Léon Charles du SIN à l’ANI

Des câbles états-uniens rapportés par WikiLeak indiquent que:, fidèle à Washington, le nouveau chef de la police se spécialise dans la collecte de renseignements et la répression contre l'insurrection. L'agence de renseignement haïtienne nouvellement décrétée et controversée correspond à sa stratégie d'il y a 15 ans

0
821
Le chef de la police haïtienne Léon Charles (à gauche) et le commandant des opérations de la force d’occupation des Nations-Unies en Haïti, le Brésilien Augusto Heleno

(English version)

“La vérité est qu’il y a une guerre en Haïti“, a déclaré le chef de la Police nationale haïtienne (PNH), Léon Charles, sur Radio Métropole le 30 mai 2005. “C’est une guérilla urbaine, et c’est une situation qui a besoin d’une solution urgente. Nous travaillons avec la MINUSTAH [la Mission des Nations Unies pour la stabilisation d’Haïti] malgré les malentendus afin de trouver ensemble une solution à ces problèmes“.

Deux mois plus tard, Léon Charles, un ancien soldat des Forces armées d’Haïti (FAdH) dissoutes, sera effectivement renvoyé et exilé en tant qu’attaché militaire à l’ambassade d’Haïti à Washington, DC.

Son mandat de 17 mois à la tête de la PNH de mars 2004 (après le deuxième coup d’État contre le président Jean-Bertrand Aristide le 29 février) à juillet 2005 a été marqué par une corruption généralisée et une répression meurtrière d’un féroce mouvement de résistance populaire contre les États-Unis – le renversement ainsi que l’intervention militaire étrangère qui s’ensuivra a été soutenu – d’abord par les soldats américains, français et canadiens, puis par les troupes de l’ONU – ce qui aura duré près de 16 ans.

Le 16 novembre 2020, Léon Charles a repris les rênes de la PNH, après que le président Jovenel Moïse l’ait rappelé de Washington, où il avait accédé au poste d’ambassadeur haïtien suppléant auprès de l’Organisation des États américains (OEA). Le chef sortant Normil Rameau n’avait été nommé que 15 mois plus tôt. Le mandat d’un chef de la PNH est généralement de trois ans.

Portrait d’un chef de police

 Lorsque les troupes américaines ont dirigé les trois premiers mois d’occupation militaire en Haïti, du 1er mars au 31 mai 2004, elles pensaient avoir retrouvé leur homme.

 « Nous avons confiance en M. Léon Charles », a déclaré un certain major américain Richard à Radio Métropole à Kreyòl le 26 mars 2004, parlant des fouilles d’armes de porte-à-porte  que les troupes américaines menaient dans toute la capitale avec la PNH. « Ce type est très instruit et bien formé; il est allé à l’Académie navale américaine aux États-Unis. Il s’est familiarisé avec le système d’intervention que nous avons dans notre pays. Il était très impatient de travailler avec nous ».

Mais un an plus tard, Washington était désenchanté. Cinq mois de câbles secrets de l’ambassade américaine, de mars à juillet 2005, obtenus par l’éditeur WikiLeaks, donnent un aperçu sincère des relations de Charles avec les responsables américains. Ils révèlent une relation résignée mais tendue entre le chef de la police et ses mentors américains.

 « Nous avons également été frustrés par l’incapacité de la PNH à respecter les accords les plus simples », s’est plaint l’ambassadeur James Foley dans un télégramme secret du 7 juin 2005 après avoir rencontré le chef canadien de la police civile de l’ONU (CIVPOL), David Beer, mécontent de la PNH. « Bien que Léon Charles reste le meilleur parmi une liste incertaine d’alternatives, il n’est pas bien servi par ses adjoints et ne contrôle pas entièrement la police ».

Léon Charles en qualité d’Ambassadeur d’Haïti auprès de l’OEA à Washington, DC avec le secrétaire général de l’OEA, Luis Almagro.

 “Manifestement frustrée et fatiguée“, Beer a déclaré à Foley que la collaboration de la PNH avec la CIVPOL ne fonctionnait pas. “Beer a expliqué que ses plans pour le déploiement de la PNH avec la CIVPOL ont été bloqués pendant des mois. Il a dit que la CIVPOL avait rédigé un plan détaillé en mars pour le déploiement de la PNH par station et par grade jusqu’en 2006. En dépit d’un prétendu accord par la PNH, le plan n’a pas été mis en pratique… Il reste difficile de faire en sorte que la PNH effectue régulièrement des patrouilles conjointes avec la CIVPOL. Beer a déclaré, par exemple, qu’il a insisté pour que l’Unité de contrôle de la foule (CIMO) ne soit pas déployée sans escorte de la CIVPOL, mais l’accord est souvent ignoré dans la pratique“, ce qui a entraîné plusieurs affrontements où des agents de la PNH ont tiré mortellement sur des manifestants (et parfois l’inverse).

” la corruption était endémique et  Charles était peu disposé ou incapable de discipliner ou d’arrêter des agents dont tout le monde savait qu’ils étaient corrompus et de connivence avec les ravisseurs”

Pendant ce temps, les enlèvements faisaient rage en Haïti et Beer avait proposé un «Centre de commandement conjoint CIVPOL-HNP (JCC) [qui] pourrait aider à relancer la coopération avec la PNH». Mais après que CIVPOL ait passé quatre mois à mettre en place le JCC, la PNH «a soudainement sabordé le projet» et une «unité mixte spéciale anti-enlèvement MINUSTAH-HNP créée récemment… a déjà échoué, a déclaré Beer. Il a affirmé qu’après quelques jours, les agents de la PNH affectés ont cessé de venir et ont cessé de partager des informations».

«Beer a suggéré que la corruption, même dans ces unités spéciales, était endémique et que Charles était peu disposé ou incapable de discipliner ou d’arrêter des agents dont tout le monde savait qu’ils étaient corrompus et de connivence avec les ravisseurs», a rapporté Foley à Washington.

Neutraliser les «bandits»

Mais la plus grande friction de Charles avec Washington était de savoir comment gérer Cité Soleil et Belair, deux des quartiers les plus rebelles et les plus armés de Port-au-Prince à partir desquels la «guérilla urbaine» était menée par des organisations populaires anti-coup d’État, anti-occupation et pro-Aristide que les officiels étatsuniens appelaient «gangs» ou «bandits».

Charles voulait que Washington lui donne ou lui permette d’acheter plus d’armes lourdes pour combattre les rebelles. Il souhaitait également que les troupes de la MINUSTAH et du CIVPOL, et non la PNH, prennent la tête des incursions dans Cité Soleil, en particulier. Il se plaignait que, « alors que les forces de la MINUSTAH étaient mieux équipées et formées, la MINUSTAH avait insisté pour que la PNH soit la première intervenante et la première visée ».

Dans un câble secret du 30 mars 2005, y a rapporté une réunion du 27 mars au cours de laquelle « Charles a décrit une opération conjointe MINUSTAH / PNH à Cité Soleil pour contrôler l’accès de la zone pendant deux semaines à compter du 31 mars. La mission établira des points de contrôle et fournira une base pour des opérations plus petites à l’intérieur du bidonville dense pour tenter d’extirper les chefs de gang, en particulier Dred Wilme … »

Dread Wilme était un dirigeant populaire de Cité Soleil que les troupes de l’ONU ont tué lors d’un assaut militaire le 6 juillet 2005.

Emmanuel Wilmer – connu sous le nom de Dred ou Dread Wilme – était le plus éminent, le plus efficace et le plus militant des leaders populaires qui tenaient la MINUSTAH et la PNH à distance et hors de Cité Soleil.

 «Charles a également confirmé que la MINUSTAH, le CIVPOL et la PNH ont mis en place une équipe spéciale pour cibler les personnes les plus recherchées», comme Dred Wilme, a écrit Foley. «Il a déclaré que le directeur de l’Unité spéciale de renseignement (SIU), Michael Lucius, apportait son aide avec dix officiers de la PNH affectés à l’équipe».

Michael Lucius était lui-même un personnage douteux, selon l’ambassade. “Malgré les inquiétudes persistantes quant à son implication possible dans le trafic de drogue, Lucius est certainement un gestionnaire plus efficace que son prédécesseur“, a écrit le Chargé d’Affaires américain Douglas Griffiths dans un câble secret du 6 juillet 2005, faisant référence à la récente reconduction de Lucius (grâce à l’acquiescement de Charles) à la tête de la Police Judiciaire (DCPJ), le poste n°3 de la PNH. Mais lorsqu’il était à la SIU, le travail de Lucius consistait à infiltrer et à espionner la résistance anti-impérialiste en haillons qui germait dans les bidonvilles d’Haïti.

Il ne faut pas confondre l’Unité spéciale de renseignement de Léon Charles et Michael Lucius avec l’Unité spéciale d’investigation (également SIU) créée par le président Aristide “fin 1995 pour enquêter sur les crimes à motivation politique commis avant, pendant et après la période de régime militaire” de 1991 à 1994, comme le décrit un rapport de Human Rights Watch de septembre 1996 intitulé “Thirst for Justice, A Decade of Impunity in Haïti“. En collaboration avec des avocats internationaux spécialisés dans les droits de l’homme, le SIU d’Aristide a été créé pour enquêter sur 77 meurtres, massacres et disparitions survenus entre 1988 et 1995 sous des régimes militaires, tels que l’exécution en plein jour, le 11 septembre 1993, du militant pour la démocratie Antoine Izméry, l’embuscade meurtrière du 14 octobre 1993 du ministre de la Justice Guy Malary, le massacre de Raboteau le 23 avril 1994, l’assassinat du père Jean-Marie Vincent le 28 août 1994 et le massacre de l’église Saint-Jean Bosco le 11 septembre 1988.

l’ONU et la PNH ont lancé une attaque dévastatrice contre Cité Soleil peu avant l’aube du 6 juillet 2005, larguant des grenades depuis un hélicoptère au milieu du bidonville

 Mais le SIU de Charles et Lucius avait un but exactement opposé : c’était un outil pour ouvrir la voie à des crimes innommables contre les droits de l’homme. Après de multiples raids meurtriers et escarmouches dans les bidonvilles d’Haïti, l’ONU et la PNH ont lancé une attaque dévastatrice contre Cité Soleil peu avant l’aube du 6 juillet 2005, larguant des grenades depuis un hélicoptère au milieu du bidonville surpeuplé et tuant Dred Wilme.

Agissant sous la pression intense des élites américaines et haïtiennes, 1 400 soldats de l’ONU ont bouclé le bidonville pro-Aristide, tirant 22 000 coups de feu et causant des dizaines de victimes en un seul raid nocturne de six heures“, a expliqué Dan Coughlin dans un article de Haïti Liberté du 21 septembre 2011 basé sur des fuites de câbles en provenance de l’ambassade américaine

 “Ce que nous avons trouvé… lorsque nous sommes allés dans la communauté le lendemain de l’opération était la preuve généralisée que les troupes avaient perpétré un massacre“, a expliqué Seth Donnelly sur Democracy Now. “Nous avons trouvé des maisons, … essentiellement des cabanes de bois et d’étain, … criblées de tirs de mitrailleuses ainsi que de tirs de chars. Les trous dans beaucoup de ces maisons étaient trop grands pour être attribués à des balles. Il devait s’agir d’obus à réservoir qui pénétraient dans les maisons. Nous avons vu une église et une école complètement criblées de tirs de mitrailleuses“.

ANI, un nouveau SIN

L’Unité spéciale de renseignement (SIU), qui a aidé à établir un tel «ciblage» à Cité Soleil, est en train d’être ressuscitée aujourd’hui, au moment même où Léon Charles revient à la PNH. Le 26 novembre 2020, le président Jovenel Moïse a décrété unilatéralement la formation d’une nouvelle «Agence nationale d’intelligence» ou ANI. (Cette année, Moïse a statué par décret parce qu’il a refusé d’organiser des élections et a permis au Parlement d’expirer le 13 janvier 2020.)

