La bataille du terminal de Varreux

0
683
Les combats ont eu lieu entre le FRG-9 et la Police nationale d'Haïti (PNH). De nombreuses personnes ont été victimes au sein de la population.

(English)

La désinformation entourant les événements de la semaine dernière au terminal pétrolier de Varreux à Port-au-Prince a été assez remarquable, même pour Haïti, qui manque rarement de contrevérité.

Varreux, comme on l’appelle communément, est coincé entre deux grands bidonvilles abandonnés – La Saline et Cité Soleil – qui sont largement contrôlés par les “Forces révolutionnaires de la famille G9” (FRG-9), une fédération de groupes armés qui ont érigé des barricades devant les portes de l’usine en solidarité avec un mouvement de masse à l’échelle nationale appelant  au Premier ministre de facto  Ariel Henry à annuler la hausse des prix du carburant pris au mois de Septembre dernier ou à démissionner.

Le terminal se compose de 21 réservoirs de stockage de pétrole à travers lesquels environ 70% du carburant d’Haïti circule.

Le terminal de Varreux

Tout d’abord, il y avait des rumeurs selon lesquelles le FRG-9 avait retiré ses barricades à la fin octobre ou qu’il volait et vendait du gaz à l’intérieur du terminal. Ensuite, il y avait l’accusation déroutante selon laquelle le gouvernement d’Henry avait en quelque sorte chargé le FRG-9 de placer ses barricades à l’extérieur de l’usine pour fournir un prétexte à une intervention militaire étrangère.

Toutes ces rumeurs ont été démenties par des combats réguliers autour des portes des usines entre le FRG-9 et la Police nationale d’Haïti (PNH), qui ont fait “de nombreuses victimes”, selon Jimmy “Barbecue” Cherizier, le porte-parole du FRG-9.

« Beaucoup d’hommes, de femmes et d’enfants ont été victimes de coups de feu pendant les combats », a déclaré Cherizier à Haïti Liberté et Redacted dans une longue interview. « Certains sont morts à l’hôpital, d’autres sur les lieux. Et le pire dans tout ça, les véhicules blindés [de la PNH] se sont positionnés dans l’entrée où les gens sont morts, ce qui ne nous a pas permis d’envoyer ces victimes à la morgue. Lorsque leurs corps ont commencé à se décomposer, nous avons dû les récupérer, les mettre dans un cercueil et les enterrer ».

Des policiers à Varreux

La bataille féroce finale pour le contrôle de Varreux a eu lieu le jeudi 3 novembre, lorsque la police, utilisant de nouveaux véhicules blindés du Canada et des États-Unis livrés le 15 octobre, est entrée dans le terminal. Le matin du 4 novembre, Cherizier a déclaré à Haïti Liberté que le FRG-9 avait l’intention d’empêcher les camions-citernes de gaz de quitter le terminal. « Il est vrai qu’ils sont à l’intérieur du terminal et contrôlent Varreux, mais nous avons pris position à l’extérieur des portes et continuerons d’arrêter le trafic jusqu’à ce que notre demande initiale soit satisfaite que le prix soit abaissé à ce qu’il était ou qu’Henry démissionne », a-t-il déclaré.

Plus tard dans la journée, CNN a publié un article qui impliquait que l’usine n’avait pas été perdue dans une bataille mais simplement remise au gouvernement de facto après deux semaines de négociations.

Le rapport du journaliste haïtien Étant Dupain, un farouche opposant au FRG-9, était basé sur une interview du politicien Dr. Harrison Ernest, fondateur et chef du parti Konstwi Lavi.

« J’ai parlé à Barbeque [sic] et je lui ai dit de quitter le terminal parce que les enfants devaient retourner à l’école », a déclaré Ernest à Dupain. « Et nous avons exhorté le gouvernement à faire sa part pour s’assurer qu’il y a du carburant et le carburant nécessaire pour atteindre le client ».

Jimmy Chérizier du G9 dans une interview après sa conférence de presse le 6 novembre 2022. Photo: Dan Cohen

« Harrison nous a trahis, on a eu un couteau dans le dos », raconte Cherizier, qui a grandi avec le médecin, de quelques années son aîné, à Delmas 6 et a été son chef de la sécurité quand Ernest était directeur de la Radio Télévision Nationale d’Haïti (RTNH) en 2014. « Dans la bataille que nous menons, à aucun moment nous ne nous sommes assis ou négocions avec Ariel Henry ni ne l’avons envoyé négocier pour nous ».

