Katharine Kean, «Keke », est décédée à 84 ans

1
1544
Katharine Kean (à gauche), connue sous le nom de Keke, avec un client heureux au Tap Tap Restaurant à Miami Beach.

(English)

La cinéaste, artiste et militante Katharine Kean, qui a fondé l’emblématique restaurant haïtien de Miami Beach « Tap Tap » en 1994 et était une amie proche de l’ancien président haïtien Jean-Bertrand Aristide et de sa femme Mildred, est décédée paisiblement dans sa maison du bas de Manhattan le matin du mardi 25 juillet après une lutte de cinq ans contre le cancer.

Elle a produit de nombreux films sur Haïti et Cuba, ainsi que des films plus petits sur les camps d’internement de Guantanamo, l’exploitation des travailleurs dans les ateliers de misère haïtiens et centraméricains, l’élection de George W. Bush en 2000 et l’attentat du 11 septembre 2001 contre le World Trade Center.

Née le 28 mars 1939 à New York, Keke, comme on l’appelait affectueusement, est allée à l’école préparatoire de Miss Porter à Farmington, CT avant de fréquenter le Wellesley College à Boston, MA, puis le Bard College à Annandale-on-Hudson, NY.

Peu de temps après l’université, elle a établi sa résidence principale à Florence, en Italie, où elle est restée pendant plus de trois décennies.

Au cours de ces années, elle est devenue une figure importante de la scène artistique new-yorkaise, collaborant à des projets cinématographiques et théâtraux à travers le monde – de la France à l’Italie en passant par l’Iran – avec Robert Wilson, Red Grooms, Mimi Gross, Rudy Burckhardt, Jim Neu, Charles Ludlam, Piero Tellini et Stefan Brecht.

Peu de temps après le Woodstock Music Festival de 1969 dans le nord de l’État de New York, elle a acquis le loft de l’artiste au-dessus de ses amis Red Grooms et Mimi Gross dans la Petite Italie de Manhattan. C’est devenu son chez-soi quand elle n’était pas à Florence.

En République centrafricaine en mars 2004, Jean-Bertrand et Mildred Aristide rencontrent (de gauche à droite) Katharine Kean (avec caméra), Kim Ives, Brian Concannon et Sara Flounders. Photo: Johnny Steven

Inspirée par le flot populaire exubérant déclenché par l’accession de l’ancien prêtre salésien Jean-Bertrand Aristide à la présidence d’Haïti en février 1991, elle s’est associée aux co-réalisateurs Rudi Stern, Babeth et Hart Perry pour documenter l’explosion artistique et musicale déclenchée par la révolution politique. Mais lorsque leur équipe de tournage 16 mm est arrivée à Port-au-Prince en octobre 1991, ils ont plutôt trouvé une nation désorientée, bouillonnante et bouleversée après un coup d’État militaire sanglant le 30 septembre 1991. L’équipe a réalisé deux autres tournages périlleux au cours des prochains mois agités, la pièce maîtresse étant la délégation des droits de l’homme dirigée par l’ancien procureur général des États-Unis, Ramsey Clark, fin décembre 1991. Le résultat a été le long métrage documentaire “Killing the Dream” (1992), qui a été présenté par le réalisateur oscarisé Jonathan Demme et diffusé à l’échelle nationale sur PBS à l’occasion du premier anniversaire du coup d’État. Au cours des années suivantes, le film a été projeté avec un grand succès en Haïti et dans le monde.

Keke s’est ensuite concentrée sur la production d’un film plus contemplatif de trois heures sur l’histoire et la culture haïtiennes, avec le coup d’État de trois ans en toile de fond, mettant en vedette le poète haïtien Félix Morisseau-Leroy, l’intellectuel Noam Chomsky, le musicien Richard Morse et des militants du mouvement révolutionnaire, Assemblée populaire national (APN) et d’autres combattants contre le coup d’état. Elle a conservé le titre de son œuvre phare en kreyòl : « Rezistans » (1997).

“Elle était d’une telle force de la nature”, a commenté le réalisateur et directeur de la photographie Jerry Risius, qui a eu l’occasion de travailler avec elle sur de nombreux tournages.

