Grève générale pour la démocratie au Myanmar

0
164
Manifestation populaire contre le coup d’Etat militaire au Myanmar

Le lundi 22 février, 2021 une grève nationale a eu lieu au Myanmar pour protester contre le coup d’état militaire. Des centaines de milliers de personnes ont répondu favorablement à l’appel de la Fédération des travailleurs industriels du Myanmar (IWFM) pour la grève baptisée : « grève des cinq deux » en référence à ce lundi 2 -02-2021. 

La population en l’occurrence des membres de partis politiques, de mouvements d’étudiants, des syndicats, des d’organisations d’agriculteurs, pour ne citer que ceux ont bravé les menaces de l’armée et se sont descendues héroïquement dans les rues de Rangoun, Mandalay, Naypyitaw et Pyinmana, avec des pancartes et les drapeaux de la Fédération des travailleurs de l’industrie du Myanmar aux cris répétés de : « Nous exigeons la démocratie”, “Libérez nos dirigeants” et “Libérez Aung San Suu Kyi »

Rappelons qu’à ce jour, plus de 100 parlementaires élus et titulaires des principaux ministères, dont Aung San Suu Kyi, ont été arrêtés et emprisonnés par les militaires.

Les manifestants ont également demandé la fin du régime militaire et de nombreuses entreprises en solidarité avec les masses populaires et le mouvement pour la démocratie ont chômé ce jour des « cinq deux)

Au Myanmar, des travailleuses et travailleurs debout pour la démocratie

Dans un discours en la circonstance le président du syndicat Khaing Zar a éloquemment déclaré « C’est une bataille pour la démocratie. Nous devons comprendre que sous un régime militaire, il n’y a pas de droits pour les travailleurs et travailleuses, ni de droits de l’homme. Tout le monde vivra dans la peur et le stress, aucune plainte ou protestation de la part des travailleurs et travailleuses ne sera plus tolérée. Avant 2010, les travailleurs et travailleuses vivaient avec des salaires bas et de longs temps de travail, ne pouvant avoir que ce que leurs employeurs leur donnaient, sans aucune garantie de salaire minimum et de sécurité sociale. Si la dictature revient, les investisseurs quitteront le pays, de nombreuses personnes seront sans emploi. » 

Valter Sanches Secrétaire général d’IndustriALL Global Union, dans un message de solidarité aux travailleurs a indiqué : « Nous sommes solidaires de nos camarades du Myanmar dans leur lutte pour rétablir la démocratie dans leur pays. IndustriALL continuera à apporter le soutien nécessaire aux travailleurs et travailleuses ainsi qu’à leurs syndicats, qui jouent un rôle important dans la lutte contre les militaires. »

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY