Non au spectacle de masturbation politique !

0
216

Chaque jour apporte son lot de témoignages et de pièces à conviction pour nous dessiller les yeux et nous montrer davantage que ladite opposition au régime en place est totalement fictive puisqu’elle dépend tout bonnement de l’humeur et de la santé de l’ancien sénateur du Nord : Moise Jean-Charles.

Pendant toute son absence, rien n’a été organisé ; passée sa convalescence, il y  eu une conférence de presse, une manifestation le 9 janvier 2018 et la démagogie reprend là où elle s’était arrêtée.  Cela dit, si par malheur Moise avait disparu, tout aurait été déjà clos. Incroyable ;  mais c’est la réalité sur le théâtre des opérations. Est-il juste ? Est-il correct ? Pourquoi avons-nous besoin d’un délai, d’un répit, d’une trêve pour combattre une situation chaotique continue?

Cependant,  cela ne veut pas dire pour autant que les autres organisations de l’opposition forment un bloc homogène en s’alignant derrière le dirigeant de l’organisation Pitit Desalin. Non ! L’ironie de ce drame, ce n’est que seulement la personnalité politique de Moise Jean-Charles qui mène les destinées de la propagande anti-gouvernementale ; même son organisation sans lui ne peut faire le moindre effort.

Sauf à se moquer du peuple, vu la façon dont cette opération a été conçue et exécutée,  il semble que nous ne sommes pas en présence d’une lutte ni pour le changement ni pour la libération nationale, mais bien pour continuer à renforcer l’appareil d’Etat par la stratégie du «  Ote-toi que je m’y mette », pour que la volonté du peuple continue à être encore bafouée. Une sorte de campagne électorale avant la lettre pour garder intact le statut quo. En d’autres termes une forme de pressions tous azimuts pour forcer une quelconque collaboration avec l’impérialisme.

Ce qui est sûr par contre, c’est l’évidence que les masses populaires sont grandement hostiles au pouvoir du PHTK ; mais il faut qu’elles évitent d’être instrumentalisées pour satisfaire les petites ambitions de certaines personnalités qui cherchent, comme d’autres l’ont déjà fait, à « réussir sans le peuple ». Voilà pourquoi, nous autres, nous dénonçons sans réserve chaque pas dans cette direction qui ne fait qu’étouffer et écraser la capacité créatrice et révolutionnaire du peuple ; de sorte qu’il reste impotent.

Les travailleurs, étudiants, chômeurs ne doivent pas se laisser trainer ou entrainer dans des spectacles de masturbation politique pour satisfaire les désirs d’un individu ou d’un groupe d’individus porteurs de funestes conséquences.  Leur stratégie tout en favorisant en apparence, une certaine mobilisation, en vérité fait plutôt le jeu de nos classes dominantes qui tiennent à assurer, étendre leur hégémonie et consolider sous des prétextes démocratiques le contrôle impérial des ressources du pays.

L’étau va se faire encore plus contraignant. Comment une lutte de cette importance  peut-elle aboutir, si elle n’est pas dirigée par une avant-garde solide, un parti représentant authentique de la classe ouvrière  et de la paysannerie haïtienne ? A ce compte, il est de notre devoir de rappeler à tous compatriotes, militants qui ne veulent devenir des agents stipendiés des classes dominantes, des instruments au service des forces criminelles, de ne pas se laisser amadouer par de tonitruantes manœuvres politiciennes qui en fait n’ont aucune substance capable de susciter un changement en profondeur dans l’appareil d’Etat pourri et corrompu que le système capitaliste en décomposition nous impose.

L’essentiel est que le peuple luttant pour sa véritable libération politique et économique en vue de la construction d’une société révolutionnairement socialiste reconnaisse qu’il y a là un danger. A ce propos,  nous de Haïti Liberté, quelles que soient les circonstances, nous nous inscrivons résolument en faux contre ces agissements ; et c’est dans cette perspective que nous ne regardons pas l’avenir du pays avec des regards d’opportunistes ou de réformistes. Nous le regardons en tant que combattants qui veulent apporter une contribution valable de façon à changer, avec les masses populaires, ce qui ne va pas pour un lendemain meilleur. Nous regardons l’avenir avec confiance puisque le changement dans un pays n’a jamais été le fruit du hasard,  mais bien l’aboutissement d’un travail d’équipe coordonné, planifié avec un objectif précis. Aucun effort justement n’est et ne doit être ménagé, pourvu que les actions convergent vers un seul but : le changement ; non pas le spectacle individuel visant à des percées louverturiennes à la manière d’un Lesly Manigat.

Dans ce combat difficile aucun faux pas n’est permis. Dans ce cas, il est indispensable de créer les conditions susceptibles d’assurer la mise en œuvre d’organisations, de partis politiques sérieux pour faire face au désarroi qui suscite déjà de profondes désillusions au sein de la population.

Que la lutte soit menée sur tous les fronts pour combattre les desseins des forces impérialistes et de leurs agents. Que le jour de la victoire vienne comme le fruit qui mûrit sur l’arbre de la raison combattante du peuple haïtien.

 

 

 

 

 

 

 

 

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY