Non aux États-Unis/U.N. occupation militaire en Haïti ! Pas d’aide américaine à la dictature haïtienne

0
571
Non à l'occupation impérialiste d'Haïti

L’impérialisme américain et ses mandataires de l’ONU n’ont pas encore décidé qui participerait à la troisième occupation impérialiste d’Haïti, mais la réponse pourrait venir bientôt. Une intervention sera sûrement présentée comme une mission multinationale “humanitaire” pour freiner la violence endémique des gangs en Haïti, la faim de masse et une épidémie de choléra ré-émergente. Mais l’occupation militaire renforcerait en fait un système d’oppression néocoloniale qui a engendré la crise d’aujourd’hui en raison de l’adhésion de Washington depuis des décennies à l’élite corrompue d’Haïti, qui comprend son dictateur actuel, le Premier ministre de facto, Ariel Henry.

Des manifestations de masse ont englouti Haïti au cours des dernières années qui ont contesté le refus d’Henry de démissionner conformément aux mandats constitutionnels exigeant des élections, ainsi que des scandales de corruption massifs et la colère face à la hausse des prix de l’essence d’Henry qui a plus que doublé les prix de l’essence du jour au lendemain. La hausse des prix d’Henry a réduit les subventions sur les prix, ce qui a contribué à soutenir les secteurs du camionnage et des taxis dans ce pays chroniquement appauvri. La décision était conforme aux exigences du Fonds monétaire international, le bras chargé de l’exécution de la Banque mondiale dominée par les États-Unis.

Mario Joseph, l’avocat de l’Institut pour la justice et la démocratie basé à Port-au-Prince, a déclaré dans une lettre de novembre à la Communauté des Caraïbes (CORICOM), que l’intervention «soutiendrait le gouvernement de facto inconstitutionnel, corrompu et répressif et étouffer la dissidence légitime ». Joseph a critiqué la dernière grande occupation militaire de l’ONU dirigée par les États-Unis en Haïti (2004-2017) qui « a préparé le terrain pour le rebond spectaculaire de la violence des gangs d’aujourd’hui », laissant un État encore moins démocratique qu’auparavant.

La constitution d’Haïti stipule que les élections se tiennent dans les 120 jours suivant la vacance présidentielle qui a suivi le meurtre de l’ancien président Jouvenel Moise le 7 juillet 2021, une période qui est révolue depuis longtemps. Moise, comme Ariel Henry, était membre du parti de droite Parti Haïtien Tèt Kale (PHTK).

Les élections n’ont pas eu lieu depuis des années, le parlement est suspendu, laissant Henry le dernier grand responsable du gouvernement. Alors que des manifestations massives anti-Henry secouaient Haïti exigeant sa démission, le président Biden a notoirement maintenu son soutien au Premier ministre de facto méprisé.

Manifestation à Manhattan contre la classe dirigeante dominicaine qui a une longue et sordide histoire de racisme envers les Haïtiens.

Les appels téléphoniques d’Henry ont été attribués à un membre clé de l’assassinat avant et peu de temps après que l’escouade de crétins de 18 membres ait abattu Moise chez lui. Plusieurs assassins étaient d’anciens militaires colombiens formés par les États-Unis. Les meilleurs juges haïtiens ont été licenciés avant et après l’accumulation de preuves de l’éventuelle implication d’Henry. Le complot a été coordonné entre plusieurs suspects du sud de la Floride, d’Haïti et de Colombie, qui attendent maintenant leur procès à Miami.

Appels à intervenir

Le 7 octobre, le Premier ministre de facto Ariel Henry a appelé à une intervention militaire étrangère en violation de l’article 26 de la Constitution haïtienne qui interdit les troupes étrangères sur le sol haïtien. Luis Almagro, chef de l’Organisation des États américains (OEA), une organisation longtemps considérée comme un substitut américain, a déclaré dans un tweet le 6 octobre « J’ai appelé Haïti à demander un soutien urgent de la communauté internationale pour aider à résoudre la crise de sécurité et déterminer les caractéristiques de la force de sécurité internationale. »

Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Volker Turk, a appelé les États membres à « envisager de toute urgence le déploiement d’une force spécialisée », rompant avec son travail de « défenseur de la paix ».

