Jamaïque va demander une compensation à Elizabeth II et au Royaume-Uni pour la traite des esclaves

0
204
Olivia Grange, la ministre jamaïcaine des Sports, de la Jeunesse et de la Culture

 Le gouvernement du territoire caribéen de la Jamaïque envisage de demander au Royaume-Uni une compensation pour la traite négrière qui a duré des siècles, un chiffre qui pourrait atteindre des milliards de dollars.

 

Les médias locaux ont recueilli ce mercredi des déclarations de la ministre jamaïcaine des Sports, de la Jeunesse et de la Culture, Olivia Grange, dans lesquelles elle anticipe que l’exécutif de Kingston envisage de demander cette compensation à Londres, afin de réparer ce que les près de 600 000 Africains ont souffert qui ont été pris dans leur pays.

L’île sous souveraineté de l’Espagne à partir de 1494 passa sous le contrôle des Anglais en 1655, date à partir de laquelle se développa une traite négrière destinée à travailler dans les plantations de canne à sucre et autres cultures.

Grange a déclaré que la Jamaïque attend la justice pour réparer les dommages subis par ses ancêtres.

Tirés par la force

 « Nos ancêtres africains ont été expulsés de force de leur foyer et ont subi des atrocités sans précédent pour effectuer des travaux forcés au profit de l’Empire britannique », a-t-elle dénoncé.

La Jamaïque, colonie britannique jusqu’à son indépendance en 1962, est un pays d’environ 3 millions d’habitants dans lequel le monarque du Royaume-Uni est le chef de l’État, représenté par un gouverneur général.

Bien que le Royaume-Uni ait interdit la traite des esclaves en 1807, il n’a formellement aboli cette pratique qu’en 1834. À la fin de l’esclavage, le gouvernement britannique indemnisa les propriétaires d’esclaves.

Réclamation de 10 000 millions de dollars

 Les propos de Grange prennent comme référence la réclamation du législateur jamaïcain Mike Henry, qui a fixé l’indemnisation au Royaume-Uni à 10 milliards de dollars, sur la base, en échange, de ce que Londres a autrefois payé aux propriétaires d’esclaves pour mettre fin à cette pratique.

Grange n’a cependant pas donné de chiffre qui se rapprocherait du chiffre requis par le Royaume-Uni. Le processus nécessite désormais l’approbation du Conseil national des réparations avant que le procureur général ne l’envoie à la reine Elizabeth d’Angleterre.

La pétition coïncide également avec les efforts croissants de certains secteurs sociaux en Jamaïque pour rompre les liens formels avec le Royaume-Uni. 

Motion contre le monarque britannique

 Le législateur de l’opposition Mikael Phillips a déposé une motion en décembre pour révoquer le monarque britannique à la tête de l’État jamaïcain.

La Première ministre de la Barbade, Mia Mottley, avait déjà demandé aux pays européens et aux États-Unis en juillet 2020 un plan de réhabilitation économique pour les pays des Caraïbes en compensation des dommages subis par l’esclavage et le colonialisme que la région a subis pendant des siècles.

Mottley a ainsi souligné la revendication historique des pays de la Communauté des Caraïbes (Caricom) de réparations économiques pour la traite transatlantique des esclaves.

Mottley a noté qu’en conséquence directe des conséquences de la traite des esclaves et de la colonisation, la région était désormais l’un des endroits les plus endettés au monde.

Par conséquent, elle  a appelé à un plan de redressement économique avec des fonds de la Grande-Bretagne, de la France, des Pays-Bas et des États-Unis pour corriger le déséquilibre, car des sommes importantes de richesse dans la région ont été utilisées pour construire ces pays, comme cela a été dénoncé.

Le 17 juin 2020, le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies a exhorté les pays à faire face à l’héritage de l’esclavage et du colonialisme, y compris des excuses formelles et des réparations sous diverses formes. 

 

Résumé latino-américain 16 juillet 2021

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY