La mémoire au service des luttes : Révoltes de captifs sur les bateaux négriers

0
107

Il y a 232 ans, le 26 décembre 1788, les captifs de « l’Augustine de Nantes », un bateau négrier français de 55 tonneaux parti de Nantes le 25 juin, se révoltent, s’emparent du bâtiment et s’évadent. 

La révolte éclate alors qu’une partie de l’équipage est à terre, au Mayombe, à l’embouchure du fleuve Congo au Gabon. Les esclaves au nombre de 40 s’emparent alors d’un coffre d’armes et attaquent les hommes de l’équipage encore à bord. Deux des marins esclavagistes sont tués et 5 s’échappent à l’aide d’un canot. Une fois maîtres du bateau, les insurgés lèvent l’ancre et s’enfuient. Le navire ne sera jamais retrouvé. 

Cette révolte n’est qu’un exemple parmi d’autres de la résistance des esclaves. Certains historiens parlent de centaines révoltes. Citons en six :

1751 : Au moment de son départ, le Willingmind, battant pavillon britannique, qui était au mouillage sur un fleuve de Sierra Leone, est pris et incendié par les captifs qui regagnent les côtes.

1767 : Après 4 jours de navigation, les déportés du navire britannique L’Industry, destinés à être vendus en Caroline, massacrent l’équipage, prennent le bâtiment et remettent le cap sur l’Afrique. Ils réussissent à échouer le bateau et à regagner le rivage de Sierra Leone.

1769 : Alertés par les coups de feu tirés à bord du Nancy de Liverpool, qui vient de lever l’ancre, signal de la révolte, des Africains de New Calabar (Nigeria) partent en pirogue porter secours aux déportés. La lutte est victorieuse et les déportés regagnent le continent.

1770 : L’Ave Maria, en partance pour la Guadeloupe, est pris d’assaut par des Africains du littoral qui libèrent les captifs et épargnent la vie de l’équipage.

1771 : Le Nécessaire de La Rochelle est pris par les 52 déportés. Après avoir vaincu l’équipage, ils mettent le cap sur l’archipel des Bijagos où ils échouent le bâtiment, à l’embouchure du Rio Geba (Guinée-Bissau).

1780 : Les côtes de Guyane étant en vue, 200 déportés prennent le contrôle du bateau hollandais La Vigilantie, tuent les marins et gagnent le rivage à la nage avant de se fondre dans la nature. 
La résistance n’a jamais cessé. 

Texte : FUIQP (Modifications et ajouts ASV)

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY