L’impérialisme canadien en Haïti (2)

0
763
Emmanuela Douyon de Nou Pap Dòmi travaillait auparavant pour le National Democratic Institute (NDI), une branche du NED

Partie 2 : L’opposition contrôlée d’Haïti et le Global Fragility Act. Ceci est la deuxième partie de The Canada Files sur l’impérialisme canadien en Haïti contre la lutte de la base haïtienne pour se libérer de l’occupation occidentale.

 

Le Global Fragility Act

Le Canada a discrètement approuvé la Global Fragility Act (GFA) au début de 2020. Une seule déclaration de l’ambassade du Canada aux États-Unis a déclaré que le Canada « célébrait l’adoption » de la GFA. La déclaration poursuit en expliquant que l’ACM « s’aligne sur un certain nombre de priorités de développement et de politique étrangère du gouvernement du Canada ».

Comme l’a noté le journaliste Kim Ives dans un article récent, “bien que la GFA ait été adoptée avec un soutien bipartite sous Trump en 2019, elle est restée sous le radar”. Il explique que la GFA est “essentiellement une nouvelle alliance du” savoir-faire “de l’USAID avec le muscle du Pentagone”.

L’administration Biden a publié “La stratégie américaine pour prévenir les conflits et promouvoir la stabilité du plan stratégique décennal pour Haïti” le 24 mars 2023, affirmant qu’elle avait choisi Haïti pour “sa pertinence stratégique et sa proximité avec les États-Unis et la nécessité d’une approche à long terme plus coordonnée pour lutter contre les facteurs d’instabilité dans le pays”.

Pour y parvenir, les États-Unis prévoient «d’intégrer la diplomatie américaine, le développement et l’engagement du secteur de la sécurité en Haïti». En d’autres termes, le Département d’État, sa branche humanitaire, l’USAID et le Pentagone travailleront tous en étroite coordination.

Ives explique que « cela signifie que le nouveau complexe DOS/USAID/DOD prendra effectivement le contrôle d’Haïti, si Washington obtient ce qu’il veut, ramenant ainsi le pays d’une néo-colonie à une colonie virtuelle telle qu’elle était de 1915 à 1934, lorsque les Marines américains l’occupaient et la dirigeaient. Néanmoins, les États-Unis essaieraient de garder une façade haïtienne.

Dans le cadre de la GFA, ces « programmes pluriannuels » sont en fait des programmes « d’assistance à la sécurité planifiée » sur dix ans.

Dans une déclaration préparée à la commission des affaires étrangères de la Chambre, Jim Saenz, sous-secrétaire adjoint à la Défense pour la lutte contre les stupéfiants et la politique de stabilisation, a expliqué que le ministère de la Défense “jouera un rôle clé dans la planification et la mise en œuvre” de la GFA. « Le rôle du DoD dans la mise en œuvre de GFA est de soutenir les efforts du Département d’État en tant que chef de file, et de l’USAID » pour « s’assurer que les plans décennaux pour les pays et régions prioritaires alignent les buts, objectifs, plans et repères pertinents avec la politique du DoD », a expliqué Saenz.

Sans surprise, Susan Page, l’ex-chef de la MINUJUSTH susmentionnée, a approuvé la GFA, proposant dans son article pour le CFR que “les États-Unis et d’autres partenaires devraient commencer à planifier des programmes de développement pluriannuels” avec la direction du groupe de Montana dans le cadre de la GFA.

Le contexte plus large de la GFA a été expliqué lors de la mise en place de la loi. Frances Z. Brown, chercheur principal au Carnegie Endowment for International Peace, considère les «accords bilatéraux avec les États fragiles» de la GFA comme un moyen d’empêcher la Chine et la Russie de «s’attaquer à la faiblesse de la gouvernance», reflétant l’inquiétude de nombreux groupes de réflexion américains.

Jeffsky Poincy, responsable de programme chez Partners Global, a déclaré qu’il était “heureux qu’Haïti fasse partie de la GFA”.

Un “partenariat” réussi dans le cadre de l’ACM entre Haïti et Washington garantirait qu’Haïti reste sous l’hégémonie américaine pendant des décennies. Cela bloquerait également la diplomatie et les investissements de pays comme la Chine qui ont, pas plus tard qu’en 2017, proposé un projet d’infrastructure de 4,7 milliards de dollars.

Washington cherche désespérément à empêcher les soi-disant «États fragiles» comme Haïti de développer des relations diplomatiques avec la Chine et la Russie et de se joindre potentiellement à des projets d’investissement comme l’Initiative chinoise de la ceinture et de la route, ou BRICS.

Jovenel Moïse, assassiné il y a deux ans, a appris cette leçon à ses dépens. Embourbé dans la corruption et de plus en plus isolé des oligarques d’Haïti, Moïse a établi des relations diplomatiques officielles avec Moscou un mois seulement avant son assassinat, accréditant l’ambassadeur russe Sergey Melik-Bagdasarov. C’était la première fois qu’Haïti établissait des relations diplomatiques avec la Russie. Beaucoup ont fait valoir que cela aurait pu être un facteur qui a conduit Washington à donner son feu vert à l’assassinat de Moïse.

En effet, Washington a de bonnes raisons de craindre qu’Haïti noue des relations diplomatiques avec la Russie. Il était courant de voir des Haïtiens arborer des drapeaux russes lors de manifestations de rue au cours de l’année écoulée. L’économiste haïtien Boaz Anglade explique que les Haïtiens voient que “Poutine a défié l’Occident par l’invasion de l’Ukraine et sent l’avènement d’un nouvel ordre mondial où aucun pays ne prendra les rênes”. En d’autres termes, un monde multipolaire peut jouer en faveur des Haïtiens. Selon Anglade, “les Haïtiens ont prêté attention aux événements mondiaux et envoient un signal clair aux États-Unis”.

Cette dynamique parle directement de la division de classe en Haïti. Alors que des secteurs de la bourgeoisie haïtienne se disputent l’approbation, le soutien et le financement de Washington, le prolétariat lumpen haïtien et la paysannerie veulent se débarrasser de la domination hégémonique américaine. Les Haïtiens voient les avantages économiques et sociaux des investissements et des accords commerciaux avec des pays comme la Russie, la Chine et les BRICS en général.

En effet, dans un récent sondage auprès d’Haïtiens, lorsqu’on leur a demandé qui ils préféreraient pour mener une intervention en Haïti, 44% des 2610 réponses ont préféré la Russie, contre 19% pour les États-Unis. La préférence du Canada était passée de 23 % à 12 %.

C’est pourquoi Washington et le CORE groupe conspirent pour maintenir Haïti sous le contrôle hégémonique des États-Unis.

Autorisation de fabrication pour le Global Fragility Act

Washington a obtenu son consentement par le biais de divers groupes soutenus par le National Endowment For Democracy (NED), l’USAID et l’Open Society Foundation pour soutenir le GFA. Des organisations financées par la NED telles que l’Initiative de la Société Civile et l’OCAPH ont approuvé la GFA.

Moise Jean-Charles de Pitit Desalin et le président du PHTK, Liné Balthazar

Nou Pap Domi est une organisation membre fondatrice de l’Accord de Montana. L’un de ses principaux membres et porte-parole, Emmanuela Douyon, a récemment offert son soutien à la GFA lors d’une conférence de l’Alliance pour la consolidation de la paix le 15 décembre 2022.

Douyon travaillait auparavant pour le National Democratic Institute (NDI), une branche du NED, qui à son tour est financée par le Département d’État américain et l’USAID. Plus tard, elle a reçu une bourse NED pour fonder Policité, un « groupe de réflexion » qui mène des sondages et offre des services de consultation.

Jeffsky Poincy, un autre analyste qui a pris la parole lors de la conférence, a déclaré qu’il était “heureux qu’Haïti fasse partie de la GFA”. Poincy est gestionnaire de programme chez Partners Global, une société de conseil financée par le département d’État américain, le gouvernement canadien, l’Open Society Foundation et l’USAID.

Naed Jasmin Desiré est un autre exemple de dirigeant d’une organisation financée par les États-Unis qui soutient la politique étrangère américaine en Haïti. Desiré a cofondé Kafou Lespwa (KL) avec l’investisseur haïtien multimillionnaire Charles Clermont. Selon un rapport de l’USAID, Kafou Lespwa a utilisé des fonds de l’USAID pour se lancer KL, qui dépend du financement de la NED pour ses opérations annuelles. Kafou Lespwa rassemble des secteurs disparates de la classe politique haïtienne pour construire un consensus sur la manière de « sortir de la crise actuelle ».

Parmi les élites haïtiennes, les politiciens et les dirigeants de «l’équipe» Kafou Lespwa figurent: Clifford Apaid, le fils de l’oligarque Andy Apaid qui dirigeait l’organisation du Groupe des 184; Abdonel Doudou, boursier NED et responsable de Jurimedia en Haïti ; Edgar Leblanc Fils, coordonnateur général de l’OPL; Fritz Alphonse Jean, le président par intérim proposé par l’Accord de Montana ; Joel « Pasha » Vorbe, qui siège au conseil exécutif de Fanmi Lavalas ; Liné Balthazar, président du PHTK ; Pascales Solanges de Nou Pap Domi, et Paul Altidor, l’ancien ambassadeur d’Haïti aux États-Unis.

Avocat de formation, Desiré a également été impliqué très tôt dans la coalition à l’origine de l’Accord de Montana, avant de devenir membre de la BSA, dirigée par Magalie Comeau Denis et Ted Saint Dic. Désiré est finalement devenu le secrétaire du Conseil National de Transition  (CNT).

Bien que le point de vue de Desiré sur le GFA soit inconnu, son co-fondateur de KL, Charles Claremont, a approuvé le GFA lorsqu’il a pris la parole lors d’une conférence de NED en juillet 2022.

Les dirigeants du Montana n’ont pas encore approuvé publiquement la GFA. Leur modus operandi – rechercher le soutien et l’approbation de Washington tout en évitant d’établir des relations diplomatiques avec d’autres gouvernements, des organisations régionales ou des organisations internationales – suggère qu’ils annonceront éventuellement ce soutien, probablement lorsque le Montana prendra le relais ou sera intégré à un gouvernement de transition.

Naed Jasmin Desiré

Un parti politique haïtien se prononce contre le Global Fragility Act

Pendant ce temps, les partis politiques à l’intérieur d’Haïti tirent la sonnette d’alarme sur la GFA. Le coordinateur général de l’OPL, Edgar LeBlanc Fils, un des favoris de l’Accord du Montana pour le poste de président par intérim, craint que le Premier ministre de facto Ariel Henry ne tente de négocier une «aide à la sécurité» des États-Unis dans le cadre de l’ACM.

L’OPL est l’un des nombreux partis politiques qui ont initialement soutenu l’Accord du Montana. Qu’ils maintiennent ou non ce soutien n’est pas clair. La BPO est signataire de l’Accord. Mais récemment, le parti a signé une déclaration avec sept autres partis politiques, dont UNIR, LAPEH, GREH, PHTK, MOPOD et Platfòm Pitit Desalin. La plupart des partis sont répertoriés comme membres du CNT de Montana, y compris le PHTK. Leur désir de publier une déclaration le 30 janvier 2023, distincte de Montana, suggère un soutien décroissant.

La déclaration précise que les signataires « renouvellent leur engagement à privilégier les intérêts supérieurs du pays au détriment des intérêts personnels ou particuliers et des ambitions liées à la conquête et à l’exercice du pouvoir ». Si l’opposition à l’accord du 21 décembre d’Henry est affirmée directement par les signataires, le soutien au Montana est absent de la déclaration.

Le président du PHTK, Liné Balthazar, a en fait pris ses distances avec Henry il y a des mois. On ne sait pas s’il s’agit simplement de manœuvres politiques ou d’une opposition authentique au règne de facto d’Henri. La déclaration conjointe du PHTK avec des partis politiques de centre-gauche comme Pitit Desalin et le MOPOD est remarquable.

Une lettre ouverte du 24 avril 2023 au président du Conseil de sécurité des Nations unies signée par plusieurs partis politiques et organisations de la société civile a également dénoncé la menace de la GFA. Parmi les signataires figurent les dirigeants Oxygène David du MOLEGHAF et Jean Hénold Buteau d’Alternative Socialiste. Se référant à la GFA, la lettre demandait au président du Conseil de sécurité, le Russe Vasily Nebenzya (le poste de président du Conseil de sécurité tourne mensuellement entre 15 pays membres), si la politique des États-Unis consistant à “imposer un plan décennal” à Haïti, qui est une “violation du droit à l’autodétermination du peuple haïtien” devait être soulevée.

Les partis politiques ont remanié leurs alliances à plusieurs reprises depuis que Jovenel Moïse a refusé de se retirer à la fin de son mandat le 7 février 2021. Leur insuccès est dû en partie à l’incapacité de la classe politique à construire une solidarité avec la population et à mobiliser les Haïtiens.

Les Haïtiens ne veulent clairement pas attendre que la classe politique les défende contre la violence endémique et dépravée des gangs criminels armés et des politiciens et oligarques qui les soutiennent. Depuis la fin avril, des dizaines de milliers d’Haïtiens se sont regroupés en un mouvement national sans chef appelé le “Bwa Kale” qui a poursuivi, confronté, appréhendé et tué plus de 100 membres de gangs criminels.

 

 

Une version antérieure de cet article a été publiée pour la première fois par The Canada Files. Travis Ross est un enseignant basé à Montréal, Québec. Il est également co-rédacteur en chef du projet d’information Canada-Haïti sur canada-haiti.ca. Travis a écrit pour Haïti Liberté, Black Agenda Report, TruthOut et rabble.ca. Il est joignable sur Twitter.

HTML tutorial

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here