Daniel Foote, agent impérial courtisant la petite-bourgeoisie sournoise de Montana

0
226
Daniel Foote un agent de l'« État Profond » étatsunien avec pour mission de vendre une autre intervention militaire étrangère au peuple haïtien.

Daniel Foote est censé être un renégat du département d’État étatsunien. Il a démissionné de son poste d’envoyé spécial en Haïti le 23 septembre, soi-disant en raison de sa désapprobation de la façon dont l’administration Biden a traité les migrants haïtiens sous le pont de Del Rio, au Texas. Il a également fait des déclarations condamnant la politique des Etats-Unis en Haïti au cours des dernières décennies, affirmant que « Ce cycle d’interventions politiques internationales en Haïti a toujours produit des résultats catastrophiques ».

« Nos interventions politiques n’ont jamais marché », a-t-il déclaré plus tard à la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants des États-Unis. « Nous avons toujours privilégié la stabilité, qui est essentielle, plutôt que de s’attaquer aux causes profondes de l’instabilité. »

Ses propos ont créé l’euphorie chez certains militants libéraux et de gauche d’Haïti. « J’ai entendu des mots que je n’aurais jamais pensé entendre d’un fonctionnaire du gouvernement étatsunien », s’est exclamé le cinéaste Raoul Peck, dont la série en quatre parties « Exterminate All the Brutes », une critique historique du colonialisme, de l’esclavage et de l’extermination – le capitalisme, plus globalement – a été publiée cette année par HBO.

Conférence de presse, le mardi 16 novembre 2021 à Presse Café, des membres du bureau de suivi de l’accord de Montana, annonçant la mise en place de la commission nationale de transition (CNT)

Affirmant que Foote parlait « avec force et sans diplomatie » et notant que le diplomate avait dit « je me sens responsable », Peck a poursuivi : « Pour des gens comme moi… ces aveux étaient bouleversants et rédempteurs. C’était comme si un émissaire étatsunien avait rendu une certaine mesure d’honneur à des décennies d’intervention étatsunienne éhontée dans mon pays. Il a prononcé des mots qui se réconcilient enfin avec la réalité haïtienne”.

Mais ce ne sont pas que les compliments d’un cinéaste solitaire. Peck est l’un des chefs de file – peut-être même l’éminence grise – de la Commission pour la recherche d’une solution haïtienne à la crise (CRSHC), initiateur de l’accord dit de Montana, qui regroupe les chefs de file de la gauche et de la droite haïtienne.

Ces derniers jours, le « renégat » Foote a fait le tour des principaux médias étatsuniens, accordant des interviews à CBS News (5 novembre) et MSNBC (8 novembre), ainsi qu’à des médias haïtiens comme Zoom Haïti News. (12 novembre). La toile de fond de tous ces entretiens demeure les deux principales recommandations de Foote : 1) reconnaître le front de la «société civile » ou CRSHC au lieu du front d’Ariel Henry, et 2) envoyer des forces spéciales étatsuniennes en Haïti pour former la police haïtienne à la façon de lutter contre les « gangs », et il entend par là les Forces révolutionnaires du G9 (FRG9).

En fait, on peut en déduire sans crainte d’erreur, que Foote n’est pas, en fait, un diplomate « renégat » et « voyou » qui a vu la lumière. Quiconque avec un peu de bon sens et une étude historique peut en déduire qu’il est en fait un agent de l’« État Profond » étatsunien avec pour mission de vendre une autre intervention militaire étrangère au peuple haïtien. Comment faire cela ? Vendez-le à la « société civile » libérale réunie au sein du CRSHC, qui vendra ensuite au peuple haïtien l’idée que Washington soutient une alternative « dirigée par les Haïtiens ». Foote met simplement le sucre sur la pilule amère d’une septième intervention militaire étatsunienne en Haïti au siècle dernier.

Magalie Comeau Denis l’ancienne dirigeante du Collectif Non

Cette formule – mettre les « libéraux » sous le contrôle et se faufiler dans de petits commandos d’élite pour mener la guerre de l’empire – est la marque de fabrique de l’aile du Parti démocrate de la classe dirigeante étatsunienne. C’est ainsi qu’ils ont commencé leur invasion du Vietnam sous l’administration du président John F. Kennedy au début des années 1960 : en envoyant des bérets verts étatsuniens pour former la police et l’armée du président Ngô Ðình Diem, que la CIA a ensuite assassiné lorsqu’il est devenu inefficace. Nous connaissons le reste. L’insertion « ciblée » des forces spéciales s’est développée au cours de la décennie suivante pour devenir le déploiement de plus de 2 700 000 soldats étatsuniens dans une guerre qui a fait rage jusqu’en 1975, faisant quelque 58 200 morts aux États-Unis.

Ce n’est pas l’approche d’une « force écrasante » déployée dans des attaques « de choc et de crainte » alors que les présidents républicains Bush, père et fils, menaient leurs guerres contre l’Irak et l’Afghanistan. Cela ressemble davantage au déploiement sournois et discret des forces spéciales que Bill Clinton a fait en Yougoslavie dans la guerre qu’il y a menée à la fin des années 1990 pour amputer le Kosovo de cette nation et le re-balkaniser dans les autres États séparés de Bosnie-Herzégovine, Macédoine, Monténégro, Serbie et Slovénie.

Le plus triste, dans tout ce scénario alarmant, est le comportement de prétendus «anti-impérialistes » à l’instar de Peck, Camille Chalmers du MPDP et alliés Rasin Kan Pèp, AKAO et KONTRAPEP, Fanmi Lavalas de Jean-Bertrand Aristide, et des organisations populaires comme MOLEGHAF et Esclaves Révoltés, ainsi que des Petrochallengers comme Nou Pap Dòmi, se sont toutes mises sous la direction d’activistes de la bourgeoisie, l’ancienne dirigeante du Collectif Non qui avait boycotté en 2004, la célébration de notre Bicentenaire d’indépendance sous le gouvernement Lavalas d’Aristide, Magalie Comeau Denis, puis ministre de la Culture et de la Communication sous le gouvernement de Alexandre/Latortue imposé par les Etats-Unis.  La journaliste Monique Clesca, a été tout récemment à Washington pour demander la bénédiction de l’administration Biden.

Le cinéaste Raoul Peck

C’est très similaire à l’approche employée par Bill Clinton lors du retour au pouvoir de Jean-Bertrand Aristide en 1994. Aristide est devenu le bouclier du déploiement de troupes étatsuniennes qui visaient non pas à arrêter le coup d’État de Raoul Cédras, mais à arrêter une révolution qui couvait parmi le peuple haïtien. Ils ont mis Aristide dans une boîte en vitre, lui ont donné un plan d’ajustement néolibéral de privatisation des industries d’État d’Haïti à mettre en œuvre et ont essayé de transformer la transformation politique de l’escadron de la mort FRAPH en un « parti politique » qui concurrencerait les Lavalas. Pendant ce temps, les troupes étatsuniennes ont volé les documents du FRAPH en Haïti, empêchant la poursuite de leurs hommes de main pour crimes de droits humains contre le peuple haïtien.

(Aristide a tenté de doubler Clinton en traînant les pieds sur la privatisation, allant même jusqu’à déguiser publiquement l’ambassadeur étatsunien William Swing et le chef de l’ONU Lakhdar Brahimi dans la cathédrale de Port-au-Prince en novembre 1995. Mais l’empire l’a rapidement envoyé plier bagage, le remplaçant avec René Préval, qui a réalisé à contrecœur les privatisations.)

En ce sens, le CRSHC pourrait finir par être « plus royaliste que le roi », en essayant de prouver à Papa Biden à quel point il est disposé à « coopérer » avec Washington.

« Il est essentiel que la société civile ait une voix dans ce nouveau gouvernement », a déclaré Foote, cité par Peck. « Il n’est pas essentiel qu’Ariel Henry et son administration aient une voix dans ce nouveau gouvernement, j’espère donc que notre administration cessera d’imposer Ariel Henry au peuple haïtien”.

Mais cette semaine encore, il y a Jacques Ted Saint-Dic du CRSHC, déclarant au Nouvelliste, que le groupe est « ni pour ni contre la démission de l’actuel chef du gouvernement, Ariel Henry ».

La journaliste Monique Clesca

« Nous ne pouvons pas installer un nouveau désordre dans le pays, » a-t-il dit au Nouvelliste. «  Il faut trouver une négociation politique sur la manière dont cela devrait se faire. Dans l’ordre et la discipline ».

« Comme Foote l’a demandé, il est temps que les États-Unis redéfinissent leur politique envers Haïti et écoutent les voix des Haïtiens qui tentent de reconstruire la démocratie », a écrit Peck. “Nous nous battons pour nos vies et pour les idéaux que les États-Unis ont épousés depuis longtemps mais n’ont pas réussi à les concrétiser”.

L’idée absolument ridicule de Peck est que d’une manière ou d’une autre l’impérialisme étatsunien peut se réformer, la même administration Biden qui mène une guerre sans merci contre le Venezuela, Cuba, le Nicaragua, l’Iran, le Yémen et d’innombrables autres pays à travers le monde.

C’est le genre de fausse « rupture » que nos politiciens « progressistes » bourgeois et petit-bourgeois ont en réserve pour Haïti. Et leur plus grand ennemi ne sera pas le PHTK et ses alliés comme Youri Latortue et Joseph Lambert. Ce sera les masses exploitées, les opprimées qui peuvent proposer une vraie alternative de rupture, une révolution. C’est pourquoi les masses des ghettos n’ont jamais été invitées, et ne le seront jamais, à s’asseoir à leur table. Elles sont de la mauvaise classe, de la mauvaise approche pour résoudre la crise sociopolitique.

Le peuple haïtien doit se rendre compte que nous entrons dans une nouvelle ère de lutte, où même les dirigeants en qui nous avions confiance s’alignent maintenant, par opportunisme, cynisme ou naïveté, derrière les loups de l’empire déguisés en mouton.

Peuple haïtien : réveille-toi et lève-toi !

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY