Lancement des campagnes présidentielles !

0
443

top_front_pictureComme nous l’avions mentionné la semaine dernière, les partis politiques se sont désolidarisés avec les candidats victimes du 9 août 2015, ces derniers engagés dans un mouvement de mobilisation contre le pouvoir et le conseil électoral provisoire (CEP). Ainsi, les partis ont fomenté un coup d’état contre les candidats du « Front national pour la lutte démocratique » et le « Collectif des candidats contre le coup d’État électoral » en abandonnant la mobilisation pour rejoindre les élections présidentielles du 25 octobre prochain.

Ainsi, les manifestations du jeudi 17 et vendredi 18 septembre à Port-au Prince qui devraient partir devant l’Église Saint Jean Bosco au Boulevard Jean Jacques Dessalines pour prendre fin aux abords du siège du conseil électoral provisoire(CEP) à Pétion ville ont été converties en campagne électorale par le parti Fanmi Lavalas.

Alors que les victimes encadrées de certaines organisations populaires sans boussole leur servant de caisse de résonance continuent d’exiger l’annulation du premier tour des législatives et la démission en bloc des membres du conseil électoral provisoire(CEP), certains partis et même ceux des victimes comme le parti Fanmi Lavalas comptent tout bonnement participer à la présidentielle du 25 octobre 2015.

Dans une entrevue accordée à Radio Métropole, Maryse Narcisse la candidate du parti Fanmi Lavalas ayant été interrogée sur l’interprétation des manifs : est-ce pour forcer le CEP à annuler le scrutin du 9 août ou pour encourager les électeurs à voter en faveur de Fanmi Lavalas lors de la prochaine présidentielle ? Elle a eu beaucoup d’embarras à répondre, n’ayant finalement fait aucun commentaire ces deux pertinentes questions. « Maryse président et Aristide roi » tel était l’un des slogans des manifestants. Le directoire de Fanmi Lavalas a indiqué dans une conférence de presse, le lundi 21 septembre, la fondation Aristide, que la campagne électorale de la candidate à la présidence, Maryse Narcisse, s’ouvrira bientôt et a annoncé également 4 journées de mobilisation électoraliste pour les 24, 25, 29 et 30 septembre prochain.2

Le candidat de la plateforme politique « Konviksyon » Steeven I. Benoit , lui a débuté sa campagne à l’hôtel « Karibe Convention Center » où il a exposé les grandes lignes de son programme quinquennal.

La plateforme Pitit Dessalines qui n’a jamais rejoint les mobilisations contre les élections truquées du 9 août a, au cours d’une activité à l’occasion de l’anniversaire de naissance du fondateur de la Nation Jean-Jacques Dessalines, annoncé l’ouverture prochaine de la campagne électorale du candidat Moise Jean-Charles. La Fusion, pour sa part, dans une note pour la presse, a annoncé qu’elle fait retrait des manifestations pour s’adonner aux campagnes présidentielles comme tous les autres partis en l’occurrence Renmen Ayiti et Jude Célestin du parti Lapeh.

Me Samuel Madistin du MOPOD a lui- même annoncé l’ouverture officielle de sa campagne, le 24 septembre 2015, sur la place Phillippe Guerrier, à St Marc.

Par ailleurs, selon la Conseillère électorale Lourdes Edith Delouis , le CEP allait publier, le mardi 22 septembre 2015, les résultats définitifs des (s)élections législatives du 9 août dernier, pour 4 départements (Nord, Nord-Est, Nord-Ouest, Sud-Ouest et Grande Anse). Encore pour appuyer le processus électoral impérial, le Club de Madrid et de l’UE est dans le pays pour inculquer aux candidats des notions de civisme puisque pour eux, « le processus électoral dont le succès est essentiel pour consolider l’ordre démocratique et institutionnel a été marqué par des difficultés techniques, d’autres liées à la sélection des candidats ainsi que par des problèmes de sécurité » « La campagne n’a pas été suffisamment consacrée aux propositions concrètes des candidats concernant les priorités nationales».

Ainsi le Club de Madrid souhaite contribuer au débat en invitant les candidats à examiner ses propositions en matière de gouvernance démocratique, présentées dans un document « Recommandations aux candidats à la Présidence de la République en matière de gouvernance démocratique » telles que la réforme constitutionnelle, l’institutionnalisation des partis politiques, l’indépendance des institutions démocratiques, le renforcement de l’administration publique, l’amélioration de la gestion des finances publiques, la réforme fiscale et les relations bilatérales stratégiques avec la République dominicaine». Ce qui confirme le propos de la «regrettée» Pamela White savoir que Haïti est un pays… «souverain».

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY