Les contradictions officielles face au meurtre d’un jeune haïtien à Pedernales par un agent de la DGA

0
58
Les taxes dominicaines sont payées au moment de l'achat, en totalité, et non à la douane lors de la sortie du pays.

Le 5 août, un jeune Haïtien a été tué et deux autres ont été blessés au passage frontalier de la rivière Pedernales. Les versions du Ministère de la Défense et de la Direction Générale des Douanes sont contradictoires ; des témoignages et des preuves photographiques et vidéo indiquent qu’il s’agirait d’une exécution extrajudiciaire. Le crime survient moins d’une semaine après l’assassinat de Delouise Estimable par des agents de la Direction générale des migrations de la province de Valverde. Les deux blessés à Pedernales ont été identifiés comme Dikson Pie, qui a reçu une balle dans le fémur, et Sheegui Jean, qui a reçu une balle dans le cou. L’homme assassiné serait connu sous le nom de Tiremon, selon les médias haïtiens.

Pour renforcer le dispositif répressif, le gouvernement envoie un renfort militaire dans la zone.

L’une des premières versions des événements qui ont circulé dans les médias indiquait qu’il s’agirait d’un affrontement entre motoconchistas dominicains et haïtiens car les motoconchistas dominicains bloquaient l’accès à Pedernales. Une autre version journalistique attribuait un tir accidentel au douanier Starling Heredia après une bagarre au milieu du marché binational, qui aurait obligé les commerçants à abandonner leurs étals. Les deux versions officielles diffèrent considérablement de ces versions journalistiques, et diffèrent également l’une de l’autre. Une enquête indépendante devrait établir ce qui s’est passé et s’il y a eu une tentative de dissimulation du crime par les autorités.

L’homme assassiné serait connu sous le nom de Tiremon, selon les médias haïtiens.

Les versions officielles contradictoires

La Direction générale des douanes (DGA) a publié un communiqué peu clair : « L’incident s’est déclenché après que le gardien de notre institution a demandé les documents correspondants pour le paiement des taxes sur les marchandises qui traverseraient le pays. L’un des ressortissants haïtiens a refusé de montrer les factures et l’autorisation qui donnaient la légalité d’une centrale électrique qu’il transportait avec lui et qu’il avait l’intention d’emmener de l’autre côté de l’île, ce qui a provoqué une brève discussion et cela a été mis à profit par ses compatriotes haïtiens, qui l’ont acculé pour lui enlever le fusil de chasse qu’il portait. Dans la lutte entre les dominicains et les haïtiens, le coup de fusil a été tiré, laissant l’un d’eux mort et ses compagnons se sont enfuis avec l’arme réglementaire du garde… Cette situation malheureuse a été le déclencheur pour qu’un groupe de motoconchistas haïtiens et dominicains se soient affrontés avec des coups de feu et des pierres dus à d’anciens combats et des conflits d’intérêts pour le contrôle de cette activité informelle dans la zone »

Le ministère de la Défense a publié une version différente : « L’événement s’est produit vers dix heures du matin, lorsque le ressortissant haïtien qui a été tué a tenté de profiter de l’ouverture du poste frontière pour l’entrée sur le territoire dominicain d’une équipe d’urgence pour produire de l’électricité, sans payer les taxes correspondantes. et a été détecté par l’employé des douanes, Domingo Rafaelo Pérez… lorsque l’employé des douanes a interrogé l’haïtien sur cet équipement et lui a dit qu’il devait payer les droits de douane, il a tenté de rejeter l’examen et a entamé une discussion et une lutte dans laquelle le douanier il a tiré un coup de feu qui a mis fin à la vie de la personne avec qui il avait eu la bagarre… le coup de feu a provoqué un tollé, plusieurs personnes qui accompagnaient le citoyen qui a été tué, ont attaqué le douanier et lui ont pris son arme. Ensuite, certaines personnes situées du côté haïtien ont lancé des pierres et tiré plusieurs coups de feu, peut-être avec l’arme dépouillée. Lors de la manifestation en territoire voisin, deux haïtiens ont été blessés. »

L’homme assassiné serait connu sous le nom de Tiremon, selon les médias haïtiens.

Signes d’une exécution

Les articles de journaux indiquent et les preuves photographiques confirmeraient que la victime a été abattue à plusieurs reprises. Cela dément la version d’un tir accidentel résultant d’une lutte.

-Un détail important sur lequel la DGA et le ministère de la Défense se contredisent est la direction dans laquelle la victime se déplaçait au moment d’être interceptée et tuée par l’agent répressif. Selon la DGA, la victime transportait en Haïti une centrale électrique achetée en République dominicaine. Selon le ministère de la Défense, la victime tentait d’entrer en République dominicaine avec la centrale électrique. Après avoir consulté des experts fiscaux, La Voz de los Trabajadores a pu confirmer qu’il ne serait approprié de payer des taxes que pour l’importation de cet équipement dans le pays de destination. Dans le commerce binational entre Pedernales et Anse-A-Pitres, il est courant que les citoyens haïtiens achètent des centrales électriques en République dominicaine pour les emmener dans leur pays. Le contraire serait un fait extraordinaire. Des médias haïtiens affirment que la victime avait acquis la centrale électrique pour l’utiliser dans ses locaux commerciaux à Anse-A-Pitres. Des témoignages d’habitants du quartier confirment cette version.

Les taxes dominicaines sont payées au moment de l’achat, en totalité, et non à la douane lors de la sortie du pays. Si l’agent de la DGA entendait percevoir une « taxe » inexistante, en réalité il s’agit d’une extorsion, une pratique également très courante des agents répressifs de l’État dominicain à l’encontre des citoyens haïtiens, tant à la frontière que dans le reste du territoire national.

-Les photos et vidéos montrent le corps de la victime dans la rivière Pedernales, à côté de la centrale électrique, à une vingtaine de mètres du poste frontière. Cela affaiblit la version d’une lutte tentant d’entrer sur le territoire dominicain, étant donné qu’ils se trouvaient sur la ligne frontalière au moment du crime et qu’il serait extrêmement irrégulier, en violation des lois et règlements, une incursion d’un garde douanier dans le fleuve zone pour effectuer une soi-disant “inspection”.

Bref, une véritable enquête s’impose. Dans le passé, le bureau du procureur général a refusé d’enquêter sur ce type de crime dans lequel il y a des éléments de haine raciste et xénophobe.

Ces dernières années, il y a eu plusieurs morts de citoyens haïtiens aux mains de la police et de l’armée à Pedernales, ainsi que des actions de hordes armées. Les militants de gauche et antiracistes, pour leur part, réclament la fin de l’impunité pour les exécutions extrajudiciaires et les crimes racistes.

 

Mouvement socialiste des travailleurs de la République dominicaine

8 Août 2022

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here