Nous réclamons justice pour Delouise Estimable, un ouvrier haïtien assassiné par les sbires de la DGM

0
51
La victime Delouise Estimable

Des agents de la Direction générale des migrations (DGM) en poste à El Cruce de Jicomé, dans la province de Valverde, ont exécuté le travailleur haïtien Delouise Estimable, âgé de 32 ans, l’enfermant dans l’un des camions utilisés pour les raids et le battant à mort. Le gouvernement, le bureau du procureur général et le médiateur restent silencieux sur un crime qui illustre la sauvagerie du régime politique que subit la République dominicaine.

Plusieurs médias ont relayé les plaintes des proches de la victime. Les autorités ont refusé de procéder à une autopsie et tentent de dissimuler le meurtre en alléguant que le travailleur est décédé dans un accident de la circulation. Ils ne l’ont pas emmené à l’hôpital mais l’ont laissé mourir au carrefour de Jicomé après l’avoir brutalement battu.

Ce n’est pas un crime isolé. Ce meurtre est une conséquence de la dépravation raciste alimentée par le gouvernement de Luis Abinader, à travers une campagne d’arrestations arbitraires contre des Haïtiens et des Dominicains d’origine haïtienne, y compris l’enlèvement de femmes enceintes dans et autour des hôpitaux, des arrestations et des expulsions de nourrissons séparés de leurs familles, et dans les cas les plus extrêmes aussi la torture et le meurtre.

Le 12 mars de cette année, un agent de la DGM a tiré dans la tête du jeune ouvrier haïtien Joel Lolo à Las Matas de Farfán, lors d’un raid illégal. En mai, des agents de la police, de l’armée et de la DGM ont assiégé Ciudad Juan Bosch, dans l’est de Saint-Domingue, blessant des dizaines de travailleurs et détenant arbitrairement des centaines de personnes. Le 12 juin, une foule fasciste à laquelle trois soldats ont participé a attaqué une communauté de Galván, à Bahoruco, tuant un travailleur haïtien, brûlant son corps et incendiant huit maisons. La liste des crimes s’allonge dans une spirale de violence anti-ouvrière et raciste sous le couvert de l’impunité.

Politiquement responsable de tous ces crimes est le gouvernement de Luis Abinader, en raison de son agitation raciste permanente dans laquelle il utilise la communauté immigrée haïtienne comme bouc émissaire pour détourner l’attention du public de sa gestion désastreuse au cours de laquelle se sont aggravés tous les problèmes sociaux que connaît le peuple dominicain et dont il avait souffert sous le joug du PLD. Abinader s’est également allié aux forces les plus réactionnaires et corrompues du pays, comme le FNP, une organisation qui, avec d’autres partis d’extrême droite et l’Institut Duartian, appelle à une mobilisation fasciste pour le 6 août prochain. La mobilisation utilise les mêmes axes discursifs qu’Abinader pour inciter à la haine : le faux discours d’« invasion pacifique » et que l’immigration est « un fardeau pour l’État », l’appel à l’intervention étrangère en Haïti et la théorie complotiste d’une supposée « solution dominicaine » à la crise haïtienne ».

Nous exigeons que l’inaction complice du bureau du procureur général et de l’ombudsman cesse face à ces crimes. Nous appelons la Commission des droits de l’homme de la Chambre des députés, présidée par un député du Front large, à assumer ses responsabilités et à affronter la campagne raciste du gouvernement. Les députés d’Alianza País et d’Option démocratique ne doivent pas rester silencieux face à ces crimes, il est urgent d’interpeller le directeur de la DGM et le ministre de l’Intérieur afin qu’ils répondent des arrestations arbitraires, vols, extorsions, tortures et meurtres contre la communauté immigrée.

Justice pour Delouise Estimable et toutes les victimes du GMD !

 

Mouvement socialiste des travailleurs de la République dominicaine

3 août 2022

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here