Les frontières d’Haïti confiées à une firme israélienne

0
681

bottom_front_pictureLe pouvoir tèt kale de facto Martelly-Paul prouve une fois de plus qu’il ne peut rien faire pour assurer la défense du territoire national. Voilà maintenant que la sécurité de notre pays est entièrement confiée à des forces étrangères. Nous ne parlons pas du tout de la force d’occupation de l’ONU qui depuis le premier juin 2004 est présente en Haïti sous de fallacieux prétextes de stabilisation. Nous parlons de préférence d’une firme israélienne, la HLSI, qui assurera la gestion de nos frontières, notamment la surveillance aérienne, terrestre et maritime. En ce sens, l’on peut dire tout net que l’État haïtien n’existe plus. Pourquoi ? Parce que la première mission d’un État est d’assurer la sécurité de son propre territoire.

C’est en présence du Secrétaire d’État aux Finances, Ronald Décembre ; du Secrétaire Exécutif de la Commission Technique des Frontières (CTF), Max Antoine ; du Directeur Général du Ministère des Finances, Hérold Etienne ; du Directeur Général des Douanes, Victor Saint-Louis ; du Directeur Général des Impôts (DGI), Miradin Morlan et du Directeur Général adjoint chargé des affaires juridiques du Ministère des Finances, Lesly Etienne qu’a eu lieu, le samedi 24 octobre dernier, à la veille des élections, la signature de ce protocole d’accord entre le Gouvernement haïtien, représenté par le Ministre de l’Économie et des Finances, Wilson Laleau et la firme israélienne HLSI, représentée par sa Vice-présidente Mme Eva Peled. Cet accord signé pour une période de dix années le 23 octobre dernier porte non seulement sur le renforcement de la gestion des frontières ; mais aussi, et notamment, sur :

La restructuration et la modernisation de 9 postes douaniers ;

L’acquisition de matériels et équipements ;

La surveillance frontalière (aérienne, terrestre et maritime) ;

Le Renforcement des capacités des employés. 2

Il y aura beaucoup à faire dans le bureau de douane du port, à l’aéroport et à la frontière entre Haïti et la République dominicaine, dans le cadre de cet accord. « Le film apportera des outils technologiques pour la surveillance de la frontière et permettra de former les agents des douanes et les bureaux de douane de reconstruire les structures physiques » a fait savoir Max Antoine dans une interview au quotidien le National. Après la signature de cet Accord le ministre des Finances Wilson Laleau a eu à déclarer : « La gestion frontalière constitue un gros défi pour l’État haïtien qui perd chaque jour beaucoup d’argent et qui n’arrive pas à contrôler le trafic qui s’y fait. » L’objectif visé par ce protocole d’accord est la modernisation des postes douaniers, la réforme au niveau des douanes et la surveillance continue des frontières. Le Président de la Fédération nationale des travailleurs haïtiens et des transporteurs, Fritz Constant, pour sa part pense «que c’est une bonne décision qu’a prise le gouvernement haïtien ». De ce fait, la firme HLSI aura la grande responsabilité d’accompagner l’Etat haïtien dans cette lutte, poursuit le titulaire du MEF Wilson Laleau qui a paraphé pour mettre Haïti totalement sous coupe étrangère. Une façon de dire que nous autres nous ne pouvons rien faire de valable. En réalité, quand on parle de modernisation d’une entreprise publique, on sous-entend la privatisation de cette entreprise. C’était le cas de la télécommunication d’Haïti, confiée à une entreprise étrangère vietnamienne sous l’administration de René Préval, maintenant sous l’administration de Michel Martelly, ce sont les frontières mesurant plus de 400 kms de long. Un jour vient ou le peuple haïtien demandera des comptes à ces traites de dirigeants.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY