Avec le refus du Canada et du CARICOM, le Kenya propose de diriger l’intervention militaire poussée par les États-Unis en Haïti

1
1048
Des policiers kenyans en train de tirer des gaz lacrymogènes sur des manifestants. Luis Tato/AFP

(English)

L‘administration Biden cherchait une nation à affronter pour une invasion d’Haïti, et maintenant elle en a trouvé une. Le Kenya a annoncé qu’il ferait le sale boulot de Washington.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a clairement indiqué en juillet que les États-Unis recherchaient une nation pour jouer le rôle de leadership nominal que le Brésil a joué lors de la dernière intervention militaire parrainée par les États-Unis mais gérée par l’ONU en Haïti, la Mission des Nations Unies pour stabiliser Haïti (MINUSTAH ), qui a occupé le pays de 2004 à 2017.

Malgré les supplications répétées de Washington depuis octobre dernier, le Canada et les pays de la Communauté des Caraïbes (CARICOM) ont refusé de diriger une coalition intermédiaire.

U.S. ‘Actively’ Seeking Leader for Haiti Force, Blinken Says » était le titre d’un rapport de Voice of America du 6 juillet.

Nous sommes dans des conversations très actives avec des pays de la région [des Caraïbes] et au-delà à propos d’une telle force, et nous sommes dans des conversations actives, bien sûr, aux Nations Unies sur ce qu’il pourrait faire pour donner à une force l’imprimatur appropriée de la communauté internationale“, a déclaré Blinken aux journalistes en Guyane, selon VOA. “Une partie de cela consiste à s’assurer que les pays interviennent pour jouer un rôle important dans une telle force, en particulier en identifiant un pays qui jouerait un rôle de nation dirigeante“.

Maintenant, les conversations de Blinken ont porté leurs fruits. Alfred Mutua, ministre des Affaires étrangères du Kenya, a annoncé via Twitter le 29 juillet qu’à la demande du « groupe des nations amies d’Haïti » – quoi qu’il en soit – « le Kenya a accepté d’envisager positivement de diriger une force multinationale en Haïti ».

Alfred Mutua, ministre kenyan des Affaires étrangères : « Le Kenya a accepté d’envisager positivement de diriger une force multinationale en Haïti.

Le Kenya enverrait 1 000 policiers pour diriger ce qui a été qualifié d’effort multinational pour renforcer la Police nationale haïtienne (PNH). Mutua a déclaré que la police kényane déploierait une mission d’évaluation dans les prochaines semaines pour déterminer le mandat et les besoins opérationnels de la mission.

Pour renforcer la duplicité au visage noir de cette manœuvre, Mutua a également déclaré que l’accord du Kenya pour diriger une force découlait de sa position “avec les personnes d’ascendance africaine à travers le monde, y compris celles des Caraïbes, et s’aligne sur la politique de l’Union africaine en matière de diaspora et notre propre engagement envers le panafricanisme et, dans ce cas, la « récupération de la traversée de l’Atlantique ». La propagande consiste donc à dépeindre cette invasion, qui est une initiative américaine, comme un acte de solidarité entre les Africains et la diaspora africaine, et même un reproche à la traite des esclaves. Ironiquement, la révolution haïtienne a initié l’effondrement de l’esclavage mobilier en Occident.

Le premier ministre fantoche de Blinken en Haïti, Ariel Henry, qui n’a jamais été élu et est suspecté dans le meurtre du président Jovenel Moise le 7 juillet 2021, était également très heureux. Il a qualifié l’annonce du Kenya “d’excellent développement”.

Tout cet arrangement dépend de l’approbation par le Conseil de sécurité de l’ONU des plans avancés par Washington et le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres pour envahir Haïti. Le 14 juillet, le Conseil de sécurité de l’ONU a approuvé à l’unanimité une résolution appelant António Guterres à décrire « la gamme complète d’options de soutien que les Nations Unies peuvent fournir pour améliorer la situation en matière de sécurité », qui comprend « une formation supplémentaire pour la Police nationale haïtienne, un soutien pour une force multinationale non onusienne, ou une éventuelle opération de maintien de la paix ».

Donc, si une force multinationale est approuvée, le Kenya serait apparemment le contingent principal.

Le Kenya n’est pas le seul pays africain à annoncer son soutien à une invasion d’Haïti. Paul Kagamé, président-dictateur du Rwanda depuis 23 ans, qui est un proche allié des États-Unis et d’Israël, a déclaré le 5 juillet qu’il enverrait des forces.

Les nations caribéennes des Bahamas, de la Barbade et de la Jamaïque ont également promis leur soutien à une invasion.

Dans le même temps, nous assistons à un effort pour intensifier la propagande en faveur d’une invasion. Voici une déclaration de Ian Bremmer, le penseur interventionniste libéral.

Alix Dorsainvil, une missionnaire du New Hampshire, a été kidnappée en Haïti le 27 juillet. Son enlèvement pourrait être utilisé pour alimenter davantage la campagne de propagande en faveur d’une intervention militaire étrangère en Haïti.

« Il s’agit clairement d’un cas où le G-7 dans son ensemble, ainsi que les membres concernés du Sud global, doivent se rassembler et disposer d’une force de maintien de la paix, doivent fournir un niveau d’état de droit et de responsabilité et doivent également faire la lumière sur cette question.

Et franchement, la seule façon pour que cela se produise est beaucoup plus de pression. Je connais un de mes amis, Richard Engel de NBC, qui prévoit d’aller là-bas et de commencer bientôt une couverture. Je pense que ce sera utile. Les principaux médias grand public de gauche, de droite aux États-Unis et dans le monde doivent envoyer plus de correspondants ».

En 2012, Richard Engel a été kidnappé en Syrie pendant cinq heures par une faction de l’Armée syrienne libre, le groupe de mercenaires formés par la CIA, puis il a blâmé le gouvernement syrien. C’est le gars qui est sur le point d’aller faire de la propagande en Haïti.

Semblable à Ian Bremmer, l’ancienne ambassadrice des États-Unis en Haïti Pamela White a écrit en décembre 2022 que «les médias, en particulier les médias télévisés, devraient rendre compte des crises en Haïti. Montrer la brutalité des gangs, mettre en lumière les gens accrochés à des radeaux en bois pourri, faire des vidéos d’enfants déshydratés et colériques qui se battent pour vivre… Nous devons envoyer 2 000 forces de l’ordre armées qui peuvent protéger les personnes qui tentent d’apporter de l’aide.

Ainsi, lorsque nous regardons la couverture médiatique d’Haïti par les grands médias, gardez à l’esprit que l’objectif est de nous amener à soutenir cette invasion. Ils vont diffuser des images horribles et tristes afin de toucher la corde sensible des libéraux qui penseront alors : « il faut qu’on aille réparer ça ».

Il y a un crime récent que Washington et les grands médias essaieront sûrement d’utiliser. Le 27 juillet, des hommes armés ont enlevé Alix Dorsainvil, une missionnaire américaine du New Hampshire, et son bébé de l’école El Roi Haïti du bidonville Cité Soleil de Port-au-Prince. C’est exactement le genre d’événement inadmissible que les États-Unis peuvent organiser pour susciter l’indignation et réclamer une intervention armée.

Mais comme le journaliste Kim Ives, rédacteur en chef de la page anglaise d’Haïti Liberté, l’a dit à News Nation le 1er août, lorsqu’on lui a demandé : « que peut faire le gouvernement américain pour intervenir ici ?

“Il vaut mieux que les États-Unis n’interviennent pas du tout”, a répondu Ives. “Laissez les Haïtiens régler leur problème… Chaque fois que les États-Unis interviennent – et ils l’ont déjà fait deux fois au cours des 30 dernières années, en 1994 et à nouveau en 2004 – … ils ont affaibli la police et la capacité du peuple à assurer la sécurité … Faire venir des troupes n’est pas une bonne idée.

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here