En octobre dernier, l’administration Biden a aidé à rédiger une résolution de l’ONU autorisant le déploiement de troupes internationales en Haïti dirigées par un « pays partenaire ». António Guterres, le secrétaire général de l’ONU, avait précédemment proposé l’envoi d’une “force d’action rapide” multinationale. La résolution finale de l’ONU (2653) a été adoptée à l’unanimité le 21 octobre 2022. Pékin a été le premier au sein du Conseil de sécurité à proposer des “sanctions ciblées” soutenues par les États-Unis contre les gangs criminels, ouvrant la voie à une intervention impérialiste accrue. Pékin et la Russie ont tous deux voté contre l’intervention, malgré quelques critiques antérieures.

L’année 2022 s’est terminée avec le Conseil de sécurité des Nations Unies qui a de nouveau débattu de l’opportunité de déployer des troupes étrangères en Haïti. Les «amis» autoproclamés d’Haïti, c’est-à-dire les États-Unis, l’UE, la France, le Canada, le Brésil, l’Espagne, l’Allemagne, également connus sous le nom de «groupe central», discutent toujours de la forme d’une solution militarisée.

Une intervention militaire en Haïti a également été préconisée par le président de la République dominicaine, Luis Albinader, responsable de la déportation raciste massive – souvent violente – d’Haïtiens et de Dominicains d’origine haïtienne à travers leur frontière commune sur l’île d’Hispaniola (voir Socialist Action.org, « Les dirigeants américains et dominicains racistes expulsent massivement les Haïtiens ! »). La classe dirigeante dominicaine a une longue et sordide histoire de racisme envers les Haïtiens. Le génocide raciste a été mené par les pro-américains. Le dictateur dominicain Rafael Trujillo, qui a massacré jusqu’à 30 000 Haïtiens vivant en République dominicaine en 1937, avec une réaction minimale des États-Unis au massacre de masse.

Non à toute intervention des Nations unies en Haïti !

À la fin du mois de mars de cette année, lors d’un tête-à-tête entre Joe Biden et le premier ministre canadien Justin Trudeau, le Canada a hésité à diriger une occupation, malgré le rôle clé du Canada dans les précédentes occupations en Haïti dirigées par les États-Unis, laissant les deux pays poursuivre des scénarios d’occupation. Jusqu’à présent, seules la Jamaïque et les Bermudes se sont engagées à envoyer des troupes. Lors d’un point de presse de l’ONU le 10 avril, un porte-parole du secrétaire général a déclaré que la proposition d’intervention en Haïti (2653) n’avait pas été entendue au niveau qu’il aurait aimé voir. Trudeau a cependant convenu avec Biden de renvoyer 50 000 réfugiés haïtiens et autres aux États-Unis qui sont entrés au Canada pour demander l’asile. Ces réfugiés seraient traités par les autorités américaines en vue d’une éventuelle déportation vers Haïti ou d’un retour au Canada. De nombreuses organisations de défense des droits de l’immigration ont protesté contre le traitement raciste des Haïtiens par les autorités américaines de l’immigration, y compris des politiciens américains.

L’occupation a déjà commencé

Quelles que soient les actions finales de l’impérialisme américain, le Canada a annoncé le 16 février, selon Kim Ives, rédacteur en chef de la page anglaise d’Haïti Liberté, « l’envoi de deux navires militaires avec 90 marins pour patrouiller les eaux haïtiennes. Le Canada met en œuvre la stratégie des petits pas vers une véritable intervention militaire déjà proposée par Washington. Pamela White, ancienne ambassadrice des États-Unis en Haïti, a déclaré au Conseil de sécurité de l’ONU en décembre dernier que l’administration Biden devrait déployer 2 000 forces de l’ordre armées en Haïti en en envoyant quelques centaines à la fois pendant six mois avec peu de fanfare. »

Dans une entrevue du 19 février, l’ambassadeur du Canada en Haïti, Sébastien Carrière, a estimé que les opérations d’envoi de véhicules blindés, de surveillance et l’arrivée imminente de navires militaires constituent un « déploiement militaire important en Haïti ». Carriere a poursuivi: «Nous avons livré des armures. Il y a eu deux livraisons depuis octobre. Il y aurait une troisième livraison dans les prochains jours et une autre plus tard en février. Il y a cette opération de surveillance CP-140, le partage de renseignements, il y a des navires qui arrivent, écoutez, c’est toujours un déploiement militaire de manière significative ».

En octobre dernier, le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté la résolution 2653 pour sanctionner un seul homme, le chef du porte-parole du gang fédéré “G-9”, Jimmy “Barbeque” Cherizier, comme menaçant “la paix, la sécurité et la stabilité d’Haïti”. D’autres sanctions américaines contre les chefs de gangs et l’élite riche censée être liée aux gangs ont suivi.

Les sanctions imposées par l’Occident ont servi de véhicules de “changement de régime” pour faire avancer les objectifs impérialistes, c’est-à-dire Cuba, le Venezuela, le Nicaragua, etc., et non pour faire avancer les droits de l’homme. Les sanctions peuvent être des préludes à une véritable occupation, comme l’occupation de 1994 par plus de 20 000 soldats de l’ONU dirigés par les États-Unis. Lors de coups d’État passés, les États-Unis ont utilisé des embargos et des sanctions pour façonner la future économie d’Haïti vers l’agriculture d’exportation et préserver Haïti comme un refuge à bas salaires pour le capitalisme.

Il faudra peut-être peu de temps avant qu’une occupation militaire de l’ONU dirigée par les États-Unis ou peut-être une force par procuration des États-Unis/de l’ONU dans les Caraïbes viole à nouveau le droit d’Haïti à la souveraineté en tant que première république noire du monde. En plus des incursions militaires, Haïti a été occupée militairement par l’impérialisme américain à trois reprises : 1915-34, 1994-2000 et 2004-2017, les deux dernières par une occupation de l’ONU dirigée par les États-Unis, le scénario d’agression post-vietnamien préféré de l’impérialisme. En outre, une force d’occupation lourdement armée de 2 000 soldats a été cyniquement déployée par Barack Obama pour empêcher les «émeutes» attendues par les planificateurs du Pentagone à la suite du tremblement de terre dévastateur de 2010 en Haïti, qui a tué jusqu’à 225 000 personnes. Les planificateurs racistes du Pentagone s’attendaient à des émeutes après le tremblement de terre – mais les Haïtiens se sont entraidés ! Des manifestants à New York ont scandé « Doctors in! Soldats sortis !”

Un élément clé de la justification de l’intervention américaine présentée comme des préoccupations «humanitaires» est de «protéger» Haïti de sa prétendue pandémie de gangs violents et lourdement armés, qui contrôlent 60% de Port-au-Prince, la capitale d’Haïti, avec plus de gangs prenant le contrôle plus au nord. . Le nombre de meurtres signalés en Haïti l’année dernière a augmenté de 35 % pour atteindre 2 183 victimes, tandis que le nombre d’enlèvements signalés a plus que doublé pour atteindre 1 359 victimes.

Les gangs sont considérés comme des extensions d’un mouvement pro-américain d’élite prédatrice et responsable d’une explosion de vols, d’enlèvements et de viols. L’élite haïtienne est historiquement les alliés anti-communistes de Washington et un rempart fiable contre le Cuba révolutionnaire voisin.

Politique d’immigration raciste

Des décennies de politique d’immigration américaine raciste ont renvoyé en Haïti la grande majorité des réfugiés noirs d’Haïti fuyant les dirigeants haïtiens soutenus par les États-Unis, contrairement aux politiques qui accueillaient des immigrants anticommunistes, principalement blancs. Jusqu’à présent, l’administration Biden a expulsé près de 27 000 réfugiés haïtiens, plus que les expulsions combinées du président Obama, surnommé « le déporteur en chef » par les défenseurs des droits des immigrants, et du raciste Donald Trump, qui a qualifié Haïti de « pays de merde ». .” Biden a refusé aux Haïtiens la possibilité de revendiquer les droits d’asile accordés par la Convention relative au statut des réfugiés («Convention de 1951») et le Protocole de 1967. Amnesty International a qualifié la politique d’immigration américaine de “raciste”.

Les Haïtiens déportés sont renvoyés dans une nation avec au moins 70% de chômage, une faim endémique et la résurgence d’une épidémie de choléra. En revanche, les immigrants afghans et ukrainiens sont accueillis par les États-Unis, deux exemples flagrants d’hypocrisie et de racisme impérial.

La précédente épidémie de choléra faisait suite au tremblement de terre de 2010. Des études scientifiques ont révélé que le contingent népalais de l’U.S./U.N. l’occupation a déversé des excréments dans une rivière utilisée par les Haïtiens pour se baigner et boire. Quelque 10 000 personnes sont mortes et quelque 800 000 ont été infectées. Pendant des années, l’ONU a nié sa responsabilité avec arrogance, mais a finalement reconnu son rôle meurtrier. Les avocats de l’administration Obama ont défendu l’ONU devant les tribunaux contre les poursuites intentées par les familles des victimes du choléra en Haïti.

Les mobilisations solidaires d’Haïti dans le ventre de la bête impérialiste sont désespérément nécessaires

Sur les quelque 11,8 millions d’habitants d’Haïti, quelque 4,7 millions de personnes sont proches de la faim aiguë, dont environ 2,4 millions d’enfants. Le choléra se propage dans la plupart des départements du pays. Plus d’un tiers de tous les Haïtiens sont confrontés à une grave crise alimentaire et, en octobre, l’ONU a signalé que la faim de niveau 5 (“catastrophique”) avait été atteinte en Haïti pour la première fois. Le salaire minimum est de 4,50 $ US par jour. Le revenu moyen est inférieur à 2 $ US par jour.

Une succession de catastrophes naturelles, dont des tremblements de terre et des tempêtes tropicales, ont ajouté à ces misères. Sur le plan économique, l’inflation en Haïti a dépassé 15 % par an depuis 2019 et 47 % en octobre dernier. Après trois ans, le choléra revient maintenant dans la majeure partie du pays, avec 511 décès confirmés entre octobre 2022 et le 1er janvier 2023. La violence des gangs entrave sérieusement les efforts d’aide à tous les niveaux. 

Mobilisez-vous pour arrêter l’occupation US/ONU !

Malgré toute la colère en Haïti, il n’y a pas eu de force ouvrière qui ait gagné la confiance des masses, pas plus qu’aucune formation capitaliste. Les manifestations de masse en Haïti ont montré la profondeur de la crise, qui comprend une opposition massive à une autre occupation. Mais les manifestations récurrentes manquent toujours d’une direction claire de la lutte des classes visant à remplacer les régimes capitalistes soutenus par les États-Unis qui sont soutenus et imposés à plusieurs reprises pour défendre les «intérêts» impérialistes américains. L’omniprésence meurtrière de gangs lourdement armés ayant des liens clairs avec les politiciens de la classe dirigeante et les familles d’élite freine les mobilisations depuis un certain temps maintenant.

Les politiciens et les organisations opportunistes réunis dans le fracturé “Accord du Montana”, dont beaucoup se sont opposés au réformiste Aristide de la droite, se vantent de rechercher une solution dite “dirigée par les Haïtiens” avec des élections libres comme moyen de sortir de la crise, signalant leur opposition – pour l’instant ! – à une occupation américaine, mais qui tiennent sûrement à leur coupe de tout accord conclu avec Washington. L’ex-président libéral, Jean-Bertrand Aristide, a été relativement silencieux au cours des dernières années turbulentes et n’a pas réussi à assurer le leadership dans le vide politique qui constitue tragiquement la politique capitaliste en Haïti aujourd’hui.

Une perspective très différente est contenue dans une déclaration de Kiki Makandal, une militante syndicale haïtienne de plusieurs décennies. Dans sa réponse écrite à Socialist Action, il conclut : « La situation en Haïti est catastrophique. La règle de l’anarchie des gangs et de la bestialité inhumaine a remplacé les ajustements structurels néolibéraux. Mais Haïti est l’échelon le plus bas de la chaîne impérialiste et l’exemple extrême de l’échec lamentable de l’impérialisme. L’impérialisme n’a pas de solutions : sanctions, embargos, invasions, missions de l’ONU… tout a échoué. La seule solution est une révolution ouvrière ! »

Les mobilisations solidaires d’Haïti dans le ventre de la bête impérialiste sont désespérément nécessaires. Nous devons stopper les plans criminels de Joe Biden de sorte qu’une autre U.S./U.N. occupation militaire d’Haïti soit morte dans son élan. Non à tous les États-Unis/U.N. Intervention en Haïti ! Pas d’aide américaine à la dictature haïtienne ! Asile maintenant, pas d’expulsions !

 

*Marty Goodman est un activiste depuis des décennies qui a visité Haïti à plusieurs reprises. Il est également syndicaliste et membre du comité politique de Socialist Action. En savoir plus sur Haïti à http://www.SocialistAction.org.

 

Socialist Action 7 mai 2023

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here