Pourquoi l’armée canadienne s’est opposée à l’intervention de Washington en Haïti

0
1043
Forces spéciales canadiennes à l'aéroport de Port-au-Prince après le renversement d'Aristide le 29 février 2004.

L’armée canadienne ne veut pas des missions excédentaires de l’Empire américain. Ils veulent jouer avec les grands ; ils veulent des déploiements « sérieux ». Le problème est que ceux qui dirigent l’empire veulent qu’ils aillent en Haïti.

Dans un article expliquant pourquoi Anita Anand a été démis de ses fonctions de ministre de la Défense lors du récent remaniement ministériel, le journaliste de Ottawa Citizen, David Pugliese, a confirmé que l’armée canadienne avait mis le dernier poignard dans le cercueil de la tentative de Washington pour que le Canada dirige une mission en Haïti. Le bureau du premier ministre étant disposé à poursuivre les discussions sur le sujet, le chef d’état-major de la Défense, Wayne Eyre, a déclaré à Reuters que l’armée n’avait pas la capacité d’effectuer une mission en Haïti quelques jours avant que le président Joe Biden n’insiste sur le sujet lors d’une visite à Ottawa en mars.

Selon Pugliese, « les initiés de la défense disent en privé que les Américains étaient furieux que leur demande ait été rejetée ». (Anand s’est apparemment rangé du côté des dirigeants militaires sur Haïti et a poussé à une forte augmentation des dépenses de « défense », au grand dam du bureau du Premier ministre.)

À première vue, la décision d’Eyre semble contredire l’idée selon laquelle l’armée canadienne est l’une des plus pro-américaines du Canada, mais ce n’est pas vraiment le cas. La résistance à la mission en Haïti reflète la puissance de l’institution ainsi que ses relations complexes avec l’impérialisme américain, le maintien de la paix et la nation des Caraïbes.

Bien que proches de leurs homologues américaines, les militaires canadiens ne veulent pas des missions secondaires de Washington. Ils veulent des déploiements agressifs, plus voyants, axés sur l’OTAN (ou sur la Chine). Les tensions au sein et entre les appareils militaires et de politique étrangère au sujet des déploiements de l’ONU et de l’OTAN existent depuis longtemps. L’armée canadienne a participé à des missions de l’ONU grossièrement impérialistes, incitées par les États-Unis, comme aider à l’assassinat de Patrice Lumumba et au renversement de Jean-Bertrand Aristide. Bien que plus bénigne, la mission de maintien de la paix la plus célèbre du Canada en Égypte en 1956 a été initiée par Washington (pour dissimuler les divisions au sein de l’OTAN à propos de l’invasion britannique, française et israélienne). Mais l’armée canadienne préfère généralement les missions de puissance dure.

Dans les années 2000, l’armée considérait l’Afghanistan comme un moyen d’affirmer sa bonne foi en matière de guerre. Comme l’a déclaré le chef d’état-major de la Défense, Rick Hillier : « Nous allons en Afghanistan pour éliminer ceux qui tentent de faire exploser des hommes et des femmes… nous ne sommes pas la fonction publique du Canada, nous ne sommes pas simplement un autre ministère… Nous sommes les Forces canadiennes et notre travail consiste à être capable de tuer des gens. »

En d’autres termes, alors que l’armée veut des missions de guerre « glorieuses », Ottawa et Washington veulent une force qui remplisse également d’autres fonctions, comme celle de maintenir l’ordre dans les parties « moins importantes » de l’empire.

Un an après qu’Ottawa ait officiellement refusé de se joindre à la « coalition des volontaires » de l’administration George W. Bush – les troupes canadiennes ont en fait participé de plusieurs façons à l’invasion de l’Irak en 2003 – 500 Canadiens ont envahi Haïti pour aider à renverser Aristide et des milliers d’autres élus. L’ancien ministre des Affaires étrangères Bill Graham a expliqué : « Le point de vue des Affaires étrangères était qu’il y avait une limite à ce que nous pouvons constamment dire non aux maîtres politiques de Washington. Tout ce que nous avions, c’était l’Afghanistan à saluer. Dans tous les autres dossiers, nous étions hors-jeu. Finalement, nous nous sommes ralliés à Haïti, nous avons donc eu une autre flèche dans notre carquois. »

Alors que les troupes américaines et françaises se sont retirées lorsque la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH) a été créée trois mois plus tard, les soldats canadiens sont restés six mois. Par la suite, les Canadiens ont accédé à des postes d’autorité au sein de la MINUSTAH et le Canada a dirigé la partie policière de 1 500 personnes de la force de l’ONU.

Haïti a été à plusieurs reprises un site d’échanges impériaux entre les États-Unis et le Canada. Au milieu des années 1990, Washington a pressé Ottawa de former l’épine dorsale de la force de l’ONU chargée de professionnaliser l’armée haïtienne et de créer une force de police distincte. Lors du sommet de l’OTAN de 1996, le premier ministre Jean Chrétien a été filmé dans un microphone ouvert en train de dire : « il [les États-Unis] Le président Bill Clinton] se rend en Haïti avec des soldats. L’année suivante, le Congrès ne lui permet pas d’y retourner. Alors il me téléphone. D’accord, j’envoie mes soldats, et ensuite je demande quelque chose en retour. »

Il faut être prudent lorsqu’on refuse une demande du Parrain. Mais même s’il n’a pas annoncé de troupes, le gouvernement Trudeau a soutenu les efforts de Washington en faveur d’une intervention en Haïti. Ottawa a pressé les pays des Caraïbes d’intervenir, ce qui a incité la Jamaïque et les Bahamas à s’engager. Récemment, Ottawa a cherché à convaincre Paul Kagame de déployer des forces rwandaises, et le Kenya a annoncé qu’il enverrait 1 000 policiers pour diriger une force multinationale. Ottawa a travaillé en étroite collaboration avec le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, sur Haïti. Dans une lettre de 12 pages adressée au Conseil de sécurité publiée le 15 août, António Guterres a appelé à la création d’une force multinationale comprenant « des forces spéciales de police et des unités de soutien militaire » pour combattre les gangs.

Comme le professeur haïtiano-américain Jemima Pierre l’a souligné sur Twitter : « Un autre pays a-t-il été envahi en raison d’un problème de gangs ? » Une cinquantaine de groupes haïtiens ont récemment appelé l’Union africaine à s’opposer à toute intervention étrangère. Beaucoup ont également fait appel à la Russie et à la Chine, qui disposent de leur droit de veto, pour s’opposer à une résolution du Conseil de sécurité approuvant une mission de l’ONU.

Même si un déploiement majeur semble peu probable, il est toujours possible qu’un nouveau ministre de la Défense envoie un petit contingent de Canadiens en Haïti. Il faudrait s’y opposer.

 

 

Cet article a été publié pour la première fois sur le site d’Yves Engler.

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here