Non aux déportations ! Non au décret 668-22 !

Nous répudions la campagne de déportations massives et le décret 668-22 du président Abinader

0
637
Campagne très dangereuse de déportations massives qui pourrait se transformer en une campagne de nettoyage ethnique si la société dominicaine ne fait pas preuve de réflexes démocratiques et met un frein au gouvernement.

Le président Abinader a réagi violemment à l’appel à l’attention qu’il a reçu au niveau international pour ses violations massives des droits de l’homme contre la communauté immigrée haïtienne. Le président a menacé d’augmenter le taux de déportations d’Haïtiens et a publié le dangereux décret 668-22 qui permet l’expulsion de milliers de personnes qui vivent dans des bateys sur des terres domaniales depuis des décennies. Nous sommes confrontés à une campagne très dangereuse de déportations massives qui pourrait se transformer en une campagne de nettoyage ethnique si la société dominicaine ne fait pas preuve de réflexes démocratiques et met un frein au gouvernement.

Nous rejetons ces menaces et l’intensification de la persécution raciste contre les immigrants haïtiens, les dominicains d’origine haïtienne et les dominicains noirs. Nous rappelons qu’environ deux cent mille dominicains d’origine haïtienne sont actuellement dénationalisés à la suite de l’arrêt 168-13, et que des milliers d’haïtiens qui ont vécu et travaillé pendant des décennies dans le pays n’ont pas de résidence légale en raison d’une politique délibérée de non – la régularisation des migrations appliquée par les gouvernements successifs.

L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme ont publié le 3 novembre une déclaration appelant tous les États à suspendre le retour forcé des Haïtiens dans leur pays, compte tenu de la situation de crise humanitaire. Le Haut Commissaire du HCR, Filippo Grandi, a expliqué que les expulsions massives de personnes cherchant refuge et les détentions arbitraires sont des violations des traités et pactes internationaux sur le droit de refuge.

La chasse aux Noirs menée par le gouvernement Abinader est une expression du terrorisme d’État contre la communauté immigrée et les Dominicains d’origine haïtienne dénationalisés par l’arrêt 168-13.

Avant cela, même le 28 octobre, le gouvernement américain allié au gouvernement Abinader, par l’intermédiaire de l’officiel Uzra Zeya, a demandé de prendre des mesures contre la traite des êtres humains et a spécifiquement recommandé de protéger les Haïtiens et les Dominicains d’origine haïtienne contre la traite. La participation d’agents militaires et policiers dominicains dans le commerce de la traite des êtres humains est largement documentée. Le 10 novembre, le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Volker Türk, a insisté dans une brève déclaration sur l’appel à ne pas poursuivre les expulsions vers Haïti, et a demandé au gouvernement dominicain de « redoubler d’efforts pour prévenir la xénophobie, la discrimination et les formes d’intolérance qui y sont liées sur la base de l’origine nationale, raciale ou ethnique, ou du statut d’immigration ».

Abinader a répondu depuis le Palais national qu’il considérait la déclaration du représentant de l’ONU comme “inacceptable et irresponsable”, et menaçait non seulement de maintenir le rythme actuel des déportations mais de l’augmenter. De manière contradictoire, il a déclaré que l’État dominicain « a été beaucoup plus solidaire que tous les pays du monde », et a répété la vieille histoire selon laquelle les immigrants haïtiens sont un fardeau économique. Le gouvernement Abinader ne reconnaît en effet pas la validité des traités internationaux sur les droits de l’homme et plus particulièrement le droit au refuge.

Entre janvier et septembre de cette année, le gouvernement dominicain a procédé à plus de 85 000 expulsions d’Haïtiens, selon les chiffres officiels.

Montant la barre, Abinader a publié le décret 668-22, le 11 novembre, dans lequel, alléguant des raisons de sécurité nationale, il ordonne l’expulsion massive d’Haïtiens et de Dominicains d’origine haïtienne qui vivent depuis des décennies dans des bateyes dans les zones de canne à sucre qui sont des terres domaniales. . En plus de priver les anciens travailleurs de la canne à sucre du droit à une pension, le gouvernement menace désormais directement d’appliquer un nettoyage ethnique d’une ampleur jamais vue depuis 1937. Les personnes expulsées se verraient définitivement interdire de retourner sur le territoire dominicain.

Tenant compte du fait que le cadre juridique actuel permet déjà de punir les délits contre la propriété et que le décret 668-22 n’apporte rien de nouveau dans ce sens, il est évident qu’il s’agit d’un document fondamentalement politique, qui permet l’expulsion des bateyes sur les terres du Entreprises sucrières publiques et privées.

Au-delà de nos critiques du rôle de l’ONU en Haïti, notamment en raison de l’occupation militaire de la Minustah entre 2004 et 2017, nous sommes aujourd’hui confrontés à une escalade alarmante de la politique raciste et xénophobe du gouvernement dominicain, qui comprend l’appel à une intervention militaire contre Haïti. Entre janvier et septembre de cette année, le gouvernement dominicain a procédé à plus de 85 000 expulsions d’Haïtiens, selon les chiffres officiels. Le gouvernement dominicain procède à des expulsions massives, y compris la détention arbitraire de femmes enceintes et de nourrissons sans la compagnie de leurs parents ou de leurs représentants légaux. La détention arbitraire de Dominicains d’origine haïtienne dans le cadre d’opérations d’immigration a été documentée.

La Direction générale des migrations (DGM) viole la Constitution qui établit que les agents qui procèdent à toute arrestation doivent s’identifier. Les invasions de domicile sans mandat sont également fréquentes. De plus, tous les protocoles binationaux sur la migration sont violés, avec l’expulsion de personnes par des points frontaliers non officiels, à des jours et à des heures en dehors de ceux établis, entre autres violations. A tout cela s’ajoutent les extorsions quotidiennes subies par les immigrés et dominicains d’origine haïtienne par la police et les agents de l’immigration, la détention dans des centres insalubres, la surpopulation dans les bus de la DGM, et le vol de téléphones portables et autres biens. Dans certains cas, il y a eu des tortures et des meurtres par des policiers et des agents de l’immigration dans le cadre de ces opérations.

La chasse aux Noirs menée par le gouvernement Abinader est une expression du terrorisme d’État contre la communauté immigrée et les Dominicains d’origine haïtienne dénationalisés par l’arrêt 168-13. Abinader a mené une intense propagande dans laquelle il décrit la communauté immigrée haïtienne comme un fardeau économique, sachant qu’il s’agit d’une communauté travailleuse qui apporte d’énormes contributions à l’économie et à la société dominicaines. L’agriculture, le tourisme, la construction, sont quelques-unes des industries qui reposent sur la surexploitation de la classe ouvrière d’origine haïtienne. Les travaux d’infrastructure que ce gouvernement a construit également l’apport de la main-d’œuvre haïtienne, même le mur frontalier, qui est inutile pour arrêter la migration mais très utile en termes idéologiques, est construit par des travailleurs haïtiens. La persécution contre la classe ouvrière immigrée haïtienne sert à la maintenir dans des conditions d’extrême précarité et de surexploitation, augmentant les profits des entreprises.

Abinader a publié le décret 668-22, le 11 novembre, dans lequel, alléguant des raisons de sécurité nationale, il ordonne l’expulsion massive d’Haïtiens et de Dominicains d’origine haïtienne qui vivent depuis des décennies dans des bateyes

Cette politique autoritaire, antidémocratique, sans pitié avec les couches les plus vulnérables de la population pour satisfaire l’extrême droite, loin de faire preuve de force est un symptôme de faiblesse. Le président est incapable de donner une réponse publique à l’extrême droite qui appelle au boycott du recensement national, mais il est dur et « patriote » face aux organisations de défense des droits de l’homme. Il rivalise également dans l’anti-haïtianisme avec la droite anti-vaccin, anti-avortement et anti-recensement qui participe avec l’Institut Duartiano, une institution d’État, aux marches néo-fascistes.

La reconnaissance du statut de réfugié d’un groupe de personnes ne menace pas la souveraineté de la République dominicaine ou celle de tout autre pays. Ces dernières années, des millions de réfugiés vénézuéliens, syriens et ukrainiens ont quitté leur pays sans aucune fusion de pays ni cession de territoires. Il est inacceptable que la politique publique soit basée sur des théories du complot racistes et des idéologies néo-Trujillo.

Nous appelons toutes les organisations qui se considèrent démocratiques, antiracistes, féministes et de défense des droits humains dans les Amériques et les Caraïbes à rejeter vigoureusement les politiques structurellement racistes, de plus en plus autoritaires et violant les droits humains du gouvernement dominicain, en particulier les déportations massives et le décret 668-22.

A bas le décret 668-22 !
La vie des Haïtiens compte !
Ni apartheid, ni épuration ethnique en République dominicaine !

Signature des organisations

República Dominicana

Movimiento Reconocido
Coordinadora Popular Nacional
Movimiento Socialista de Trabajadoras y Trabajadores (MST)
Movimiento Caamañista
Izquierda Revolucionaria
HaitianosRD
Movimiento de Mujeres Domínico-Haitianas (MUDHA)
Mujeres Sociopolíticas Mamá Tingó
Comunidad de Lesbianas Inclusivas Dominicanas (COLESDOM)
Agenda Solidaridad
Red Urbano Popular
Frente de Lucha Unidad y Progreso (FLUP)
Unión Democrática de Mujeres (UDEMU)
Militancia Revolucionaria Socialista
Educación Espejo
Acción Afro-Dominicana
Conexión Intercultural por el Bienestar y la Autonomía La Ceiba RD
Foro Feminista Magaly Pineda
Comité Dominicano de los Derechos Humanos (CDDH)
Fundación Código Humano
Junta de Prietas
MOSCTHA
Aquelarre RD
Movimiento Feminista Hermanas Mirabal

Argentina

Lxs Safinas
Ciudades Feministas (CISCSA)

Colombia

Sindicato de Trabajadores Artesanales, Informales e Independientes de Medellín (SINTRAIM)
Junta Cívica Paraje El Pinar
AIH Colombia

Ecuador

Movimiento Mujeres Sectores Populares Luna Creciente

EEUU

Butterfly Effect NYC
DC AfroLatino Caucus
We Are All Dominican
Compas de la Diáspora

México

Unión Popular Valle Gómez

Uruguay

Cotidiano Mujer
Firmas individuales

República Dominicana

Narciso Isa Conde, Movimiento Caamañista e Izquierda Revolucionaria
Altagracia Balcacer

Movimiento Socialista de Trabajadoras y Trabajadores de la República Dominicana
14 novembre 2022

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here