Examens officiels sur fond d’insécurité

0
115
En dépit du vent de l'insécurité qui n'arrête pas de souffler, les deux premières journées d'examens officiels de la 9e année fondamentale n'ont pas été perturbées.

Cette semaine les élèves de la 9e année fondamentale sont, du lundi 20 juin au mercredi 22 juin 2022, soumis aux épreuves d’examens officiels. En effet, 201 280 élèves issus de 7 491 écoles étaient attendus et plus de 10 000 personnels ont été déployés dans les 930 centres d’examens sur tout le territoire national.

La première journée du lundi des candidats qui composaient en communication française et en sciences expérimentales n’a pas été perturbée selon les informations communiquées par le Bureau national des examens d’État (BUNEXE), sauf à Tabarre, Torcelle, Santo et ses environs où des rafales d’armes automatiques ont été entendues, tôt dans la matinée forçant les élèves à rester chez eux.

La deuxième journée du mardi 21 juin s’est bien déroulée. Le ministre de l’Éducation Nationale Nesmy Manigat en avait profité pour rendre visite au Lycée national de Pétion-Ville, l’un des centres d’examens.

Le ministre de l’Éducation Nationale Nesmy Manigat

Selon les déclarations du Ministre Manigat, les candidats de la 9e Année Fondamentale dont les épreuves ont été ajournées en raison de conflits armés dans certaines zones particulièrement Pernier et Torcelle subiront les épreuves soit jeudi ou vendredi prochain grâce à la création du Centre permanent d’évaluation. Le Ministère va confirmer la date précise pour la reprise des examens dans ces zones-là.

Par ailleurs, des déplacés internes dans des zones rouges d’insécurité ont subi l’épreuve dans des centres d’examens situés dans leur zone d’accueil.

Le ministre Manigat estime que cette année académique 2021-2022 est réussie pour la majorité des écoles de la République qui parviennent, en dépit du vent de l’insécurité qui n’arrête pas de souffler, à boucler le programme. « C’est une bonne année scolaire même si l’on connaît quand même quelques embuches. Cette année par rapport aux trois dernières années, le ministère ne se trouvait pas dans une situation pour intervenir avec un programme à compétence minimale »

Nous espérons que la dernière journée du mercredi 22 continue sur la même lancée de paix de sorte qu’il n’y ait aucune victime du côté des élèves, des professeurs et de leurs proches parents.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here