Le charlatanisme de la classe politique haïtienne !

0
104

Le débat public qui agite actuellement le pays sur les thèmes d’insécurité, d’inflation galopante est marqué par une perte profonde de perspectives vu l’entêtement des protagonistes politiques depuis une bonne année dans une voie sans issue d’un soi-disant dialogue de sourds.

Bien que les raisons évoquées ne soient pas solides, elles ne manquent pas, pour autant, de semer beaucoup plus de confusion dans les esprits et en même temps de démasquer les acteurs. « Nous sommes face à un pouvoir qui veut tout garder à lui seul, et que tout soit tourné autour de lui » a déclaré le porte-parole de l’Accord de Montana, Jacques Ted St Dic, pour mettre un terme aux illusions de négociations.

Par cette affirmation, St Dic a utilisé l’arme la plus adéquate pour éclairer nos lanternes et détruire à jamais les arguments fallacieux qu’ils avançaient auparavant. N’est-ce point-là, l’argument majeur illustrant que le partage du gâteau est le vrai mobile caché, mais pour aboutir à quoi ? Est-ce pour tenter de construire quelque chose de durable puisqu’il est évident que le régime de facto dirigé par Ariel Henry n’arrivera pas à instaurer un climat favorable, encore moins offrir une alternative sérieuse dans le sens de la restauration de l’ordre et de l’autorité de l’Etat  en Haïti ?

Corruption de magistrats, d’avocats, de politiciens, fonctionnaires, ils sont tous dans le coup.

Loin de là ! Ce ne sont pas les revendications de la population en matière de chômage, de cherté de la vie et de sécurité qui ont déterminé l’entêtement de la classe politique pour le dialogue. Ce n’est pas sans raison non plus que ces politiciens dont le vécu et l’histoire sont entachés de malversations, d’escroquerie, de délinquance avérée et de compromissions de toutes sortes se retrouvent dans une impasse avec la Transition. Voilà pourquoi la corruption devient la norme dans ce pays. Elle est excessive et générale. Corruption de magistrats, d’avocats, de politiciens, fonctionnaires, ils sont tous dans le coup. C’est la désillusion, le désenchantement et la routine qui prévalent. Au lieu de changer, la situation devient davantage pourrie dont l’issue ne peut être que le démantèlement structurel et moral du pays.

A l’heure actuelle, il est difficile dans la confusion qui règne, de distinguer les bons des méchants, les loups des agneaux, les corrupteurs des corrompus. Ne sont-ils pas tous dans le même sac des imposteurs sans vergogne qui ne cessent d’exploiter la population, de l’abuser et de l’entrainer dans la déception la plus amère ?

Ariel Henry l’actuel Premier ministre a.i a endossé avec aisance et naturel l’habit de celui placé à la tête de l’Etat tout bonnement pour clochardiser ou détruire tout un pays. Dans cette chaine historique de saltimbanques, quel rôle est-il dévolu à Fritz Alphonse Jean, un certain « Président » nommé ou « élu » de l’Accord de Montana jusqu’à réclamer un entretien dans l’après-midi du jeudi 4 août 2022 avec le chef de facto du Gouvernement haïtien ? Rien n’a été dévoilé de cette rencontre. Alors que son mouvement entre en rébellion contre le pouvoir, lui, fait ses manœuvres, ses pirouettes. Tout cela relève du charlatanisme de la classe politique haïtienne.

C’est dans ce tintamarre de politique politicienne de bas étage, que la crise haïtienne devient un exemple de manipulation cynique. En dehors de l’ignorance, de la médiocrité et de la violence, la classe politique dans son ensemble n’a rien offert comme débat d’idées, aucun discours intelligent, cohérent et visionnaire capable d’orienter la lutte.

Elle se contente d’un « ranmase » hebdomadaire inspiré par une démagogie sans bornes d’un ramassis de charlatans de tout acabit, qui ne sont que des apôtres du mensonge éhonté et de la falsification de la vérité.

Nous avons affaire à des fossoyeurs, des politiciens incapables, des courants politiques ouvertement voués à la liquidation du pays. C’est du jamais vu ! Depuis la reprise du pouvoir par le PHTK de Michel Martelly en alliance avec le Secteur Démocratique et Populaire (SDP) d’André Michel et autres, le train de vie de certains dirigeants de partis politiques de l’ex-opposition a complètement changé, ce de façon scandaleuse. Mais les maux du pays sont devenus beaucoup plus graves, suite à l’incompétence et à la mauvaise foi d’un petit nombre de privilégiés au sein de l’appareil d’Etat et du pouvoir.  Ce n’est pas à travers ces charlatans de la politique qu’apparaitront les véritables remèdes nécessaires aux maux actuels de la société haïtienne.

À ce moment décisif et existentiel de notre histoire de peuple, les masses opprimées n’ont d’autre choix que de s’organiser pour barrer la route à ce charlatanisme dévastateur, ces politiciens véreux, témoins muets et sourds à l’effrayante machine de destruction du pays. Ils ne sont que de véritables charlatans et exhibitionnistes politiques qui s’adonnent ouvertement à piller et gaspiller les richesses du pays.  Par leurs complicités, ils s’en foutent des infrastructures vitales du pays qui tombent en ruines.

Il est temps que les forces vives du pays se débarrassent enfin de cette cohorte de charlatans au sein de la classe politique qui, objectivement, fait le jeu des forces réactionnaires et impérialistes.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here