En Haïti : la misère engendre la résistance !

0
331
Un travailleur aux États-Unis est assuré de gagner 7,25 dollars de l'heure, ce qui signifie qu'il gagne 50% de plus en une heure qu'un travailleur haïtien en une journée.

Des milliers de travailleurs haïtiens de l’habillement, principalement des femmes, sont descendus dans la rue en février pour demander au gouvernement d’augmenter leur salaire minimum à 1 500 gourdes (environ 14 dollars) pour une journée de 9 heures. Ils gagnent actuellement 500 gourdes (environ 4,80 dollars) par jour.

Ces bas salaires, et une bourgeoisie plus que disposée à exploiter intensément les travailleurs, sont ce qui a poussé de grandes entreprises comme Gap, Old Navy, H&M, JCPenney et Zara à embaucher des entreprises haïtiennes dans des «zones d’assemblage» hors taxes, ce qui leur a permis de produire des vêtements bon marché avec des profits élevés.

Un travailleur au salaire minimum aux États-Unis est assuré de gagner 7,25 dollars de l’heure, ce qui signifie qu’il gagne 50% de plus en une heure qu’un travailleur haïtien en une journée.

Tous les sous-traitants haïtiens de l’habillement, qu’ils soient à Caracol près de Ouanaminthe dans le nord-est, ou à la SONAPI sur la route de l’aéroport à Port-au-Prince, ou dans d’autres usines éparpillées dans la plupart des grandes villes haïtiennes, ont été confrontés à une série de débrayages d’un ou de trois jours.

Le 21 février, le Premier ministre par intérim Ariel Henry a répondu à cette vague de grèves en annonçant que les salaires minimums dans un certain nombre de secteurs économiques – Haïti a des salaires minimums différents selon le type d’entreprise pour laquelle vous travaillez – allaient être augmentés de moins de 40 %.

Le salaire des travailleurs du vêtement, la majorité des travailleurs de la rue, serait toujours inférieur à 7,50 $ par jour.

La police, appelée par les patrons, a répondu avec des matraques, des gaz lacrymogènes et des balles. Ayibopost, un site d’information en ligne, cite Jephté Bazil, un journaliste haïtien, qui a été témoin d’une attaque policière le 23 février. Selon Bazil, l’un des policiers a déclaré que ce sont « les journalistes qui sont responsables si les manifestants sont toujours dans les rues ». , puisqu’ils leur tendent leur micro.

Les travailleurs, pour la plupart des femmes qui dépensent plus de la moitié de leur salaire pour le transport vers et depuis les usines, demandent une augmentation. Credit: Konbit Journalis

Les gaz lacrymogènes et les balles n’ont pas arrêté les manifestations réclamant l’augmentation du salaire minimum en Haïti de la misère de 5 dollars par jour à 14 dollars. 1 crédit

Des coups de feu tirés d’une voiture portant des plaques d’immatriculation de la police ont tué un journaliste haïtien le 24 février et au moins deux autres ont été grièvement blessés.

Les ouvriers sont en effet restés dans la rue. Sortir dans un pays où seulement 30% de la population a un emploi stable est risqué. Le fait que tant de femmes, agitant des branches d’arbres vertes, montrant qu’elles veulent que leur situation actuelle soit déracinée, indique la colère causée par la faim qu’elles ressentent.

L’offre d’augmentation du Premier ministre par intérim Henry n’était pas suffisante pour faire face à la forte inflation d’Haïti. Les travailleurs veulent et ont besoin de plus. Le coût de la vie, y compris la nourriture, la scolarité et l’essence, augmente. Et augmente également la peur de ce que demain apportera – plus de corruption, d’enlèvements et d’assassinats. Le gouvernement ment. Les fonds publics sont gaspillés. Il y a du vol institutionnalisé — les déductions pour les soins de santé, par exemple, ne sont pas remises aux hôpitaux.

Tout augmente sauf les salaires.

Leurs bas salaires sont à l’origine de l’insécurité alimentaire à laquelle font face 40% des Haïtiens. En 2021, Haïti se classait 104 sur les 107 pays de l’indice mondial de la faim. Selon le Programme alimentaire mondial, 4,4 millions d’Haïtiens manquaient régulièrement de nourriture.

La coalition syndicale 1er Mai-Batay Ouvriye (1er mai-Lutte ouvrière) a lancé le premier appel à un débrayage des travailleurs le 9 février. Elle poursuit actuellement le bureau du Premier ministre, selon son porte-parole, Télémaque Pierre, pour reporter l’établissement officiel du nouveau salaire minimum et obtenir une liste de tous les policiers chargés de contrôler les manifestations de rue. Ils veulent que les droits des personnes blessées par les flics soient protégés.

Les travailleurs du textile en Haïti, principalement des femmes, font les premiers pas pour améliorer leur vie. Ils méritent de la solidarité.

Workers World 3 mars 2022

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here