Le chef de la SIU, Michael Lucius, était lui-même un personnage douteux, selon l’ambassade des États-Unis.

La mission de la nouvelle agence, annoncée dans une édition inhabituellement volumineuse de 24 pages du journal officiel du gouvernement Le Moniteur, est de «collecter et traiter les informations concernant la sécurité nationale … [et] renforcer la sécurité intérieure et extérieure … [en] prévenant et réprimant les actes de terrorisme et les excès sectaires … [qui] portent atteinte à la sécurité de l’État».

Les 23 clauses décrivant la mission de la nouvelle agence soulignent également le rôle de l’ANI «de fournir au chef de l’État [président] un rapport quotidien sur la sécurité nationale et la protection des intérêts fondamentaux de la nation». Sur le plan constitutionnel, le contrôle de la sécurité de l’État est censé être assuré par le Premier ministre (chef du gouvernement), qui dirige le Conseil suprême de la police nationale ou CSPN. (Le président Moïse a déjà proposé de réécrire la Constitution haïtienne avant de nouvelles élections, ce qui est illégal avec un Parlement dissous.)

Certains sur les réseaux sociaux ont qualifié la nouvelle agence d’agence centrale haïtienne d’intelligence (CIA). Mais la dernière clause décrétant le pouvoir de l’ANI suggère une comparaison plus juste: une Gestapo haïtienne.

L’ANI «recevra et exécutera le mandat d’enquêter pour la justice, appréhender les personnes recherchées par l’autorité judiciaire et les traduire devant les autorités compétentes».

En bref, les officiers totalement anonymes de cette agence secrète (article 43) auront de fausses identités (article 44), porteront des armes (article 51), seront juridiquement intouchables (article 49) et auront le pouvoir non seulement d’espionner et d’infiltrer, mais aussi d’arrêter toute personne engagée dans des actes «subversifs» (article 29) ou menaçant la «sécurité de l’État» c’est-à-dire le pouvoir du président Jovenel Moïse. Un rôle similaire a été joué par les Volontaires pour la sécurité nationale (VSN) du régime Duvalier, populairement connus sous le nom de Tonton Macoutes, une force paramilitaire tristement célèbre au niveau international.

«Ils mettent en place l’infrastructure pour suivre, réprimer et intimider les énormes manifestations et protestations qui se multiplient déjà contre le projet de Jovenel de rester au pouvoir au-delà du 7 février 2021, date à laquelle la Constitution dit qu’il doit quitter ses fonctions», a déclaré Berthony Dupont, le directeur d’Haïti Liberté. «L’ANI, totalement illégale, sera une arme de plus pour attaquer l’opposition et le mouvement populaire qui réclament le départ de Jovenel».

Service d’Intelligence nationale (SIN), créé et financé à hauteur d’un million de dollars par an par la CIA après le renversement de Jean-Claude Duvalier en 1986

Dans le même numéro du Moniteur contenant les 19 pages du décret ANI, il y a un décret de cinq pages «pour le renforcement de la sécurité publique» qui ordonne que les personnes reconnues coupables de «terrorisme» soient emprisonnées pendant 30 à 50 ans et doivent payer une amende de 2 à 200 millions de gourdes haïtiennes (28 797 $ à 2 879 706 $).

«Avec les décrets pour la création de l’ANI et le renforcement de la sécurité publique, le régime a laissé tomber toute prétention démocratique et a rendu son projet clair», a déclaré l’avocat Jaccéus Joseph, directeur du Bureau des organisations de défense des droits humains (BODDH). «Ils se préparent à rétablir la même dictature duvaliériste macoute qui a gouverné Haïti de 1957 à 1986, qui s’est donné le pouvoir de violer les droits humains, d’assassiner des gens, de faire irruption dans leurs maisons, de les kidnapper et de fouler aux pieds toutes les lois et tous les droits inscrits dans la Constitution, y compris celui de l’habeas corpus et le droit à un procès équitable».

L’inspiration la plus directe pour l’ANI a peut-être été le Service d’Intelligence National (SIN), créé et financé à hauteur d’un million de dollars par an par la CIA après le renversement de Jean-Claude Duvalier en 1986, au plus fort du mouvement anti-duvaliériste qui a chassé le dictateur du pouvoir. Dirigé par des officiers des FAd’H, le SIN “s’est engagé dans le trafic de drogue et la violence politique”, a expliqué Kathleen Marie Whitney dans un article de 1996, “SIN, FRAPH, et la CIA : U.S. Covert Action in Haïti” dans le Southwestern Journal of Law and Trade in the Americas. Elle a constaté que le groupe ne produisait aucun renseignement et utilisait plutôt sa formation contre des opposants politiques.

 Le SIN donne naissance à un escadron de la mort

Le SIN a finalement donné naissance à l’escadron de la mort connu sous le nom de FRAPH (Front révolutionnaire pour l’avancement et le progrès d’Haïti) dirigé par Emmanuel “Toto” Constant, a expliqué le journaliste d’investigation Allan Nairn dans un article du 24 octobre 1994 intitulé “Derrière les paramilitaires d’Haïti” dans The Nation.

Emmanuel «Toto» Constant est devenu le chef de l’escadron de la mort FRAPH après avoir travaillé pour le Service d’intelligence national (SIN), financé par la CIA.

Le colonel Patrick Collins, attaché de l’Agence américaine de renseignement de la Défense à Haïti, s’est d’abord adressé à Constant alors qu’il «donnait un cours de formation au siège du Service national de renseignement (SIN) géré par la C.I.A. et construisait une base de données informatique pour les célèbres chefs de section ruraux d’Haïti au Bureau d’information et de coordination du quartier général du régime putschiste haïtien», a expliqué Nairn. «Constant a dit que Collins a commencé à le pousser à organiser un front “qui pourrait équilibrer le mouvement Aristide” et faire un travail de “renseignement” contre lui. Il a dit que leurs discussions avaient commencé peu après la chute d’Aristide en septembre 1991. Ils ont abouti à la formation par Constant de ce qui est devenu plus tard le FRAPH, un groupe qui était initialement connu sous le nom de Ligue de la Résistance Haïtienne».

«Toto» Constant est vraisemblablement toujours emprisonné en Haïti après avoir passé 12 ans dans une prison américaine pour fraude hypothécaire. Il a été condamné par contumace pour participation au massacre de Raboteau en 1994, mais il peut maintenant demander un nouveau procès. Les démarches de plus en plus autoritaires de Jovenel Moïse et ses affinités politiques avec Léon Jeune rendent la libération de Constant – et même le pardon – encore possible.

L’ambassade remet en question la capacité de Charles

Sous Léon Charles en 2004 et 2005, la police haïtienne est devenue une armée privée virtuelle de la bourgeoisie haïtienne, qui a fourni aux officiers des armes et de l’argent. Aussi, le ministre de la Justice Bernard Gousse «contournait les contrôles [du commandant du CIVPOL] Beer» et envoyait des unités de police «sur son ordre direct», expliquent les câbles.

Craignant de perdre le contrôle de la police, l’ambassade des États-Unis a interrogé Charles à ce sujet, comme l’ambassadeur Foley l’a détaillé dans un câble secret du 5 avril 2005.
Léon Charles «a catégoriquement démenti les rumeurs selon lesquelles l’IGOH [gouvernement intérimaire d’Haïti] créait une force de combat distincte, affirmant qu’il n’y avait aucun plan à sa connaissance pour créer une “police militaire” de quelque nature que ce soit».

Jaccéus Joseph: «Le régime avait besoin d’un gars qui avait fait ses preuves dans la répression impitoyable des masses dans les quartiers populaires afin qu’ils puissent arrêter la mobilisation de masse qui commence ici».

Néanmoins, l’ambassade américaine commençait à douter de l’honnêteté et de la capacité de contrôler la police de Charles alors qu’il était incapable de rendre compte des armes, avait un salaire plus élevé que les policiers sur sa masse salariale, semblait enclin à favoriser l’intégration des ex-soldats des FAd’H dans la HNP, et a expliqué les meurtres répétés par la police de manifestants anti-coup d’État à Bélair et à Cité Soleil.

«La réponse éphémère aux demandes de mises à jour sur les enquêtes sur les droits humains démontre l’incapacité de la PNH à mener des enquêtes internes», a résumé Foley.
Léon Charles peut adopter une approche tout aussi malhonnête s’il est interrogé sur la formation et la conduite de l’ANI, avec laquelle il devra travailler étroitement.

«Version des événements» contestée en 2020 et 2005

Le matin du 4 décembre 2020, la PNH a mené sa première opération d’envergure sous le nouveau commandement de Léon Charles, en intervenant dans le quartier Village de Dieu de Port-au-Prince, une communauté sombre et appauvri en bord de mer, contrôlée par un groupe armé connu sous le nom de Five Seconds Base depuis des années. C’était une zone interdite pour la police.

Mais des officiers de la PNH lourdement armés et blindés sont entrés avec des chars, des explosifs et des gaz lacrymogènes. Lors d’une conférence de presse plus tard dans la journée, Charles a proclamé que l’opération était un succès.

Des policiers haïtiens, comme ceux vus ici, ont tenté de reprendre le quartier du Village de Dieu à Port-au-Prince le 4 décembre 2020.

Cela correspondait à son profil non seulement de faire une démonstration de force au Village de Dieu, comme il l’a fait à Belair et à Cité Soleil il y a 15 ans, mais aussi d’offrir un récit des événements contredit par d’autres.

Charles a affirmé que la PNH avait repris le contrôle du quartier, mais le chef de Five Seconds, connu sous le nom d’Izo, s’est immédiatement adressé à Facebook pour nier cela, affirmant que son groupe n’avait subi aucune perte et avait conservé le contrôle du Village de Dieu.

Quelle que soit la vérité, l’ambassade des États-Unis se méfiait déja des rapports de Charles il y a 15 ans, comme l’indique clairement un câble secret du 6 mai 2005 envoyé par le chef adjoint de la mission Douglass Griffiths au sujet de la police ayant tué par balle au moins cinq personnes le 27 avril 2005.

«Le 27 avril était la quatrième fois depuis février que la PNH utilisait une force meurtrière», a rapporté Griffiths. «Malgré des demandes répétées, nous n’avons pas encore vu de rapports écrits objectifs de la PNH expliquant suffisamment les raisons du recours à la force meurtrière. Les rapports de première main de la PNH sur les lieux de ces événements sont tout aussi inquiétants. Ceux-ci sont souvent déroutants et irrationnels et ne satisfont pas aux exigences minimales pour des rapports de police. La PNH continue de souffrir de la corruption dans ses rangs, d’un système de justice défectueux, d’un commandement et d’un contrôle de supervision inférieurs aux normes, de niveaux de formation inadéquats et de ressources en équipement insuffisantes».

Selon la «version des événements» de Charles remise à un haut fonctionnaire du département d’État le 29 avril, une «marche non autorisée a quitté Bel Air vers 11h00 et a fait le tour du palais présidentiel avant de retourner dans la région de Bel Air, puis continuer sur Delmas en direction de Bourdon (et la zone autour du siège du PNUD / MINUSTAH)». Les manifestants n’ont pas besoin d’autorisation pour manifester en Haïti, mais doivent simplement informer la police avant toute manifestation prévue.

Selon Charles, «alors que la marche approchait de Bourdon, des centaines de personnes se sont pressées dans les rues et ont paralysé la circulation automobile», a poursuivi Griffiths. Il y a eu une mélée, et «la police, surveillant la manifestation, a entendu plusieurs coups de feu et a vu un groupe de dix jeunes hommes courir à Bourdon près du siège de la MINUSTAH. La police a poursuivi et a ouvert le feu sur les suspects en fuite. Plusieurs des suspects ont été appréhendés et deux ont été abattus par les unités de la PNH qui les poursuivaient. Trois autres suspects ont également été abattus par la PNH, mais il n’était pas encore clair s’ils venaient du même groupe que la police avait initialement rencontré. Un pistolet 9 mm a été récupéré par la PNH non loin des suspects décédés».

Charles a raconté une histoire différente lorsqu’il s’est entretenu à l’ambassade 10 jours plus tard, le 9 mai, a écrit Griffiths dans son câble secret du 13 mai 2005.

«Charles … a fait un compte rendu actualisé de l’incident du 27 avril au cours duquel quatre personnes ont été tuées à proximité d’une manifestation pro-Lavalas près du siège de la MINUSTAH … Il a déclaré que les unités de la CIMO n’étaient pas impliquées dans la fusillade. Au lieu de cela, des policiers réguliers des commissariats de Canapé Vert et de Port-au-Prince poursuivaient deux groupes de bandits dans la région. La police a échangé des coups de feu avec un groupe qui avait attaqué des piétons et des véhicules à proximité de la manifestation, entraînant la mort de deux bandits présumés, tandis qu’une autre unité de police affrontait au même moment un camion transportant un groupe qui avait tiré sur l’hôtel Christopher [qui faisait également office de siège de l’ONU], tuant deux autres suspects. Charles a déclaré que les deux incidents se sont produits après la fin de la manifestation. CDA Griffiths a souligné qu’il était important de publier un rapport complet de l’incident. Il a noté qu’aux États-Unis, les policiers étaient généralement transférés à des emplois de bureau après avoir été impliqués dans une fusillade, dans l’attente d’une enquête».

Les reportages diffusés sur Radio Solidarité et Radio Ginen, entre autres, contredisaient complètement les deux rapports de Léon Charles à l’ambassade des États-Unis. Selon plusieurs témoins, journalistes et même le principal organisateur de la marche, l’éminent militant Jean-Baptiste Jean-Philippe, dit «Samba Boukman» (assassiné en mars 2012), la police haïtienne a tiré sans provocation sur des manifestants pacifiques qui réclamaient la libération des prisonniers politiques, la fin des persécutions politiques et le retour physique du président Aristide en Haïti après son exil en Afrique du Sud.

Samba Boukman, un leader populaire, avait un récit très différent du massacre du 27 avril 2005 que ceux donnés par Léon Charles.

Le journaliste bien connu Guyler C. Delva a rapporté sur les lieux que «des milliers et des milliers de manifestants» manifestaient toujours lorsque la police a commencé à tirer, en tuant cinq et en blessant beaucoup d’autres, dont plusieurs écoliers.

«La manifestation était arrivée à Bourdon et, selon des témoins, la police a ouvert le feu sur les manifestants», a rapporté Delva. «J’ai parlé à un policier qui a dit qu’il y avait eu des coups de feu [des manifestants] et qu’ils avaient trouvé une arme sur un manifestant. Mais d’autres vivant dans la zone et marchant dans la manifestation ont dit que ce n’était pas du tout vrai. Aucun manifestant n’a tiré avec des armes. C’était une manifestation entièrement pacifique, selon les témoins à qui j’ai parlé».

Delva a ensuite diffusé une interview avec Dorisma Ronel, 21 ans, qui a été blessée par les flics. Il a également nié qu’il y ait eu des coups de feu de la foule.

Delva a ensuite décrit les hommes qui avaient été tués. «Il y en avait trois qui étaient tous morts au même endroit, il y en avait un autre qui est tombé à environ cinq ou six mètres d’eux, et puis il y en avait un autre qui apparemment s’enfuyait et ils l’ont tué au sommet d’une colline. Les cinq corps sont actuellement à la morgue».

Pendant ce temps, Radio Ginen a interviewé deux écoliers, James Joseph et Clédanor Vania, qui ont été blessés, et un troisième victime, Dorisma Ronel encore, qui n’était pas dans la manifestation mais revenait de la pharmacie quand une balle l’a blessé au pied.

«Nous déplorons et condamnons le massacre commis par la PNH contre les manifestants le 27 avril 2005», a déclaré Samba Boukman sur Radio Ginen. «Nous voyons que malgré tous nos efforts pour que la population fasse confiance à la police, cela n’empêche pas la PNH de continuer ses exécutions sommaires de la population … C’est la direction générale de la police qui l’a ordonnée». Samba Boukman a affirmé que le lundi 25 avril 2005, son messager Joseph Roudy a été harcelé au quartier général de la police alors qu’il remettait la lettre informant la police de la manifestation du 27 avril 2005.

Bref, Samba Boukman et les nombreux témoins de cette journée ont donné des témoignages qui différaient radicalement du récit de Léon Charles.

Politiques Trump vs Biden

Le passé de Charles de 2004 et 2005 pourrait revenir le hanter. Comme le notent Jake Johnton et Kira Paulemon dans un article du 30 novembre 2020 sur le site du Center for Economic and Policy Research (CEPR) : “Travaillant avec les troupes de l’ONU après le coup d’État de 2004, la police haïtienne a participé à une vaste opération de répression de main de fer et à motivation politique dans la capitale haïtienne, qui a fait des milliers de morts. En tant que chef de la police, Charles a également supervisé la réincorporation d’anciens membres de l’armée dans la force malgré les questions relatives au contrôle des droits de l’homme. De plus, un rapport sur les droits de l’homme de l’Université de Miami a révélé que Charles “donnait régulièrement l’ordre de mettre fin aux manifestations politiques et que la police n’hésitait pas à intervenir à sa place”.

Pour commencer, la conduite de Charles au cours de ses dix-huit mois à Washington ne suggère pas non plus qu’il soit devenu plus sévère à l’égard de la corruption.

Léon Charles à Port-au-Prince en 2004. «Il n’hésitera pas à lancer à nouveau la police sur les masses et l’opposition politique de Jovenel.»

En plus d’être l’ambassadeur suppléant d’Haïti auprès de l’OEA, Charles touchait également un salaire en tant que chef de la Commission mixte haïtiano-dominicaine. Le fait d’occuper deux postes est une violation des règles et de l’éthique du ministère haïtien des Affaires étrangères, a déclaré un diplomate haïtien chevronné à Haïti Liberté.

Le département d’État du président Donald Trump et le secrétaire d’État Mike Pompeo semblent avoir donné carte blanche au président Jovenel Moïse pour sa politique illégale, corrompue et répressive. Cependant, l’administration entrante du président Joseph Biden pourrait rétablir après son inauguration le 20 janvier 2021 certaines des lignes directrices et des «lignes rouges» de surveillance néolibérale mises en évidence dans les câbles révélés par WikiLeak, afin de mieux contrôler et justifier le soutien à des autorités manifestement corrompues comme Moïse.

Si la nouvelle administration étatsunienne tente de rétablir un minimum de «décorum» pour un État haïtien hors de contrôle, cela peut avoir des implications pour Léon Charles dans son nouveau poste.

«Le régime avait besoin d’un gars qui avait fait ses preuves dans la répression impitoyable des masses dans les quartiers populaires afin qu’ils puissent arrêter la mobilisation de masse qui commence ici», a expliqué Jaccéus. «Il a tué beaucoup, beaucoup de gens dans les quartiers populaires lorsqu’il était chef de la police en 2004 et 2005. Il n’hésitera pas à lancer à nouveau la police sur les masses et l’opposition politique de Jovenel. Il partage la position idéologique du régime: il est fondamentalement un duvaliériste, un Macoute. Il n’a aucun problème avec la dictature annoncée par les nouveaux décrets. Tout cela deviendra très clair à l’approche du 7 février 2021».

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY