militaires ont tiré sur Anse-A- Pitres après cela, un agent des douanes a assassiné le jeune Immercher Theoly Vilasky au poste frontière.

Des militaires dominicains ont envahi la ville haïtienne de Tilory, où fonctionne un marché binational, à la frontière près de la province de Dajabón, et a fait deux morts Guerrier Kiki et Joseph Irano.

Ces crimes ont également pour toile de fond la politique du gouvernement Abinader d’exiger une intervention militaire internationale contre Haïti, de commettre des violations massives des droits de l’homme et des expulsions collectives contre la communauté immigrée haïtienne, et de promouvoir un projet de Code pénal qui inclurait la création d’une juridiction militaire d’exempter les militaires de la juridiction civile dans certains cas.

Le même 19 mars, presque en même temps que le massacre de Tilory, le président Abinader a dirigé un défilé civilo-militaire à Azua pour commémorer un affrontement militaire survenu en 1844 entre Dominicains et Haïtiens. Le même jour, à Nueva Jerusalén, Santo Domingo Este, les militaires ont procédé à une expulsion arbitraire, blessant plusieurs personnes, dont une grièvement, ce qui montre que le climat répressif s’aggrave non seulement pour la communauté immigrée haïtienne mais aussi pour la population Dominicaine elle-même.

Nous demandons:

– Une enquête indépendante sur le massacre de Tilory, la peine légale maximale pour les responsables, des réparations aux victimes et des excuses officielles du gouvernement.

– Que les arrestations arbitraires, les vols d’argent, de motos et d’autres biens par les militaires dans la zone frontalière cessent.

– Que la juridiction militaire soit retirée du projet de code pénal pour éviter que l’impunité ne se renforce.

– Que la militarisation de la société dominicaine cesse : Non à l’augmentation des dépenses militaires, non à l’utilisation de l’armée pour contrôler l’ordre public et les expulsions, non à la participation militaire aux processus d’interdiction de l’immigration, non à la barrière frontalière avec des dépenses militaires secrètes Non à l’utilisation de la doctrine répressive de la sécurité nationale pour stigmatiser la communauté immigrée haïtienne comme un ennemi et comme une menace à la souveraineté.

Organisations 

Movimiento Socialista de Trabajadoras y Trabajadores (MST)
Colectivo #HaitianosRD
Coordinadora Popular Nacional
Groupe d’Appui aux Rapatriés et Refugiés (GARR)
Mujeres Socio Políticas Mamá Tingó
Militancia Revolucionaria Socialista (MRS)
Junta de Prietas
Movimiento Sociocultural para los Trabajadores Haitianos (MOSCTHA)
Cañeros Organizados

Mouvement socialiste des travailleurs de la République dominicaine
21 Mars 2023 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here