En tant qu’ami, Cherizier avait l’habitude de demander conseil à Ernest lors de la préparation d’une conférence de presse FRG-9. « Il a profité de notre amitié et de la confiance que nous avions en lui pour aller s’asseoir avec Ariel Henry… [et] a utilisé le nom du G9 pour négocier », a-t-il déclaré à Haïti Liberté. « Je ne sais pas ce qu’il a négocié avec Ariel Henry, si c’était pour un travail, ou de l’argent, ou un [poste] de directeur général . Mais pas en notre nom » !

Cherizier a catégoriquement nié qu’Ernest ait jamais agi en tant que “pont ou médiateur” pour le FRG-9, mais il a admis que la fédération envisageait une retraite.

Dr Harrison Ernest, fondateur et chef du parti Konstwi Lavi.

« Vous avez vu les photos que je vous ai envoyées des personnes qui ont été tuées » dans les combats, a déclaré Cherizier à Haïti Liberté. « En ce moment, nous étudions quelle stratégie utiliser avec quelle force nous avons, car lorsque vous vous battez, vous devez calculer la force dont vous disposez », a-t-il déclaré. « Nous étudions si nous avons assez de force pour empêcher le gaz de sortir [du terminal]. Si nous voyons que nous n’avons pas assez de force pour les arrêter, nous devrons battre en retraite ».

Deux jours plus tard, Cherizier a tenu une conférence de presse à La Saline où il a annoncé publiquement, en substance, que le FRG-9 avait été contraint de battre en retraite.

« Nous [FRG-9] demandons à tous les camionneurs et à toutes les personnes impliquées dans la question du gaz de prendre toutes les mesures pour permettre la distribution du gaz aux pompes », a-t-il déclaré en lisant une déclaration. “Nous n’avons jamais négocié ni envoyé personne pour négocier avec Ariel Henry. Nous avons pris cette décision entre nous pour permettre au gaz de circuler, et nous voulons que les gens sachent que ce n’est pas une décision que nous avons prise parce que nous avons négocié quoi que ce soit avec Ariel Henry ».

Malgré la décision du FRG-9 de se retirer de la tenue de Varreux, la bataille s’est poursuivie pendant le week-end. Dans l’après-midi du samedi 5 novembre, de violentes fusillades ont éclaté pendant des heures à Cité Soleil.

La conférence de presse de Jimmy Chérizier à La Saline le 6 novembre 2022. Photo: Kim Ives/Haiti Liberté

Cherizier a expliqué ce qui s’est passé : « Après une réunion où Rose Milard Petit-Frère, l’ancienne maire de l’Arcahaie, a envoyé de l’argent à Ti Gabriel dans le quartier de Brooklyn à Cité Soleil, qui est [contrôlé par la fédération des gangs criminels appelée] G-Pèp, pour acheter des balles, des fusils et de nous attaquer. Ils ont aussi utilisé la police, car Ariel Henry est le chef du CSPN [Conseil suprême de la police nationale]. Comme Iscard et Mathias sont à Cité Soleil pour représenter le G9, ils ont utilisé la police pour attaquer ces gars-là, et au moment où la police les attaquait en face, Ti Gabriel les attaquait par derrière… Gabriel attaquait Iscard, et les policiers attaquaient Belekou [un quartier de Cité Soleil], ils ont détruit avec des bulldozers beaucoup de maisons de pauvres gens. Lorsque nous avons appris cela, le G9 a dû envoyer des renforts à ses membres en difficulté ».

En somme, le FRG-9 a de nouveau été incapable de déloger Ariel Henry du pouvoir par son blocus de Varreux, tout comme il a échoué dans une tentative similaire l’année dernière. Mais maintenant, la balle est revenue dans le camp de Washington et d’Ariel Henry, qui ont augmenté le prix de l’essence en septembre de 250 gourdes (2,10 $) à 670 gourdes (5,60 $) le gallon.

« Est-ce que les gens vont accepter d’acheter du gaz à ce prix ? » Cherizier a demandé dans une interview après sa conférence de presse. « Nous allons observer la réaction des gens… Mais pour que certains arrêtent de nous blâmer et de mentir sur nous, nous avons décidé… de croiser les bras… et de voir comment vont faire les gens, s’ils vont accepter cela ».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here