L’administration Biden coupe et fuit Haïti

0
904
Les habitants évacuent Port-au-Prince, Haïti, alors que la violence des gangs continue de sévir dans la ville. (Richard Pierrin / AFP via Getty)

Après plus d’un siècle qui a saigné le pays, installé et encouragé des dictateurs corrompus et supprimé la démocratie, le gouvernement américain conseille désormais aux Américains de fuir.

Nous pourrions commencer par la liste des violations flagrantes des droits de l’homme et des massacres qui ont eu lieu en Haïti au cours des dernières semaines, mais ils sont si nombreux que le récit- de quartiers décimés, d’enfants kidnappés et tués, de massacres perpétrés, de maisons et d’entreprises brûlés, des femmes et des filles violées, des journalistes et d’autres commentateurs virulents assassinés, des biens volés, des vies détruites, des familles devenues sans abri – est devenu trop familier et même ennuyeux pour ceux qui ne regardent pas de près et qui n’ont pas d’abord vécu ce qui se passe là-bas ou par l’intermédiaire de parents et d’amis. Les mauvaises nouvelles persistantes entraînent les gens à la tragédie.

Haïti est en effet maudit, mais pas, comme le regretté Pat Robertson l’a affirmé un jour, parce que ses dirigeants révolutionnaires ont conclu « un pacte avec le diable », mais parce qu’il a un voisin au nord qui a exploité ses ressources, a créé un gouvernement haïtien qui dirige sur la corruption, a contribué à détruire l’économie agricole idiosyncratique mais viable du pays (aujourd’hui disparue depuis longtemps), et a imposé puis s’est mêlé d’élection après élection, arrachant un dirigeant populaire ici et en dévastant un autre là, tout en donnant du pouvoir aux pires, et en sapant simultanément la croyance des Haïtiens dans élections démocratiques.

Cette relation déséquilibrée et dépravée a commencé avec la révolution esclavagiste réussie d’Haïti qui a éclaté en 1791. La montée au pouvoir de la population autrefois esclave a été considérée à la fois comme un affront et une menace pour le voisin esclavagiste du nord du pays. Depuis lors, ces relations malsaines et destructrices se sont poursuivies sans relâche, le peuple haïtien étant laissé souffrir du mal provoqué par ses dirigeants et ses maîtres étrangers.

Et non, je n’exagère pas le rôle que la France puis les États-Unis ont joué dans le sort d’Haïti, et que les États-Unis en particulier jouent encore aujourd’hui. Les gens pensent : « Haïti… quel est le problème ? Pour quoi se battent les gangs et ceux qui les dirigent ? Pourquoi les États-Unis s’en soucient-ils ?

Il n’est pas surprenant qu’ils se battent pour l’argent et pour savoir qui a accès aux nombreuses façons d’en gagner. Beaucoup d’argent peut être gagné et a été gagné en contrôlant Haïti. Tout d’abord, si vous avez des relations en Haïti, vous n’êtes pas obligé de rivaliser pour obtenir des parts de marché. Ainsi, vous pouvez fournir, disons, tout le ciment du pays. Très lucratif. Par ailleurs, l’État a été presque entièrement privatisé. Vous pouvez gérer des réseaux et des fournisseurs de communications. Vous pouvez gérer le système énergétique de l’État (aujourd’hui quasiment disparu, en raison de batailles intestines et du manque de maintenance).

Si vous dirigez le gouvernement ou êtes « adjacent au gouvernement », vous pouvez facturer des taxes dans les ports et les douanes qui vont dans vos propres poches, et non dans les coffres de la nation. Idem pour les marchés quotidiens autrefois gigantesques et en roue libre du pays. Vous pouvez également importer des produits de contrebande, comme des armes et de la drogue, et exiger des frais énormes pour ce service. Vous pouvez contrôler l’exploitation minière à la campagne, notamment l’or, l’argent, le cuivre et l’iridium. Vous pouvez gérer le commerce du sucre, les brasseries ; vous pouvez gérer le système de loterie très précieux. Vous pouvez faire partie d’un système de trafic de drogue d’un cartel, qui utilise Haïti comme station de transbordement de drogues à destination des États-Unis et d’ailleurs. Vous pouvez voler les 2 milliards de dollars accumulés lorsque le Venezuela a subventionné les importations de pétrole haïtien, dont la totalité était censée servir aux programmes sociaux haïtiens mais qui a étrangement disparu – une longue histoire.

En raison de l’impasse au pouvoir créée lorsque le président Jovenel Moise a été assassiné en juillet 2021 – un meurtre macabre et bien organisé pour lequel personne en Haïti n’a encore été inculpé (bien qu’un tribunal américain ait condamné un personnage à la prison à vie) – le pouvoir Les demandeurs d’asile au sein du gouvernement et des cercles politiques et économiques se disputent le butin laissé sans surveillance. Cette compétition a mis en lumière diverses divisions au sein de la classe politique et transformé le pays en un véritable champ de bataille où les bandes armées de chaque faction rivalisent avec les autres pour l’hégémonie. Comme le dit un de mes amis haïtiens : « Les acteurs politiques ont besoin des gangs. Le problème est systémique. (En passant, les armes et les munitions arrivent principalement en Haïti via Miami, où l’embargo américain sur ce type de commerce avec Haïti n’a pas réussi à endiguer le flux.)

Au cours des deux dernières semaines, les gangs ont vidé un quartier important de Port-au-Prince, et des rumeurs inquiétantes sur les réseaux sociaux haïtiens ont rapporté que les récentes attaques intensifiées s’étendraient bientôt aux banlieues verdoyantes plus bourgeoises de la capitale. Par ailleurs, le gouvernement américain a conseillé mercredi à tous les citoyens américains de quitter le pays le plus tôt possible, allant même jusqu’à demander aux gens de réserver immédiatement leurs places sur les vols et d’être prudents aux approches de l’aéroport, en raison de l’activité des gangs et listant les compagnies aériennes avec disponibilité. Le Conseil de sécurité de l’ONU doit se réunir le 15 septembre pour examiner une résolution d’intervention en Haïti.

Tout cela a conduit les Haïtiens qui observent le scénario à supposer que la récente escalade des activités des gangs a été programmée pour influencer la réunion du Conseil de sécurité, au cours de laquelle le gouvernement haïtien, tel qu’il est, espère qu’une intervention sera approuvée. Selon cette idée, plus la violence est grave, plus l’intervention est probable. Depuis des mois, pense-t-on, c’est pour cette raison que les activités des gangs se sont intensifiées.

Une récente visite visant à évaluer la logistique d’une proposition de mini-force d’intervention dirigée par le Kenya et composée de 1 000 policiers de ce pays, une idée soutenue par les États-Unis, s’est terminée par une proposition selon laquelle les Kenyans protégeraient les aéroports, les ports, les infrastructures énergétiques et de communication, et d’autres bâtiments gouvernementaux importants, sans s’engager délibérément avec les gangs. Cependant, bon nombre des sites jugés dignes de protection sont soit déjà aux mains de gangs, soit entourés d’activités de gangs.

Naturellement, de nombreux Haïtiens qui ont souffert sous le régime des gangsters espèrent également une intervention extérieure, même si cela va à l’encontre du sentiment national en Haïti, où l’homme blanc n’est pas considéré avec respect, encore moins de crédulité, et où l’indépendance la règle extérieure est appréciée.

Les Haïtiens partent du principe qu’une intervention ne sera pas bonne pour eux, mais qu’elle sera peut-être meilleure que ce qu’ils ont actuellement, ce qui est – encore une fois, littéralement – pire que rien. Le meilleur que j’ai entendu dire par un Haïtien sur la possibilité d’une intervention étrangère est celui-ci : « Une intervention sans un véritable gouvernement de transition [c’est-à-dire, un gouvernement qui n’est pas immédiatement disqualifié par la participation du premier ministre de facto Ariel Henry et de ses conseillers] ne fera que consolider et légitimer le gouvernement actuel. Les gangs se replieront temporairement, prêts à contrôler les électeurs le moment venu.

Pour Haïti, la présidence Biden a été un échec total. Un président qui, dans les années 1990, avait déclaré à l’animateur de talk-show Charlie Rose que cela n’aurait pas d’importance si Haïti (et par déduction, tous les Haïtiens) disparaissait sous la mer semble avoir poursuivi cette ligne de pensée. Au cours de sa première année en tant que président, Biden a expulsé plus de 20 000 réfugiés haïtiens, soit plus que les trois présidents réunis avant lui. Les vols d’expulsion ont diminué en 2023, bien que l’administration ait renvoyé 55 Haïtiens vers Haïti en août, malgré un avis d’interdiction de voyager du Département d’État à l’intention des citoyens américains.

Dans le même temps, l’administration Biden a proposé un programme d’immigration spécial aux Haïtiens (appelé « libération conditionnelle humanitaire », pour une raison quelconque), ainsi qu’aux Cubains, aux Nicaraguayens et aux Vénézuéliens – le choix des pays autorisés à y participer est éclairant. Un passeport haïtien, un sponsor américain et une vérification des antécédents sont requis, et si ces conditions préalables sont remplies, un certain nombre d’Haïtiens seront autorisés à venir aux États-Unis pour une période de deux ans « pour des raisons humanitaires urgentes ou pour un intérêt public important ». »

De toute évidence, ces exigences limitent le type d’Haïtiens susceptibles de recourir au programme, tout en exacerbant la fuite des cerveaux qu’Haïti a constamment connue au cours de la dernière décennie, due à une mauvaise gestion haïtienne soutenue et dominée par les États-Unis. En outre, de nombreux policiers haïtiens dont la présence est cruellement nécessaire à Port-au-Prince et ailleurs pour lutter contre le régime des gangs ont déjà profité de l’occasion pour quitter le pays dans le cadre du programme spécial de Biden. Les 11,5 millions d’habitants restants d’Haïti sont livrés à eux-mêmes. (Ce programme fait également l’objet de la colère anti-immigration du GOP, et son sort pourrait bien être décidé par un tribunal du Texas, dans une affaire qui sera jugée cette semaine.)

Ce qui est certain, c’est que beaucoup plus de personnes mourront alors qu’Haïti attend trois résultats possibles après la prochaine réunion du Conseil de sécurité de l’ONU :

  1. Une intervention sanctionnée par les États-Unis et l’ONU qui tentera de stopper les déprédations des gangs au moins momentanément, pendant que les préparatifs pour des élections simulées se poursuivent. Ou…
  2. La fin du soutien américain et onusien au Premier ministre de facto et l’arrivée au pouvoir d’un gouvernement intérimaire démocratique soutenu par des acteurs internationaux, ce qui pourrait conduire à des élections équitables. Ou…
  3. (De loin le plus probable) : Rien.

Suivie par une nouvelle destruction de la culture, des infrastructures et de la population d’Haïti. Et de la nation elle-même, tandis que le monde regarde – non pas avec horreur et consternation, mais avec un dégoût acquiescé.

 

*Amy Wilentz, rédactrice en chef de Nation et membre du Guggenheim, est l’auteur de The Rainy Season: Haiti Since Duvalier ; Adieu, Fred Voodoo : Une lettre d’Haïti ; et le roman Martyrs’ Crossing ; entre autres livres. Elle enseigne le journalisme littéraire à l’Université de Californie à Irvine.

 

The Nation 1er Septembre 2023

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here