Le député Jerry Tardieu au service de son patron!

0
1761

Qui pourrait s’étonner que le député de Pétionville, Jerry Tardieu, vient de déposer une  proposition de loi à la chambre des députés rien que pour demander à ses collègues parlementaires de prendre une position de solidarité institutionnelle pour appuyer leurs homologues à Caracas face à l’exécutif que dirige le président Nicolas Maduro. Parlementaires imposés, comme on le sait, par les forces tutrices, députés issus d’élections frauduleuses, mais installés quand même de façon honteuse à la faveur de la nuit, complice de leur forfait.

Appuyer un hideux et immoral parlement vénézuélien qui a cautionné les nombreux assassinats et exécutions sommaires dont le peuple Vénézuélien a été victime, comment  une idée aussi saugrenue et imbécile a-t-elle pu germer dans le ciboulot de Tardieu ? Car on sait le degré de barbarie et de violences inouïes affichées par l’opposition vénézuélienne. Le député de la bourgeoisie haïtienne veut établir non pas une solidarité parlementaire, mais bien une solidarité contre-révolutionnaire dans une ligne carrément antipeuple. Cette proposition est signe tout à la fois de l’irritation et de l’inquiétude qui gagnent les milieux officiels ébranlés par la sortie héroïque en force de la majorité des masses populaires vénézuéliennes pour exprimer leur appui à la noble cause de la Révolution bolivarienne.

L’impérialisme à ce stade n’a plus d’autres recours que de se dresser sur ses ergots belliqueux pour tenter d’agiter le spectre de la guerre comme vient de le déclarer le chef de file de l’axe du mal, le président Donald Trump.

Cependant ce que doit savoir le député-valet de Bill Clinton, c’est que le peuple vénézuélien qui en majorité a voté pour la nouvelle assemblée constituante  ne veut plus admettre que son pays soit comme Haïti un pays de mendiants, de l’indigence, de la corruption, de l’aliénation toujours soumis au pillage par une classe de mercenaires ne visant que le luxe au détriment du peuple haïtien.

La révolution Bolivarienne et le peuple vénézuélien n’accepteraient jamais que les fonds recueillis par la Fondation Clinton Bush pour Haïti (FCBH), mise en place par les deux anciens présidents des Etats-Unis quelques mois après le tremblement de terre catastrophique du 12 janvier 2010 pour subvenir aux besoins des victimes du séisme, soient détournés de sorte que la FCBH l’utilise à son escient en investissant ces fonds ; soit un montant de  deux millions de dollars américains dans l’hôtel Royal Oasis de Jerry Tardieu à Pétionville, sous prétexte de « reconstruction » du pays.

Le Peuple vénézuélien grâce à ses dirigeants de la révolution Bolivarienne ne veut plus accepter que les puissances impérialistes lui imposent un système de leur choix pour s’assurer de l’exploitation des ressources pétrolières et minières du pays. L’unique objectif de l’empire au Venezuela est d’imposer un système où les intérêts du peuple n’auront aucune priorité comme en Haïti.

La proposition de Tardieu fait purement et simplement le jeu de l’impérialisme qui se sert du parlement haïtien pour nuire au peuple frère du Venezuela.

Faut-il souligner pour l’Histoire, alors qu’il avait vingt cinq ans, Tardieu était l’auteur d’un livre titré « Embargo sur Haïti, les premières conséquences ». Lors, les masses populaires réclamaient le renforcement de l’embargo qui dans leur esprit devait punir la bourgeoisie qui avait financé le coup d’état sanglant de 1991. Tardieu, lui, n’avait pas cette perspective. Il était plutôt intéressé aux « conséquences » de l’embargo, entendez les conséquences pour la bourgeoisie.  Aujourd’hui, ce député pro-impérialiste, pro-intérêts de la bourgeoisie, travaille d’arrache-pied pour le changement de la Constitution de 1987, de façon à introduire et faciliter des lois pour le renforcement de l’emprise étrangère pour que légalement et légitimement les grandes puissances impérialistes aient toute la latitude de devenir propriétaires sur le sol Dessalinien.

La chambre des députés si elle veut se racheter et avoir bonne presse face au peuple haïtien, se doit coûte que coûte de se démarquer de cette position de classe du député qui n’est pas l’expression des intérêts des masses populaires, mais qui reflète plutôt l’ordre capitaliste des choses.

La proposition de Tardieu fait purement et simplement le jeu de l’impérialisme qui se sert du parlement haïtien pour nuire au peuple frère du Venezuela. Or, le combat du peuple vénézuélien  est celui des peuples exploités, le nôtre aussi. Nous devons le mener à ses côtés jusqu’à ce que disparaissent de la scène politique ces potentats payés, entrainés et équipés par l’Occident à l’instar d’un Salvador Laurent Lamothe, d’un Michel Martelly qui ont pillé l’État haïtien, les fonds PetroCaribe et écrasé leur peuple.

Que les peuples haïtien et vénézuélien puissent à temps se débarrasser des sanguinaires en châtiant énergiquement toux ceux qui ont versé le sang des innocents !

 

 

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY