La promesse de 30 000 visas est-elle un cheval de Troie ?

1
1246
Cette nouvelle politique migratoire est une création ingénieuse du « laboratoire » contre les pays d'Amérique latine qui représentent les plus grandes menaces de première ligne pour l'empire américain : Cuba, Venezuela, Nicaragua... et Haïti.

(English)

«L‘homme bien nourri dit : la mangue est pourrie », dit un proverbe haïtien. « L’homme affamé lui répond : laisse-moi voir ».

Cette sagesse m’est venue à l’esprit cette semaine alors que Washington faisait miroiter une petite carotte tout en saisissant un bâton beaucoup plus gros dans le but d’endiguer la vague croissante d’Haïtiens fuyant la pauvreté et la violence dans leur pays.

Des milliers d’Haïtiens ont commencé à appeler leurs amis et les membres de leur famille aux États-Unis, dans l’espoir de trouver un sponsor pour le nouveau « Programme de libération conditionnelle CHNV », qui leur permettrait de vivre et de travailler aux États-Unis pendant à peine deux ans.

Le 5 janvier, l’administration Biden a annoncé que les États-Unis étendraient le programme de libération conditionnelle (auparavant offert uniquement aux migrants du Venezuela) à 30 000 aspirants de Cuba, du Nicaragua et d’Haïti. Toute personne entrée illégalement au Mexique, au Panama ou aux États-Unis après le 9 janvier 2023 n’est pas éligible.

Dans le même temps, l’administration Biden a doublé son engagement à continuer d’appliquer le titre 42, une politique anti-COVID mandatée par le CDC qu’elle invoque pour expulser et bloquer des dizaines de milliers de demandeurs d’asile chaque année au motif qu’ils représentent un risque « problème de santé publique ». Le 27 décembre 2022, la Cour suprême des États-Unis a statué 5 contre 4 pour permettre à la loi de l’ère Trump de rester en vigueur.

Les expulsions du titre 42 vont maintenant augmenter, le Mexique acceptant d’accepter les Haïtiens expulsés, ainsi que les Cubains et les Nicaraguayens. Auparavant, le gouvernement mexicain n’avait accepté que le retour de ses propres ressortissants et migrants du Guatemala, du Honduras et du Salvador.

En Haïti, suite à l’annonce du « Programme de libération conditionnelle CHNV » les gens se sont empressés pour produire leur demande de passeport au Service de l’Immigration et de l’Emigration.

Désormais, les États-Unis commenceront à expulser mensuellement jusqu’à 30 000 migrants de Cuba, d’Haïti, du Venezuela et du Nicaragua vers le Mexique, tout en permettant à 30 000 de ces pays de postuler pour vivre et travailler aux États-Unis pendant deux ans. Les demandes d’asile sont actuellement la seule exception au titre 42.

Dans le cadre du programme de libération conditionnelle, les migrants doivent avoir un parrain légal aux États-Unis et subir une «vérification des antécédents» vigoureuse. Cela oblige également les migrants à planifier une heure pour entrer aux États-Unis via un point d’entrée légal via l’application CBP One. Un raz-de-marée de candidats a maintenu l’application et le site Web connectés presque perpétuellement en panne.

Des haïtiens flanqués d’un drapeau de la Russie protestent devant l’ambassade des Etats-Unis en Haïti

Les parrains peuvent être ceux qui ont le statut de protection temporaire (TPS), la libération conditionnelle, l’action différée, le statut d’asile ou de réfugié, la résidence permanente ou la citoyenneté américaine, et ils peuvent être n’importe quel parent, ami, pasteur ou groupe de personnes, comme plusieurs parents ou amis ou des collègues, ou une entreprise ou une organisation religieuse ou autre qui peuvent prouver qu’ils peuvent soutenir financièrement les bénéficiaires pendant la période de libération conditionnelle de deux ans. Les personnes qui ont obtenu l’asile peuvent être parrains, mais les demandeurs d’asile avec des affaires en cours ne le peuvent pas. Les personnes ne peuvent pas être parrains si elles n’ont pas encore obtenu le TPS initial.

La nouvelle politique est une création ingénieuse du « laboratoire », comme le président Jean-Bertrand Aristide avait l’habitude d’appeler le complexe de gestion des néocolonies de Washington.

Des manifestants haïtiens munis d’un drapeau de la Russie

Le programme de libération conditionnelle du CHNV est dirigé contre les pays d’Amérique latine qui représentent les plus grandes menaces de première ligne pour l’empire américain : Cuba, le Venezuela, le Nicaragua… et Haïti.

Pour les trois premiers, dirigés par des gouvernements anti-impérialistes, c’est un moyen de saper leurs révolutions en siphonnant leurs esprits les plus brillants et leurs plus grands talents.

Dans le cas d’Haïti, peuplé de masses anti-impérialistes qui portent des drapeaux russes et chinois dans leurs manifestations pour montrer leur mépris pour Washington, c’est une façon de saigner les dirigeants révolutionnaires (tout comme le Programme intégré pour le renforcement de la démocratie – PIRED – lors du coup d’Etat de 1991-1994), servent d’excuse à l’interception brutale et illégale de “boat-people” en haute mer (comme les 83 capturés au large de la Floride cette semaine), poursuit le quotidien transport aérien des Haïtiens sans papiers déjà aux États-Unis vers Haïti, et saper les arguments des avocats et des défenseurs appelant à une politique d’immigration humaine.

C’est vraiment une épée à double tranchant, servant à la fois l’attaque contre trois gouvernements anti-impérialistes d’avant-garde et la défense contre le raz de marée humain créé par les politiques néolibérales américaines et l’ingénierie politique en Haïti.

À El Paso, le président Joe Biden adopte la politique frontalière de Trump

La carotte que Washington a fait miroiter aux Haïtiens est très chétive. Les questions ne manquent pas. Les libérés conditionnels sont-ils renvoyés en Haïti après deux ans ? Sont-ils éligibles au Statut de Protection Temporaire (TPS) ? Pour la résidence ? Pour l’asile politique ? Combien de temps faut-il attendre une réponse après avoir postulé ? Combien de temps avant de voyager aux États-Unis ? Peut-on postuler plus d’une fois avec différents sponsors ? Quels sont les paramètres et la profondeur des vérifications des antécédents ? Cela implique-t-il un examen politique ? Quelles sont les obligations des parrains des libérés conditionnels pendant et surtout après deux ans ?

Père Réginald Jean-Mary de l’église catholique Notre Dame d’Haïti à Miami

Le fougueux père Réginald Jean-Mary de l’église catholique Notre Dame d’Haïti à Miami l’a résumé dans un sermon émouvant du 8 janvier :

Aujourd’hui, ils nous insultent. Ils offrent un visa qui rend fous tous les Haïtiens, toutes les familles. C’est un stratagème. Dites au président (Biden) que j’ai dit “C’est faux”. Ça n’est pas correct. Ce n’est pas ainsi que vous traitez une nation. Nous avons besoin de sécurité dans notre pays. Nous avons besoin de paix. Nous n’avons pas besoin de ce visa. Nous ne savons même pas combien de personnes recevront ce visa. Tous les amis et les familles sont divisés. Si vous ne postulez pas pour un ami, il vous détestera. Combien d’appels avez-vous reçu chez vous ? Combien d’amis vous ont appelé en disant “Appliquez pour moi s’il vous plaît”. Tout le monde en Haïti a dans la tête qu’ils viennent maintenant aux États-Unis. Et nous savons que c’est un mensonge. Aujourd’hui, tout le monde devient fou. Une bande de charlatans sur Facebook disent « viens à moi, viens à moi, je vais postuler pour toi ». Vous paierez 500 $. S’il obtient 1 000 personnes à 500 $, il gagne un demi-million de dollars avec des gens pauvres comme lui. Tous nos enfants nous sucent à sec. Ce n’est pas ce dont nous avons besoin des États-Unis, juste pour qu’ils nous empêchent de naviguer vers Key West, ils essaient de nous calmer en disant qu’ils nous donneront un visa. Tous les Haïtiens courent après le Père Noël, courent après les visas… Ce n’est pas ce dont nous avons besoin… Combien de personnes obtiendront ce visa ? Arrêtez d’être un imbécile dans ce monde.

Haïti, en effet, a des problèmes dramatiques mais les a surmontés auparavant. Le « CHNV Parole Program » est une tentative d’éloigner les Haïtiens des idées et des efforts révolutionnaires avec de fausses promesses. Beaucoup résisteront au chant des sirènes de Washington, mais beaucoup succomberont également et mordront à l’hameçon. Comme l’a écrit le grand auteur socialiste du XXe siècle H.G. Wells : « La faim rend l’homme idiot ».

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here