En 1994, en collaboration avec les amis de Little Italy Peter Eves et Gina Cunningham, elle a achevé la refonte d’un ancien flophouse de Miami Beach qui est devenu le célèbre restaurant Tap Tap, dont les murs étaient couverts de spectaculaires peintures murales géantes peintes par les plus grands artistes de Little Haiti.

Katharine Kean avec le président Jean-Bertrand Aristide, lors de son exil en Afrique du Sud.

Le lieu, un hommage à la cuisine et à la culture haïtiennes, est devenu une sensation, fréquenté non seulement par les Haïtiens de la classe ouvrière de Miami, des chauffeurs de taxi aux creuseurs de fossés, mais aussi par la royauté des célébrités de Miami, où un flux constant de mannequins, acteurs, musiciens célèbres , et les artistes peuvent être aperçus en train de manger du tasso, du lanbi, du griot et du homard ou du mérou. Tap Tap a été fréquemment présenté par des émissions culinaires télévisées par câble et utilisé comme arrière-plan pour des tournages de mode.

Après 2001, le célèbre chanteur protestataire haïtien Manno Charlemagne a emménagé dans un appartement à l’étage et se produisait avec un groupe tous les jeudis et samedis soirs, parfois jusqu’aux petites heures du matin.

L’artiste Rara Kuyu, dont le talent avait attiré l’attention de Keke lorsqu’il vivait près de l’hôtel Oloffson de Port-au-Prince, est devenu artiste en résidence au restaurant, peignant non seulement ses tables, ses chaises, ses luminaires et ses conduits d’aération, mais le Tap-tap (camionnette couverte) qui était souvent garé à l’extérieur.

Keke a également parrainé d’autres artistes tels que Félix Morisseau Leroy, Martha Jean-Claude et Sò An, pour lesquels elle a produit des cassettes et des CD. Travaillant principalement avec le regretté Ronald « Aboudja » Derenencourt, elle a également produit une série de CD de musique vaudou intitulée « Musique traditionnelle d’Haïti ».

Kean a développé une relation privilégiée avec le fils de Martha Jean-Claude, le musicien Richard Mirabal, en fondant ensemble la Fondation Martha Jean-Claude, qui a parrainé une publication, des CD, des délégations, des concerts et des conférences pour favoriser et approfondir l’amitié et les liens culturels entre Cuba et Haïti. .

Keke (au centre) avec Kim Ives, Manno Charlemagne et Ben Dupuy devant le Tap Tap Restaurant à Miami Beach. Photo: Jeb Sprague

Keke a également découvert Myrlande Constant un artiste flambeau du vaudou haïtien, dont le travail a récemment été présenté dans une grande exposition au Fowler Center de l’UCLA à Los Angeles. Kean a reconnu son grand talent bien avant le reste du monde de l’art.

Son dernier film terminé, Caution: A Meditation (2002), a été réalisé avec le monteur et producteur de Skylight Pictures, Peter Kinoy. Elle l’a appelé, sur le texte de présentation du DVD, “une méditation poétique, visuelle et musicale le 11 septembre 2001 comme un jour qui a changé l’histoire du monde et peut-être l’avenir de l’humanité”.

Travaillant en étroite collaboration avec le cinéaste David Belle, Keke a également joué un rôle déterminant dans le lancement du Festival du film de Jacmel, qui s’est tenu de 2004 à 2006, ainsi que de l’Institut du cinéma et de l’Institut des artistes qui continuent jusqu’à ce jour. Elle a également dirigé la société cinématographique à but non lucratif Crowing Rooster Arts avec Belle.

Kean était un fervent partisan du journalisme haïtien indépendant, soutenant les journaux hebdomadaires Haïti Progrès et plus tard Haïti Liberté. En 2022, elle a également aidé Haïti Liberté et Uncaptured Media à produire la série vidéo en trois parties, Another Vision: Inside Haiti’s Uprising, disponible sur YouTube.

Keke était aussi une femme d’action. Elle a assisté à de nombreuses manifestations, séminaires et conférences sur Haïti, Cuba, la République dominicaine et d’autres causes, mais était également prête à aller au-delà du simple militantisme.

Keke (en bas à gauche) avec son frère aîné Tom (en bas au centre) et le clan élargi Kean lors d’une réunion de famille en 2022.

En février 2004, une équipe de l’U.S. Navy SEAL a kidnappé le président Aristide à son domicile en Haïti et l’a envoyé en exil en République centrafricaine (RCA). Le journaliste Kim Ives, alors en poste à l’hebdomadaire Haïti Progrès, a réuni une délégation comprenant l’avocat Brian Concannon et les militants Sara Flounders et Johnny Stevens pour rendre visite à Aristide, que Kean a accompagné, filmé et largement souscrit. La délégation a réussi à faire sortir Aristide de l’assignation à résidence et devant les caméras de sa première conférence de presse post-coup d’État.

​ Dans la foulée de cette délégation, Kean s’est ensuite associé à l’avocat d’Aristide, Ira Kurzban, pour louer un jet privé pour se rendre en RCA avec la députée Maxine Waters, la parlementaire jamaïcaine Sharon Hay-Webster, la journaliste Amy Goodman et d’autres pour ramener Aristide à la Jamaïque, où il a passé trois mois, avant de passer le reste de son exil de sept ans en Afrique du Sud en tant qu’un invité bien traité du gouvernement.

Kean et Kurzban sont de nouveau revenus d’Afrique dans l’hémisphère occidental à bord d’un jet privé avec Aristide – cette fois en Haïti – le 18 mars 2011. Rejoints par Goodman, ainsi que l’acteur Danny Glover, la délégation a livré l’ancien président et son épouse Mildred de leur long exil à une foule en liesse qui les a accompagnés jusqu’à la maison d’Aristide à Tabarre, une banlieue de Port-au-Prince.

Par-dessus tout, Keke était un connaisseur de l’art, de la nourriture, de la littérature et des films. Lectrice passionnée et voyageuse du monde, elle possédait de vastes connaissances et un intellect aiguisé, mais restait toujours modeste, retirée et sans jugement.

Sa mère, Elizabeth Howard Kean, était une descendante de Peter Stuyvesant, le dernier directeur général de la colonie néerlandaise New Netherland jusqu’à ce que les Britanniques l’arrachent à la Hollande en 1664 pour devenir New York. Son père était Robert Kean, un éminent membre du Congrès républicain du New Jersey de 1939 à 1959, descendant de John Winthrop, l’avocat puritain anglais qui fut l’un des fondateurs de la colonie de la baie du Massachusetts. Elle avait cinq frères et sœurs plus âgés, dont deux lui survivent: la sœur Rose K. Lansbury de New York et le frère Thomas H. Kean de Bedminster, NJ, qui a été gouverneur du New Jersey de 1982 à 1990 et président de l’Université Drew de 1990 jusqu’à 2005.

Un croquis de Keke dans ses dernières heures par l’artiste célèbre et amie proche de toujours Mimi Gross.

Elle laisse également dans le deuil de nombreux neveux et nièces, dont plusieurs, ainsi que des collègues et amis proches, qui l’ont comblée d’amour et de soins lors de ses derniers jours d’hospice dans son loft de la Petite Italie.

Son décès laisse un vide géant dans les mouvements culturels et de libération haïtiens, parmi ses nombreux amis en Italie et dans la communauté artistique new-yorkaise, ainsi que dans le cœur de tous ceux qui ont eu le privilège de travailler en étroite collaboration avec elle sur n’importe quel projet.

« Elle a joué un rôle essentiel à un moment critique de l’histoire d’Haïti pour soutenir notre lutte pour la justice et la libération nationale », a déclaré le directeur d’Haïti Liberté, Berthony Dupont.

L’exposition et les funérailles de Katharine Kean, «Keke », auront lieu le samedi 5 août 2023 à partir de 12 h. à 15h au cœur de la communauté haïtienne à la maison funéraire Guarino située au 9222 Flatlands Ave à Brooklyn, NY.

D’autres mémoriaux qui se tiendront à Manhattan et à Miami seront annoncés prochainement.

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here